AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 10 Juil - 14:30

20h04 et le réveil se mettait à sonner comme tous les jours. Une main blanche, dénudée, lourde et lasse sortit alors de draps fins d'une couleur satinée pour s'abattre sur le mécanisme responsable de ce son désagréable et insistant. La main demeura immobile un moment, calée soigneusement et posée en équilibre sur le mécanisme, toutefois bien vite, elle glissa négligemment avant de retomber au sol, se balançant d'avant en arrière contre le bois de lit. Dormir une partie du jour et vivre la nuit. Traquer et être traqué. Tel était le prix à payer pour les membres de la Coalition. La masse informe présente sous les draps bougea alors un peu avant de se redresser en un geignement faiblement audible. Aleksej, qui aimait ne pas montrer sa peau ou même son corps, était différent lorsqu'il était chez lui. Seul un colocataire parfaitement invisible aurait été en mesure de décrire son physique. Un fantôme, ou un simple Vampire aurait pu voir ses cheveux légèrement ébouriffés et sa mine plus que pâle. Ses yeux, encore à moitié fermés, parvenaient difficilement à le guider dans son appartement nouvellement acquis, et c'est avec une main prudente, tendue devant lui que le jeune homme avançait à tâtons. Aleksej était encore torse nu lorsqu'il arriva à la salle de bain, la lumière y était plus faible, ce qui lui permettait de s'habituer progressivement à l'idée de devoir s'activer dans très peu de temps.

Après sa douche, le russe était un tout autre jeune homme, éveillé, vif presque, il se déplaçait dans l'appartement avec une certaine grâce et une aisance naturelle semblant coller à sa silhouette fine. Le jeune homme enfila alors son pantalon : un jean sombre déchiré au genou droit et aux jambières un peu trop longues. Puisqu'il n'avait pas pris la peine de faire d'ourlets à son pantalon, Aleksej le piétinait fréquemment si bien que le bas de son pantalon se voyait également déchiré, soigneusement laminé, allant même jusqu'à prendre la forme du talon des convers noires et blanches que le garçon portait. Le jeune homme ouvrit alors son armoire afin d'y choisir un haut. Le choix se porta sur un débardeur de couleur grise laissant voir les clavicules du garçon. Quatre ceintures noires parcouraient son torse en débutant du côté droit pour se lier au côté gauche afin de mouler un peu plus le corps d'Aleksej. Ce dernier prit soin d'enfiler une ceinture dans les passants de son pantalon et y glissa son pistolet, le cachant dans son dos avant de recouvrir son corps d'une longue veste de faux cuir s'arrêtant à mi-cuisses environ. Dernier détail avant d'être enfin prêt : il ne lui restait plus qu'à enfiler les gants qui cacheraient entièrement ses mains, puis il pourrait enfin partir.

Rapidement, Aleksej sortit de sa chambre avant de parcourir le couloir en hâte, par habitude sa main se posa sur le papier peint, au même emplacement que tous les jours alors qu'il enfilait ses convers négligemment, rentrant les lacets à l'intérieur de la languette avant de sortir de son appartement. Ses pas s'enchaînèrent vivement dans les escaliers alors qu'il ne regardait même plus où il allait et c'est tout aussi énergiquement que le russe sortit de son immeuble afin de se diriger au travers de la ville. La nuit était maintenant sur le point de tomber, et les Vampires allaient sortir... Aleksej avait rejoint la Coalition depuis peu, mais la rage qu'il avait envers les Buveurs de sang l'avait poussé à s'adapter relativement rapidement, si bien qu'il avait totalement inversé ses habitudes : il dormait le jour et chassait la nuit, exactement comme eux, comme ceux qu'il haïssait tant. Mains dans les poches, le col de sa veste était remonté et cachait ses oreilles ; tête basse, le jeune homme marchait à l'écart des autres et ses yeux d'un vert éclatant se portaient sur tout et rien. Chaque personne était soigneusement analysée, puis il fallait déterminer sa race et enfin se décider à agir ou non, en fonction de la réponse à la question précédente. Aleksej était maintenant sortit de la ville et il parcourait les plaines. Son regard se posa un moment sur les fermes un peu plus loin avant qu'il ne se reconcentre en une fraction de seconde. Il ne fallait pas qu'il pense à son passé, pas maintenant qu'il était parti pour chasser dans le coin.

Un peu plus loin encore, les Ruines, berceau et cœur même de ce qui était devenu il y a peu son pire cauchemar. Aleksej se mit à soupirer avant de courir : il devait absolument gagner la forêt avant que la nuit ne tombe entièrement. Il devait demeurer discret, ne pas être repéré... Mais face à la puissance vampirique, c'était sans doute être trop optimiste que d'espérer passer inaperçu. Le jeune homme avait ainsi gagné les bois et s'était faiblement enfoncé dans la forêt en se retournant sans cesse afin de vérifier qu'il n'était pas suivi. Une fois à bonne distance des Ruines, il s'installa dans un arbre à l'orée de la forêt et n'en bougea plus après avoir dégainé son arme. Le soleil avait enfin disparut, les choses allaient devenir soudainement plus intéressantes à n'en pas douter. Pourtant à chaque fois, dans de pareils moments, le garçon ne pouvait pas s'empêcher d'être nerveux. Il n'avait plus rien à perdre : condamné quoiqu'il fasse, prendre des risques ne le dérangeait pas plus que cela. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de penser et d'appréhender l'éventuel moment où il se trouverait lui aussi, comme les siens, entre les crocs des Vampires, à leur merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 10 Juil - 15:49

Victor se réveille péniblement... Combien de temps était il resté endormi ? Le soleil semblait prêt a se coucher... Il inspira à fond avant de se lever et il dut retenir a grand peine un gémissement de douleur. Sa gorge lui faisait un mal de chien.
Pourquoi?
Ses pensées étaient floues, il se sentait faible aussi mais il parvint avec lenteur a rassembler ses souvenirs de la veille.


Sa vie d'homme traqué était stressante mais déjà lorsqu'il était jeune, avant que ses parents ne partent pour la ville la nature l'aidait a se ressourcer. Maintenant qu'il était la proie des pires monstres des villes c'était le refuge idéal, la seule incartade a sa sécurité qu'il se permettait. Il était venu au bord du lac la veille et il devait s'être endormi... il se rappelait assez vaguement d'avoir rêver d'une louve blanche géante qui parlait. Lorsqu'il s'était réveillé (a moins qu'il n'ait continué de rêver ?) il avait été abordé par un inconnu inquiétant, tenant des propos selon lesquels l'endroit n'était pas sûr la nuit. Peu importait, aucun endroit n'était sûr pour Victor maintenant, mais il s'était méfié de l'inconnu, il se méfiait de tous les inconnus maintenant.
Il avait reculé en touchant son révolver sous sa veste, il avait reculé vers le lac et quelque chose... Quelque chose l'avait attrapé par la cheville et l'avait entrainé. C'est a peine s'il avait eut le temps de sortir son arme et de faire feu dans la direction approximative de ce qui l'avait saisit.
Il avait réussi a se raccrocher a la berge et... a un bras? Oui quelqu'un l'avait aidé... L'inconnu, il avait rangé son arme pour attraper le bras secoureur... puis il avait cru voir un visage féminin avant de sentir quelque chose rentrer dans sa gorge.

Il avait paniqué, lâché le bras sur la berge alors qu'on cessait de vouloir l'entrainer par le fond. La suite était floue il se souvenait de la sensation de son couteau dans sa main alors qu'il l'enfonçait à l'aveuglette dans ce qui l'attaquait. On l'avait lâché. Il se souvenait ensuite d'avoir été trainé sur la rive et puis...
Le noir.


Il avait cru que la mafia l'avait reprit et lorsque Nikolaï... Qui ça? Ah oui l'étranger lui avait donné son nom. Et Victor lui avait donné le sien.
L'imbécile ! Mais quel idiot ! Il avait été stupide de croire à ses rêves, il avait dû tomber dans le lac et manquer de se noyer (Ce qui justifiait les visions délirantes et le mal de gorge), mais ça n'était pas grave, donner son nom était par contre une grave erreur... Qui sait si ce Nikolaï n'avait pas partie liée avec la criminalité ? Même si il ne savait pas que la Mafia recherchait Victor il pouvait parler de lui "en toute innocence".
Tout ça a cause de cette maudite obscurité et d'un stupide cauchemar !
Quoique cet étranger ait surtout eut l'air un peu frappé. Il avait dit qu'"Amelia avait joué avec la nourriture alors qu'elle disait que ce n'était pas bien de la noyer"? Un truc dans ce genre. Le genre de phrase sans rapport avec la situation que disent ceux qui battent un peu la breloque...
Lorsque Nikolaï lui avait dit ça Victor s'était contenté de dire qu'il devait partir et de rentrer aussi vite que possible chez lui.

Victor balance ses jambes par dessus son lit et se redresse, le fait qu'il ait dormi tout habillé n'était pas bizarre il faisait toujours ça en cas de... Visite inopportune. Par contre ses vêtements étaient encore humides, il ferait mieux d'en changer. Sa garde robe n'était pas très fournie, il n'avait pas prit le risque de trop s'aventurer dans les magasins qui vendaient autre chose que de la nourriture mais il avait tout de même des costumes de rechange, noirs, tous. Alors qu'il finit de se déshabiller un détail lui saute aux yeux : son couteau avait disparu. Prit d'une soudaine angoisse il vérifie le chargeur de son colt. Exactement ce qu'il avait craint : il manquait une balle. Tout était vrai.
Tout ? Non sûrement pas ! Il devait y avoir une réponse logique et rationnelle quelque part... Le lac ! Il devait y retourner, là-bas il comprendrait. Il finit de s'habiller, recharge son arme et il téléphone pour avoir une voiture de location pour une nuit.
Voyager à pied était risqué en dehors de la ville.
Victor était préoccupé, il ne fit même pas attention a la marque de la voiture alors qu'il partait vers le lac. Il se contentât de vérifier qu'il n'y avait pas de bombe en dessous, dans le coffre ou dans l'habitacle. La nuit tombait, le voyage fut sans histoire (sauf le moment ou il constate qu'il avait des blessures au cou et ou il en déduit qu'il s'était blessé sur une pierre en se noyant). Préciser qu'il s'arrête à l'orée de la forêt pour continuer à pied vers le lac, serait presque inutile s'il ne fallait signaler que alors qu'il s'éloignait de son véhicule pour se diriger vers le lac il ne vit pas la silhouette perchée dans l'arbre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 10 Juil - 17:16

Une convers sérieusement calée contre une large branche d'arbre, l'autre jambe repliée et le dos fermement appuyé contre le tronc, Aleksej avait ainsi des airs de statue qui lui étaient fort utiles pour une telle chasse. Fort utiles ? Peut-être pas tant que cela, après tout, les Vampires avaient une toute autre perception de ce qu'on lui en avait appris. Ils sentaient davantage de choses, ils pouvaient entendre bien mieux et voir plus loin que ce que le russe était capable de faire. Mais au fond, peu importe. Que cette cause soit perdue ou non, ce n'était pas véritablement le problème du jeune homme, il n'avait plus que la Coalition maintenant, et tout ce qu'il voulait, c'était se prouver à lui-même qu'il n'était pas inutile et incapable tout en protégeant ses semblables d'une histoire similaire à la sienne. Ainsi perché sur son arbre, le destin d'Aleksej était réduit à bien peu de chose : il serait simple pour un Vampire de le repérer. Pire que cela, un de ces monstres nocturnes n'aurait aucune difficulté à le lacéré vif sans qu'il n'ait le temps de s'en rendre compte. Bien évidemment, si de telles choses n'arrivaient pas, il restait encore le simple affrontement, mais une nouvelle fois, le rôle du russe était limité. En effet, il ne pouvait pas tuer le Vampire, tout ce qui lui était donné de faire était de l'éloigner suffisamment des Ruines et de l'affaiblir jusqu'à ce que le Soleil se lève et vienne achever cette créature des ténèbres. Malgré tout ceci, Aleksej aimait ce qu'il faisait maintenant, peut-être était-ce l'adrénaline coulant intensément dans son sang.

Alors que le russe surveillait les environs d'un œil averti en s'aidant de la seule lueur de la lune, des phares s'arrachèrent de la ville pour prendre le chemin de la forêt, intriguant le jeune homme au passage. Rares étaient les personnes qui sortaient de la ville en pleine nuit tout en sachant que les Vampires avaient alors les pleins pouvoirs ou presque. S'agissait-il justement d'un buveur de sang ? Aleksej trouvait ceci étonnant : pourquoi les Vampires prendraient-ils des voitures alors qu'ils vont bien plus vite que ces machines créées par les mains de l'Homme ? Était-ce un humain inconscient ? La paume de la main du russe se referma un peu plus encore sur la crosse du pistolet qu'il tenait de sa main droite. Sans quitter la voiture des yeux, il demeura immobile, se désintéressant alors du reste du paysage. Grossière erreur, mais après tout il n'était qu'un novice encore, loin d'être habitué aux coups bas lors des combats ou encore aux capacités mêmes des monstres qu'il combattait. Si l'un de ses supérieurs avait été présent et s'il ne s'agissait là que d'un entraînement, sans nul doute, Aleksej aurait eu droit à un avertissement et à des remarques. Pourtant c'est tout innocemment cette fois qu'il suivait la voiture, assailli par ses propres questions, se demandant s'il s'agissait de l'un de ses collègues, d'un ennemi, ou de quelqu'un d'autre. Après avoir parcouru les plaines dans toutes leurs longueurs à une vitesse qui semblait relativement rapide au jeune homme, la voiture se stoppa non loin de lui, tout près de l'entrée de la forêt.

Le moteur de la voiture cessa tout ronronnement alors que les phares aveuglant s'éteignaient à sa suite. Une portière s'ouvrit alors et un homme d'une taille moyenne sortit. Aleksej dut plisser faiblement les yeux pour mieux voir cet homme étrange. Ce dernier était brun, et bizarrement, il portait un costume. En soi, le port d'un costume ne dérangeait nullement le jeune homme, toutefois le fait qu'il se rende dans la forêt dans une telle tenue attirait son attention. Cette forêt était relativement peu fréquentée, parfois, en pleine journée, quelques personnes venaient s'y promener, tout particulièrement parce qu'elle abritait un lac, mais dans l'ensemble, très peu de monde osait s'y aventurer. La raison était sans doute les loups. En effet, sans qu'on ne les ait jamais vu, on entendait de la ville les hurlements de ces animaux provenir de ce lieu. Ainsi, l'attitude de cet homme était pour le moins suspecte, mais il n'avait pas vraiment l'allure d'un Vampire, sans compter qu'il ne l'avait pas même remarquer... A moins qu'il ne joue la comédie. Silencieusement, Aleksej se décida à descendre de son perchoir et alors que l'homme s'enfonçait dans la forêt, le jeune homme rejoignait discrètement la voiture. Une location à en juger par l'inscription sur le côté gauche de la voiture, ainsi que les diverses publicités et logos présents sur le tableau de bord. Fronçant les sourcils, le russe se décida à suivre l'homme le plus discrètement qui lui était donné de réaliser. Non, il n'était pas Vampire, c'était impossible. Mais alors que faisait-il ici ?

Aleksej était pour le moins distrait, il songeait, beaucoup trop sans nul doute. Que devait-il faire ? Son instinct le laissait penser qu'il était humain tout comme lui, mais sa main se refusait à lâcher l'arme qu'elle tenait fermement. Les yeux rivés sur l'homme un peu plus loin devant lui, Aleksej ne fit pas attention à l'endroit où il mettait ses pieds si bien qu'il marcha par inadvertance sur une brindilles qui se brisa sous son pied. Comme s'il venait de poser le pied sur une mine, le jeune homme se figea sur lui même et sa respiration se coupa alors que son regard demeurait rivé sur l'homme devant lui. Tandis que le sang battait à sa tempe, une gouttelette de sueur se forma alors au niveau du front du jeune homme, caché par quelques mèches de cheveux, et elle roula alors lentement le long de la joue d'Aleksej.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 10 Juil - 18:35

S'il avait été en ville Victor aurait probablement sursauté puis il se serait retourné et s'il n'avait vu personne il aurait continué a marcher en restant sur ses gardes, peut-être en se tenant prêt a sortir son arme.
Mais on n'était pas en ville. Les choses étaient différentes pour deux raisons.
Pour commencer en forêt il existait une multitude de bestioles couinantes et inoffensives qui pouvaient a l'occasion produire un craquement de brindille suspect.
Et deuxièmement en forêt il y avait une probabilité moindre de rencontrer une personne susceptible de dire par la suite "Celui là, il s'est passé ça et il a fait ci et ça, c'est suspect non monsieur l'agent ?".
Victor met donc directement la main au colt et sort son arme avant de se retourner extrêmement lentement pour voir s'il y avait quelqu'un derrière lui.
Il ne vit personne, il faisait vraiment obscur maintenant, il ne distinguait pratiquement rien. Quel idiot de ne pas avoir prit le temps de prendre une lampe de poche.

Une minute... Il n'y avait pas une petite loupiote avec la clé de la voiture de location? Une diode sensée servir a trouver la serrure dans le noir. Victor s'était toujours demandé pourquoi c'était plus puissant qu'une lampe classique. Ah voilà! Un objet simple: un boitier, une diode et une bouton qui si ont désirait une certaine luminosité pendant une longue durée vous garantissait un inconfort maximal.

Il le brandit dans la direction très approximative du bruit. Trop approximative, il ne se souvenait plus très bien d'où il venait aussi. C'était quand même vraiment miraculeux qu'un arbre soudain éclairé par la lueur blanche ait complètement bloqué les rayons en direction d'Aleksej...
Victor hausse les épaules dans le noir et marmonne quelque chose a propos des rongeurs nocturnes avant de se remettre en route vers le lac. Il n'avait peut être pas prit le chemin le plus court, ni la tenue la plus adaptée ; mais concernant ce dernier élément il n'avait pas trop eut le choix, il n'avait jamais pensé a s'acheter une tenue de baroudeur...
Il finit tout de même par arriver et tant pis pour les mocassins en cuir. Un balayage de sa lampe plus tard et Victor se trouve accroupis a côté de son couteau et de beaucoup de sang séché.
Il c'était passé quelque chose... Mais quoi? Il y avait beaucoup trop de sang pour que la blessure ne soit pas mortelle et pourtant (nouveau balayage) pas de trace de cadavre ou qu'on en ait trainé un. A la limite à un endroit de la berge la terre avait l'air un peu chamboulée mais en regardant de plus près ça ressemblait aux traces de quelqu'un qui se serrait retenu...

Victor déglutit péniblement et mit ses doigts dans les traces de mains qui marquaient le sol. Elles correspondaient...

Bon. Apparemment ça aussi c'était vrai. Mais sans doute pas le reste. Il avait dû laisser tomber son couteau quand on l'avait sortit et le sang... Ce n'était pas forcément du sang d'ailleurs, juste un liquide sombre : on ne distinguait rien avec cette lampe...
On se calme, on respire profondément et on... Sent l'odeur de la poudre.

Bon. Il devait tout de même y avoir une explication rationnelle et logique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 10 Juil - 20:01

A croire que la chance était aux côtés d'Aleksej en ce jour, car sans qu'il ne sache véritablement comment, l'homme face à lui ne l'avait pas remarqué, même s'il s'était retourné. Sans doute devait-il remercier le couvert des arbres et l'obscurité régnant dans cette forêt. Si par malheur la lune avait été pleine, sans doute aurait-il été remarqué, et lui-même avait du mal à discerner les gestes de ce visiteur nocturne. Le russe était un peu mal à l'aise, d'autant plus que cette fois-ci, l'obscurité ne lui serait plus d'aucune aide : en effet, l'homme était en possession d'une petite diode éclairant suffisamment pour distinguer une silhouette humaine. Après être resté un temps immobile, l'homme finit par reprendre sa route après avoir marmonné quelques paroles que Aleksej ne comprit pas, peut-être est-ce parce qu'il ne l'a pas véritablement cherché. A son tour, le jeune homme reprit sa traque et se décida à suivre l'homme devant lui. Toutefois, le chemin maintenant s'annonçait bien plus long. En effet, il devait non seulement surveiller l'homme devant lui, mais en plus surveiller l'endroit où il marchait. D'ordinaire, cette forêt en plein jour était relativement difficile d'accès en dehors des sentiers formés par le passage des bêtes, mais en pleine nuit, la chose était un peu plus complexe encore. S'improvisant traqueur, le russe tâcha de rester le plus discret possible ; sa main était toujours refermée sur son arme, se refusant à la lâcher. Non pas par peur de l'homme face à lui, car maintenant, plus aucun doute ne subsistaient : c'était un humain ; plutôt par méfiance...

Guettant l'homme devant lui, Aleksej redécouvrait l'environnement dans lequel il évoluait et il tâchait d'être le plus discret possible tout en restant attentif aux bruits et odeurs qui pouvaient lui parvenir. Petit humain qu'il était, il était plutôt limité pour espionner dans ce lieu, mais à force de volonté, peut-être que ce lui serait possible. Quelque part, le russe était rassuré car il n'avait pas de buveur de sang face à lui. En ce cas, pourquoi le traquer ? Et comment pouvait-il en être sûr ? A moins que l'autre ne joue la comédie, le jeune homme était sûr de son coup. Les Vampires sont nyctalopes, par conséquent, ils n'ont nullement besoin de diode ou autre accessoire. Outre cela, il aurait repéré le garçon depuis longtemps maintenant, il aurait dû le voir alors même qu'il n'était pas encore sorti de sa voiture d'ailleurs. Par ailleurs, si Aleksej le traquait c'est parce qu'il le trouvait étrange. Aucun humain normalement constitué ne venait dans un tel lieu à une heure aussi tardive, de plus, le jeune homme était en mesure d'affirmer que cet homme là n'était pas membre de la Coalition, si tel avait été le cas, il l'aurait croisé au moins une fois. Après tout, cette organisation n'est pas encore immense au point de ne pas en connaître, au moins de vue, tous ses membres. Que venait-il donc faire ici ? Ses affaires ne le regardait pas au fond, mais le russe était concerné si cet homme était un de ces pro-vampires. Bien évidemment, il ne le tuerait pas si tel était le cas, mais une discussion s'imposerait, et qui sait, peut-être réussirait-il à le ramener à la Coalition afin d'avoir un nouvel allié ?

A force de suivre l'homme, Aleksej déboucha sur le lac de la forêt. Bien plus clair que les coins cachés par les arbres, la lune se reflétait merveilleusement à la surface de l'eau plane et calme, les étoiles faisant de même. Ainsi, la lumière de l'astre et le reflet de l'eau éclairaient les environs dégagés du lac, ce qui permettait au jeune homme de suivre de près les faits et gestes de l'homme qu'il poursuivait en filature. C'est avec une mine perplexe que le russe suivit l'homme des yeux, il se voyait confronté à un étrange spectacle : des traces de lutte, quelque chose de semblable à du sang, et au milieu, cet homme qui semblait à la fois concerné et totalement perturbé par de telles traces. Les beaux yeux du jeune homme se plissèrent quelque peu avant qu'il ne fasse enfin quelques pas en direction de l'homme, ne cherchant plus à se cacher, la main tenant son arme étant même à découvert dans le but de paraître transparent tout en priant pour ne pas l'effrayer, lui qui semblait déjà profondément affecté par l'environnement dans lequel il s'était rendu. Aleksej sortit donc de l'ombre et son visage fut éclairé par la lueur du chétif croissant de lune, la pupille de ses yeux verts se réduisit considérablement, le forçant à pivoter un peu la tête tant la lumière était soudainement trop forte. Une faible brise vint alors caresser l'eau du lac, troublant le reflet parfait du ciel ténébreux avant de venir ébouriffer quelques mèches de cheveux du garçon. Doucement, il cessa son approche alors qu'il était à quelques mètres de l'homme, une légère inspiration et il se décidait à engager la conversation.

- Bonsoir... Puis-je me permettre de vous demander ce que vous faîtes ici ?

Peut-être n'était-ce pas la meilleure approche qu'il ait jamais trouvé... En effet, la question pouvait lui être aisément retournée, et qui plus est, sa présence en ces lieux ne devait pas être des plus rassurantes. Pourtant, malgré tout ceci, Aleksej fit l'effort de paraître détendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 10 Juil - 21:28

Victor n'avait pas vu arriver l'homme, il était trop perturbé par des problèmes de logiques. Il était de nouveau sur les nerfs.
Et quand on sait qu'on est traqué par la mafia on peut parfois réagir d'une façon un peu précipitée. Surtout si la voix a un accent étranger, inconnu. C'était sans doute une idée reçue, tout les gens nés en Europe de l'est ne sont probablement pas des tueur de la mafia, mais il n'empêche qu'avec un accent russe même léger vous pouviez mettre sur les nerfs quelqu'un dans la situation de Victor.
Dans le cas présent la réaction fut de se retourner brusquement et de braquer son arme dans la direction de l'inconnu.

C'était peut-être une erreur de jugement. L'étranger semblait très jeune, Victor lui donnait entre environ 15-16 ans, peut être plus car il avait une apparence fragile qui le rajeunissait...
Mais en même temps son style d'habillement n'était pas très optimiste. Veste en cuir, des ceintures dans tout les sens, des gants... Victor était bien le premier a dire qu'on ne pouvait pas juger quelqu'un sur son apparence extérieure le style du garçon lui faisait immanquablement penser a quelqu'un qui se battait et cherchait a impressionner l'ennemi avant le début du combat. Peu importait le fait qu'il soit jeune et qu'il a l'air un peu faible, c'était une bonne couverture pour un tueur (plus qu'un violoniste culturiste en tout cas) et la mafia recrutait partout...

Et il tenait une arme.
Victor déglutit péniblement, heureusement elle n'était pas braquée sur lui alors que la sienne si. Peu importait le fait qu'il tremblait visiblement. Il avait l'avantage non? Du moins pour l'instant. Peu importait le tremblement, peut importait le regard écarquillé de peur, peu importait la voix plus aigüe a cause de la panique.
Il avait l'avantage. A moins qu'il ne soit pas seul.


Ce que JE fais ici? Ce serait plutôt a moi de poser cette question? Pourquoi me suivez vous? Pourquoi êtes vous armé?

Il déglutit péniblement avant de se redresser. Sa propre situation n'était pas très claire et si l'autre n'était pas un tueur de la mafia elle risquait de devenir vraiment très compliquée.
Pire, ça pourrait être un policier en civil qui avait l'air très très jeune. Et alors il serait franchement dans les ennuis et jusqu'au cou.
Il espérait ne pas devoir faire quelque chose qui risquerait a conduire a une enquête... Il n'avait vraiment pas besoin d'attirer l'attention, vraiment pas besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Dim 11 Juil - 20:17

Sur certains humains, les émotions étaient plus que simple à percevoir. La tristesse, ou encore la joie, l'absence d'humeur, des choses de ce genre sont faciles à voir sur un visage, ou même sur l'ensemble d'une personne, à sa démarche, à sa façon de se déplacer. Si pour certains humains, il est simple de repérer de tels éléments chez leurs semblables, alors la chose doit être bien plus qu'aisée pour un Vampire. Aleksej avait beau être humain, il avait vu dès le début que cet homme avait un soucis, qu'il y avait un problème avec lui, mais il n'avait pas encore trouvé quoi. A en juger par sa réaction actuelle, il était simplement nerveux. L'angoisse, le stress, la nervosité ou encore la peur. Des sentiments tous aussi dangereux les uns que les autres car ils pouvaient facilement pousser une personne à bout. Le stress d'une personne, par exemple, peut la pousser à faire des choses qui ne lui auraient pas même traversé l'esprit d'ordinaire. L'homme face à Aleksej était aussi transparent qu'un livre ouvert : la voix du russe avait résonné et presque immédiatement, l'homme s'était retourné en pointant un arme sur lui, provoquant chez Aleksej un nouvel élan de méfiance. Pourquoi était-il en possession d'une arme alors qu'il n'était pas membre de la Coalition ? A moins qu'il l'ait tout récemment rejoint.

Son attitude démentait pourtant ce dernier point. Il n'était pas dans les habitudes de Sullivan de choisir des personnes qui n'avaient pas une réelle détermination, du peu que le garçon le connaissait. Pourtant l'homme qu'il avait face à lui ne semblait pas prêt à tuer qui que ce soit à en juger par ses tremblements répétés, la salive qu'il avait du mal à avaler ou encore le regard qu'il lui lançait. Quelque part, il avait presque l'air des drogués lorsqu'ils sont en plein délire paranoïaque, incapables de voir la réalité du monde dans lequel ils vivent. Il n'avait rien d'un tueur, c'était un homme qui avait une arme dans le but de se défendre, parce qu'il avait peur de quelque chose, alors la théorie du pro-vampire tombait à l'eau. Aux yeux d'Aleksej, on ne pouvait souhaiter se défendre que des Vampires, le reste, l'idée ne lui venait même pas. Il ne se méfiait pas nécessairement de sa propre race, il la savait capable du pire, mais il ne voyait pas en toute personne un dangereux psychopathe à arrêter. Peut-être avait-il tort, et sans doute était-ce là l'innocence de son âge qui parlait. Alors que le garçon restait immobile, l'homme se décida à prendre la parole malgré sa voix largement modifiée par la peur.

Comme il l'avait redouté, son approche avait été loin d'être bonne puisque la question qu'il avait posé lui était maintenant retournée, en plus de quelques autres. L'étranger avait au moins tort sur un point : ce n'était pas nécessairement à lui de poser cette question. Sans doute avaient-ils un air suspect autant l'un que l'autre, et si l'un comme l'autre avaient une vie somme toute banale, ils n'auraient certainement rien à faire ici. Aleksej envisageait déjà de partir, avant cela, il devait répondre aux questions posées et surtout, bien réfléchir à ce qu'il allait dire. Il ne pouvait pas lui avouer être un membre de la Coalition, si celui qu'il avait face à lui était un pro-vampire, alors il le dénoncerait par la suite sans même avoir à se dévoiler. Qui sait, s'il était vraiment pro-vampire, l'une de ces monstrueuses créatures se trouvait peut-être dans les environs proches, non loin... Après avoir posé une série de questions, l'homme se redressa quelque peu, mais malgré tout, son arme était toujours pointée sur le corps frêle d'Aleksej. Un bref soupir parvint à s'échapper des lèvres faiblement ouvertes du jeune homme après quoi il se redressa à son tour en tendant le bras qui possédait l'arme, tenant cette dernière à deux doigts seulement afin de montrer qu'il était tout simplement inoffensif.

- Sachez que je ne vous suis point, Monsieur... Ou tout du moins, ce n'était pas le but premier de ma soirée. C'est le hasard qui nous a fait nous rencontrer et j'ose espérer que vous me croirez si je vous dis que je ne vous veux aucun mal. Votre attitude m'a interpelé simplement... Et si je suis armé, c'est dans le simple but de me défendre.

Aleksej n'aimait pas ce genre de situation, il ne savait pas qui il avait face à lui, si bien qu'il lui tait impossible de divulguer quoi que ce soit, peut-être en avait-il déjà trop dit. Néanmoins, le jeune homme ne pouvait s'empêcher d'avoir déjà des remords à la simple idée d'apprendre qu'un Vampire l'avait trouvé et tué s'il s'agissait là d'un innocent. Tant pis. Aleksej prit le risque de se dévoiler en lui parlant un peu plus que sa mission ne le lui demandait. Le russe prit une légère inspiration avant de reprendre la parole, reportant son regard sur l'arme de l'homme face à lui.

- Peut-être est-ce là la raison de votre arme, mais... Savez-vous qu'il est fort peu recommandé de se balader en pleine nuit ? Ignorez-vous l'omniprésence des Vampires ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Dim 11 Juil - 21:43

Victor faillit baisser sa garde tant la remarque semblait incongrue. Des vampires?? Et puis quoi encore? Des loups-garous peut-être? Il avait suffisamment de problèmes réels sans se préoccuper de terreurs mystiques...
L'adolescent restait calme même si la situation semblait lui plaire autant qu'à Victor. Avait-il agit trop précipitamment? Un tueur ne se serait pas annoncé alors qu'il lui tournait le dos. Un tueur lui aurait braqué son arme dessus avant de parler. Sauf s'il disposait d'un soutien, la mascarade pouvait alors seulement servir a lui arracher le secret de sa planque avant de l'abattre...
Mais pourquoi, mon dieu, pourquoi cette absurdité a propos des vampires? L'autre cherchait il seulement à le déconcentrer, a le déconcerter par des propos incohérents pour reprendre l'avantage?
Avait il des complices? Sans le quitter des yeux Victor prit le temps de détailler les environs. Bien sûr ça ne servait a rien, il était fortement probable que si complices il y avait ils se trouvaient dans son dos, probablement de l'autre côté du lac avec un fusil de précision...


Des vampires? Vous y croyez vraiment ou vous cherchez a me déconcentrer? Je n'ai jamais cru a l'existence des créatures surnaturelles.

C'était faux mais il ne s'en souvenait plus, la vie en ville, le travail pour le syndicat du crime avait presque détruit l'enfant qui rêvait de dragons en courant dans les bois... Maintenant Victor voyait tout les mythes avec logique et la logique les écrasait. Mais la logique était elle réelle?

Je ne sais pas qui vous êtes mais je sais que j'ai mes raisons de ne pas avoir confiance en les personnes qui me suivent avec une arme. Moi je sais que je porte mon arme pour me défendre mais vous? Je n'ai pas de preuves... Vous pourriez travailler pour Eux!

Il déglutit une nouvelle fois, le simple fait d'évoquer ses poursuivants le mettait mal a l'aise même sans les nommer. Il fait un pas en direction d'Aleksej. Ce n'était pas prudent s'il s'agissait d'un tueur professionnel pétri de connaissances en arts martiaux mais il doutait, il doutait: et si l'autre disait la vérité? Ou pensait dire la vérité puisque les vampires n'existaient pas.
Un autre pas. Encore cinq. Il lève sa main gauche.


Lâchez votre arme... Je ne tiens pas a approcher si vous êtes armé mais je connais un truc pour voir si vous mentez. Si vous dites la vérité, je m'excuse d'avance de mon emportement mais je n'ai pas une vie facile...

Un autre pas. Bon sang. Il ne pouvait faire confiance a personne c'était de la folie... mais il fallait qu'il sache. Il ne pouvait pas tuer un innocent surtout aussi jeune sur un simple soupçon... Il avait peut-être aussi des ennuis pour avoir besoin d'une arme...

Ne craignez rien, je veux juste prendre votre pouls...

Un autre pas... plus petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Lun 12 Juil - 21:17

Alors qu'il gardait les yeux rivés sur Aleksej, l'homme semblait guetter les environs. Décidément, il était vraiment mal à l'aise et nerveux comme jamais. Qu'avait-il pour être dans pareil état ? Était-il poursuivi par quelqu'un ? Peut-être par les Vampires justement. Non, les paroles qu'il prononça par la suite démentirent cette nouvelle idée que le russe venait d'avoir. Mais alors, que vivait-il pour être ainsi anxieux ? Là encore, ce pouvait être de la comédie, mais le jeune homme n'en voyait pas l'utilité. Toutefois les paroles de l'homme le blessèrent sans qu'il ne le veuille vraiment. Non, il ne cherchait nullement à le déconcentrer ni même à le perturber un peu plus qu'il ne l'était déjà ; et, oui il y croyait réellement. Aussi surnaturelles soient-elles, ces créatures existaient et Aleksej avait payé le prix de son ignorance. Lui aussi n'avait jamais cru à ces bestioles aux pouvoirs impressionnants, jamais il n'avait songé un seul instant - excepté enfant, comme d'autres -, que les Dragons crachant des flammes ardentes pouvaient bien se cacher dans des terres reculées. Il en allait de même pour les Anges, les Démons ou encore les Vampires... Mais la réalité du monde est cruelle et il a fallut qu'elle frappe brutalement le russe dans sa vie pour lui faire ouvrir les yeux. Rien n'était imaginaire. Pas eux, en tout cas.

Un court silence s'installa entre les deux hommes, silence que Aleksej ne voulut pas troubler en répondant à l'homme face à lui. Il n'aurait sans doute pas eu le temps d'ailleurs, puisque déjà, il reprenait la parole. Certes, il marquait un nouveau point : qui serait rassuré à l'idée d'être suivi par quelqu'un d'armé ? Aleksej ne pouvait qu'acquiescer à cette remarque et garder le silence une fois de plus. Par contre la suite laissait à désirer. Il savait pourquoi il portait une arme, mais le russe savait également pourquoi il en avait une en sa possession, il ne pouvait pas partager cette raison en son entier, voilà tout. Toutefois dans l'ensemble, c'était la même raison que celle que venait d'invoquer l'homme face à lui : se défendre, voilà tout. Mais si cet homme ne croyait pas en l'existence des Vampires, alors de quoi cherchait-il à se défendre ? Logiquement, Aleksej aurait dû en rester là, s'excuser et se retirer puisque cet homme ne semblait nullement concerné par sa cause. Cependant, il se sentait presque obligé de devoir lui ouvrir les yeux, de le prévenir au moins s'il ne réussissait pas à le convaincre de l'existence de ces buveurs de sang.

Une nouvelle fois cependant, les paroles de l'homme intriguèrent Aleksej. Eux ? Qui étaient-ils donc ? De qui pouvait-il bien parler ? Si le sujet des Vampires n'avait pas été abordé, Aleksej aurait pu penser qu'il parlait justement des buveurs de sang, auquel cas il aurait pu se sentir attaqué personnellement. Quoiqu'il en soit, plus il restait là et plus le russe apprenait des choses qu'il n'aurait jamais souhaité savoir. Il aurait préféré s'éclipser, mais il ne le pouvait plus, pas maintenant, alors qu'il savait que cet homme vivait dans cet environnement en aveugle. Avec prudence, l'homme fit un pas tandis que le jeune garçon ne bougeait toujours pas. Un nouveau pas et l'homme brun tendait sa main gauche en direction du jeune homme, après quoi il prit la parole une troisième et dernière fois, lui demandant de bien vouloir lâcher son arme. Aleksej n'aimait pas l'idée. Même s'il paraissait sincère, le garçon ne connaissait rien de cet homme face à lui, lui confier ainsi son arme était dangereux, sans compter qu'un Vampire pouvait guetter non loin... Sans doute profiterait-il de ce geste pour saisir l'occasion d'attaquer deux proies pour le prix d'une seule. Même s'il ne tenait pas à l'approcher en possession de cette arme, le russe remarquait que malgré tout, l'homme face à lui avançait d'un pas supplémentaire. Ainsi, il avait un truc pour savoir s'il mentait ou non ? Aleksej n'avait strictement rien à se reprocher, il pouvait donc donner son arme en toute confiance, au moins sur ce point... Mais ce n'était pas cet homme qu'il redoutait, bien au contraire, c'était tout sauf cet homme. Finalement, sans même le connaître, le garçon le savait inoffensif. Il était juste à bout de nerfs. Et alors même qu'il ne comprenait pas réellement ses dernières paroles, lentement, afin de ne pas éveiller de soupçon chez son interlocuteur, Aleksej tendit son arme devant lui en la tenant par le canon. Il fit un pas en avant avant de poser la crosse de son arme dans la paume de la main gauche de l'homme face à lui. Lâchant sa propre arme, le russe fit un petit pas en arrière mais garda sa main tendue devant lui, laissant ainsi l'homme prendre son pouls si c'était véritablement ce qu'il désirait... Peut-être était-ce un moyen de savoir s'il était calme ou non.

- Désolé de revenir sur le sujet mais je pense que c'est nécessaire. Au début j'étais comme vous, je ne croyais pas en l'existence des Vampires... Seulement vous devez me faire confiance. Ils ne sont pas imaginaires, ils existent vraiment et si vous ne me croyez pas, vous ne vous en rendrez compte que trop tard, Monsieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Lun 12 Juil - 22:41

Victor prit délicatement l'arme d'Aleksej sans toucher a la gâchette avant de la glisser dans la ceinture de l'autre.

Je ne suis pas encore sûr que vous ne soyez pas un ennemi. Mais s'il s'avère que non alors cette arme sert a vous défendre comme la mienne et je n'aimerais vraiment pas en être privé.

Sa voix redevenait plus assurée, le seul fait que l'inconnu soit moins menaçant l'affermissait. Délicatement ses doigts entreprirent de tâtonner sur le cou du russe. Là, une pulsation, il avait l'index sur sa jugulaire. Il pousse un soupir, il serait bientôt fixé et soit il s'excuserait de son comportement soit il devrait loger une balle dans la tête de l'inconnu. Il espérait de tout cœur ne pas avoir a en venir a la seconde option, d'abord parce que ça le ferait rechercher AUSSI par la justice, ensuite parce qu'il n'avait jamais tué personne et enfin parce que ça voudrait dire que la mafia savait ou il était et ça n'était vraiment pas une bonne nouvelle.

Bon maintenant vous allez répondre a mes questions avec franchise. Si vous mentez je m'en rendrais compte.
Pour commencer je veux que vous me répétiez que l'arme que vous portez n'était pas en votre possession pour m'attaquer, tenter de me maitriser, me menacer ou me tuer.
Et ensuite répétez moi que vous pensez que des vampires rôdent dans le coin.


Il resterait de toute façon sceptique, si son rythme cardiaque s'accélérait l'inconnu mentait, s'il restait stable il disait la vérité ou plutôt il pensait dire la vérité. Mais Victor avait de toute façon du mal a croire a des histoires de monstres buveurs de sang.
Enfin... on les aurait déjà remarqué non? Je veux dire s'il y avait des gens qui disparaissaient, la police les enregistraient, on pouvait pas toujours les justifier avec logique non? Et si on retrouvait un cadavre exsangue ça devait être une bonne piste...
A moins qu'on ne retrouve jamais le cadavre...
C'était assez facile a faire, il avait entendu des petites frappes de la mafia en parler, un peu d'essence ou un élevage de porcs affamés, voire un bassin de chaux vive si on pouvait et paf, plus de cadavre, plus de preuves!
Enfin... tout de même on finirait par se douter de quelque chose non? On se doutait bien que la mafia existait alors même qu'elle se faisait très très discrète...
Minute. Des gens les avaient vu... Des fous. Ou non? Serions nous tous aveugles ou celui ci n'est-il qu'un fou de plus? S'il est fou il est peut-être dangereux puisqu'il se promène avec une arme.

Raaaaaaaaaaa, la situation était déjà assez compliquée comme ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Mer 14 Juil - 13:45

Lentement, l'homme face à lui s'empara de son arme alors que Aleksej se montrait un peu plus méfiant encore. Presque nerveusement à son tour, il guettait les alentours... Serait-il en mesure de récupérer rapidement son arme pour retenir un vampire s'il venait à être attaqué ? Il n'en savait rien. Après tout, quand bien même il avait appris à manier une arme à feu depuis quelques années maintenant, il manquait d'exercice et de technique. Son maniement était grossier et puisque les vampires étaient excessivement rapides, peut-être auraient-ils le temps d'esquiver sa balle... S'il avait le temps de faire feu, ce qui était une toute autre chose encore. Le russe fut sortit de sa rêverie par son interlocuteur qui reprenait la parole une nouvelle fois. Il y avait un peu de progrès, quelque part. Comme il le disait lui-même, il n'était sûr de rien, surtout pas du fait que le jeune homme soit un ennemi... Encore que si tel avait été le cas, sans doute n'aurait-il pas pris la peine d'approcher l'étranger, il aurait tout de suite fait feu et serait parti après s'être assuré de l'inconscience du corps. Pourtant, il avait raison : lorsqu'on porte une arme pour se défendre, il n'est pas agréable de se la voir retirée pour un prétexte ou pour un autre.

Aleksej pouvait voir, à la voix de l'homme, qu'il était un peu plus en confiance maintenant que le jeune homme ne possédait plus d'arme, ce qui le fit sourire au moins faiblement. L'homme face à lui était moins nerveux, peut-être serait-il mieux disposé à l'écouter maintenant. Délicatement, l'interlocuteur du russe se mit à poser ses doigts sur son cou alors que le jeune homme fermait lentement les yeux, penchant légèrement la tête sur le côté pour lui faciliter la tâche. Plus il coopérait, et plus les choses se dérouleraient rapidement, ainsi donc, il ne mettrait pas de temps à récupérer son arme. Les doigts de l'homme cessèrent leur mouvement incessant alors qu'ils étaient figés sur la jugulaire. Un soupir s'extirpa de ses lèvres, et il reprit presque immédiatement la parole, posant toute une série de questions alors qu'Aleksej essayait de ne pas être nerveux. Il devait être naturel, il devait oublier un instant l'environnement dans lequel il se trouvait, et être sérieux. Il avait besoin de tout ceci pour que cet homme le croit et s'en sorte peut-être. S'il ne croyait pas aux vampires, alors sans hésiter, ceux-ci s'occuperaient de lui et il n'aurait sans nul doute pas le temps de regretter quoi que ce soit.

Aleksej prit une profonde inspiration alors qu'il rouvrait les yeux. Ses pupilles verdâtres se posèrent alors dans celles de l'homme. Le russe avait un air sérieux, il semblait déterminé à passer pour innocent, et même si cet interrogatoire finissait mal, il se faisait un point d'honneur de montrer la vérité à cette homme, aussi cruelle et étonnante puisse-t-elle être. Pas de mensonges, ici il n'avait aucun intérêt à mentir et quand bien même il le pourrait, le garçon n'aimait pas vraiment cela, il n'en voyait pas l'intérêt, et puisqu'il aimait qu'on soit sincère avec lui, il se contentait de l'être aussi avec les autres sans se poser davantage de questions. Ainsi, il s'apprêtait à obéir sans broncher, appliquer à la lettre les recommandations de cet inconnu. Il serait franc et discipliné. Le russe fut tout particulièrement attentif aux propos de l'homme, chaque mot prononcé par son interlocuteur furent ancrés longuement dans son crâne avant qu'il ne se décide à répondre. Il réfléchissait aux paroles qu'il pouvait utiliser, au ton qu'il devait employer. Tant de choses qui l'empêchait finalement de penser à la réalité, il ne pensait plus aux potentiels vampires autour d'eux, il ne pensait plus non plus aux évènements qui l'avaient forcé à ouvrir les yeux au sujet des buveurs de sang. Il n'avait plus qu'une seule chose en tête : être blanc comme neige face à cet homme. Le jeune homme reprit une brève inspiration alors qu'il se redressait un peu. Ses yeux ne quittèrent pas ceux de l'étranger tandis qu'il commençait à parler sur un ton neutre, de façon claire et audible.

- L'arme que je porte n'allait pas me servir à vous attaquer, vous maîtriser, vous menacer, vous tuer ou, d'une façon générale, vous faire du mal. Je ne m'attendais pas à vous trouver là et encore une fois je puis vous affirmer que c'est le hasard qui a fait que nous nous croisions en ces lieux. Pour ce qui est des vampires, j'ignore s'ils rôdent véritablement ici, c'est possible simplement. Par contre, je puis vous assurer qu'ils existent. Je puis même vous dire qu'ils se cachent dans les ruines qui siègent dans la plaine... Est-ce tout ce que vous avez à me demander, Monsieur ?

Il était soulagé. Aleksej pensait avoir réussi le test improvisé que l'étranger lui avait proposé. Maintenant, il n'avait plus qu'à attendre le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Mer 14 Juil - 15:49

Victor laisse retomber ses deux mains en poussant un profond soupir de soulagement. Le rythme cardiaque du russe était resté imperturbable, il disait la vérité. Il recule de quelques pas avant de s'assoir sur une grosse pierre, la tension se relâchait trop brusquement. Maintenant que le doute est passé il se relâche. Il était comme un ressort et le ressort pouvait casser.

Oui c'est tout. Excusez moi, excusez moi... Ma réaction a sans doute été disproportionnée de votre point de vue mais... je vis tout le temps comme ça, je dois me méfier au maximum pour survivre. C'est la seule façon... Les gens armés, peuvent venir spécialement pour moi.

Il eut un rire nerveux. Du calme: ferme les yeux et respire a fond. Ce n'était pas le moment de faire une crise de nerfs. Il devait garder le contrôle, oui comme ça... Respirer a fond, se calmer...
Il déglutit encore une fois. Bon ça devait aller... Pas de danger immédiat. Pas de raison de s'inquiéter, pourquoi pleurer? Il ravale les sanglots de stress trop accumulé qui lui viennent. Quand cette vie de bête traquée finira-t-elle? Il ne pourrait pas accumuler la tension a l'infini, un jour il finirait par craquer.


Je sais que vous dites la vérité aussi concernant les vampires et je n'ai pas l'impression que vous soyez fou. Mais... je ne peux pas croire ça... Je suis déjà venu ici...

Il se fige soudainement et porte doucement la main a son cou, un cou encore marqué de la morsure d'une louve, mais il ne le sait pas comment pourrait il savoir? Et puis... des vampires, ça expliquerait tout... Mais non, une blessure comme celle qu'il avait infligé n'aurait pas pu tuer une créature immortelle...
Et s'il n'était pas mort pourquoi ne l'avoir pas vidé de son sang? Et ce Nikolai ne semblait pas avoir remarqué quelque chose d'étrange, ah si "Amelia avait jouer a noyer la nourriture". Mais comment quelqu'un pouvait-il parler qu'un vampire de façon aussi laconique? Comme si c'était... NORMAL! Les faits ne collaient pas... il manquait d'informations, il devait douter de tout ce qu'on lui présentait sans preuves...
Mais ça expliquait le reste: le sang partout alors qu'il n'y avait pas eu de mort, il avait réellement tiré, ses blessures a la gorges étaient les marques de la morsure.


Je ne sais pas, je ne comprend pas... ça n'est pas logique. Cela ne se peut pas... Mais si c'est faux il reste tant de choses inexpliquées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Jeu 15 Juil - 17:50

Après les réponses successives du russe, réponses qu'il avait voulu extrêmement précises dans le but d'être le plus sincère possible et surtout, dans le but de rassurer l'homme qui l'interrogeait, ce dernier sembla soulagé soudainement. Comme si le stress accumulé ces dernières minutes, peut-être même ces dernières heures, venait soudainement de se libérer et de disparaître en masse. En voyant cela, Aleksej ne put que sourire : même si ce n'était que provisoire, il était heureux de voir cet homme soulagé un temps au moins. Il ne pensait plus vraiment à ses peurs, il semblait simplement être bien, et c'est tout ce qui comptait. Un profond soupir de soulagement sortit alors des lèvres de l'homme alors qu'il reculait de plusieurs pas pour mieux s'installer sur une pierre siégeant au bord du lac. Avec une voix encore plus en confiance, l'homme se mit à s'excuser auprès du russe qui ne put, une nouvelle fois, que sourire en conséquence. Sans qu'il ne sache réellement pourquoi, Aleksej ne trouvait pas forcément la réaction de l'homme disproportionnée, il la comprenait même facilement, pourtant il s'abstint de tout commentaire et se contenta d'écouter son interlocuteur avec grande attention.

Ainsi, cet homme devait se méfier constamment afin de survivre ? Mais quelle vie avait-il pour être ainsi traqué ? Qu'avait-il pu faire et surtout, qui pouvait bien lui en vouloir à ce point ? Aleksej ne savait pas quoi penser de toute cette histoire, il ne savait qu'une chose : jamais il n'aurait de réponses à ces interrogations. En effet, le russe n'envisageait pas de poser des questions dans le but d'en apprendre plus sur cet homme, maintenant qu'il lui avait expliqué que les Vampires existaient, maintenant que cet homme lui faisait un peu plus confiance, il n'avait plus qu'à retourner sur ses pas et reprendre sa chasse dans une solitude parfaite. Bien évidemment, le garçon était intrigué par les propos de cet homme, il ne pouvait que s'y intéresser alors même qu'il n'était pas des plus curieux, cependant il s'imposait certaines limites, et aujourd'hui, il n'avait plus qu'un seul centre d'intérêt : les vampires, et tout ce qui était lié à eux d'une façon ou d'une autre. Maintenant que l'homme avait finit de parler, son stress semblait revenir petit à petit. Nerveusement, il se mit à rire un peu, puis le silence retomba alors que l'interlocuteur d'Aleksej semblait retourner à sa paranoïa maladive, retrouvant son malêtre naturel.

Après ce léger silence, il reprit la parole. Il lui faisait confiance, il le croyait et savait qu'il disait la vérité, pourtant il ne pouvait se résoudre à croire en l'existence des vampires. D'un autre côté, cela aussi, le russe pouvait le comprendre. Il n'est pas donné à tout le monde d'accepter soudainement l'existence de buveurs de sang qu'on pensait inventés de toute pièce. Aleksej fut au moins rassuré de ne pas paraître pour fou, il avait au moins cet avantage par rapport à d'autres. Pourtant l'homme face à lui sembla se figer soudainement, coupant sa phrase en son milieu comme s'il venait d'avoir une illumination, comme s'il se rappelait d'un évènement passé. La main de l'homme se porta à son cou alors qu'il semblait fixer le vide en silence. Le russe était perplexe face à un tel comportement, les vieux démons de l'homme face à lui revenaient-ils le hanter ? Un long, très long moment, l'homme sembla se perdre dans ses propres pensées sans que le jeune homme ne soit en mesure de communiquer avec lui. Puis, de nouveau, mais bien plus faiblement, la voix de cet inconnu résonna, forçant Aleksej à être un peu plus attentif encore. Des brides de mots qu'il parvint à entendre, le jeune homme en conclut que son interlocuteur se parlait plus à lui-même qu'autre chose. Toutefois les mots qu'il capta ne rassurèrent pas le garçon.

- Ce n'est rien, Monsieur, je puis comprendre votre état de nervosité... J'y pense, je ne crois pas m'être présenté : je me nomme Aleksej.

Ces mots prononcés, le jeune homme s'inclina respectueusement face à son interlocuteur alors qu'il n'était pas certain d'avoir toute son attention. Au point où il en était, peu lui importait et il n'avait plus que ceci à faire. Aleksej se redressa alors et reprit une position un peu plus normale, bien loin du formalisme qui semblait lui être habituel. Le regard du jeune homme se déporta alors sur le lac et il se plut, un court instant, à tout oublier de sa vie et de ce monde. Aussi calme que le lac, aussi paisible que la surface plane de l'eau. Tout était silencieux et le jeune homme appréciait plus que tout cet environnement si à part et pourtant si réel.

- Il est sans doute difficile d'accepter en quelques minutes l'existence d'une nouvelle race. Pourtant je n'ai aucun intérêt à vous mentir, vous savez... Je ne vous ai révélé cela que pour vous protéger. Beaucoup de gens en cette ville ne croient pas en l'existence des vampires alors qu'il y a sans cesse des disparitions. Ils refusent de voir la réalité de chaque soir, lorsque la ville se voit envahie par des êtres au charme surnaturel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Jeu 15 Juil - 20:05

Victor mit un long moment a répondre, son monde lui semblait tellement fragile, la réalité si peu stable, si irréelle... Qu'est-ce qui était vrai? Qu'est-ce qui était faux?

Je m'appelle Victor...

Chaque soir? Les vampires venaient en ville tous les soirs? Il ne faisait déjà confiance a personne alors qu'il n'était même pas encore sûr que la mafia l'avait retrouvé. Comment réagir a une pareille nouvelle? Des disparitions tous les soirs... de quelle quantité de sang avaient ils besoin, combien étaient ils?

Stop. Il avait déjà suffisamment a s'inquiéter avec un danger réel sans perdre de temps avec un danger imaginaire. Tous les fous n'avaient pas l'air fous et toutes les personnes saines d'esprit n'en avaient pas l'air. Et puis tout le monde pouvait se tromper... des tas de gens disparaissaient chaque jours. Victor était bien placé pour le savoir, lui même avait disparu après la disparition de 6 millions dans la banque... mais tout était légal horriblement légal, on saurait qu'il avait trafiqué les nombres mais personne ne pouvait le prouver. Les seules personnes qui avaient des preuves ne les lâcheraient que lorsque tout espoir de récupérer l'argent, "leur" argent, aurait disparu et que Victor soit réapparu au grand jour.
Les gens disparaissaient souvent, ils avaient leurs raisons ou au pire les raisons d'autres personnes qui ne leur laissaient pas leur mot a dire dans l'affaire.


Il y a tant de gens qui disparaissent que ça? C'est une ville assez grande, la criminalité doit y être forte. Des gens disparaissent tous les jours pour ce genre de raison. On ne retrouve jamais les cadavres, les criminels ont leurs trucs.

Il bondit soudainement sur ses pieds et pointe son colt dans une direction quelque part derrière Aleksej (ça aidait parfois d'être toujours prêt a se faire attaquer par n'importe qui). Un homme de grande taille venait de sortir des buissons, il avait l'air dur, une cicatrice sur le cou, et il pointait un Sig Sauer sur le dos d'Aleksej. Mais il était incontestablement humain. On pouvait l'entendre respirer profondément, il avait le teint sanguin et sur sa joue a l'endroit ou une épine l'avait meurtrit quelques instants plus tôt la minuscule égratignure ne s'était pas encore refermée.
La coalition surveillait différents endroits pour protéger les gens des vampires? Visiblement des pro-vampires avaient penser utile de protéger les vampires des gens, même si c'était parfaitement inutile du fait de leur puissance. Et maintenant la situation semblait pour le moins bloquée: Victor tenait l'homme en joue et l'homme tenait Aleksej dans sa ligne de mire.


Qui êtes vous?

Qu'allait tenter l'homme? Allait il mentir? Allait il essayer de les rallier a la cause vampire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 17 Juil - 1:55

Ainsi donc, son nom était Victor. Aleksej inclina faiblement la tête par politesse, signe qu'il était enchanté de faire la rencontre de cet homme. Cela lui éviterait au moins de l'appeler Monsieur, maintenant. Encore que, le russe n'était pas des plus familiers si bien qu'il lui fallait un certain temps avant d'user d'un prénom qui lui était confié, ou même de tutoyer. Un léger silence s'installa pendant lequel Victor sembla réfléchir, comme toujours. Jamais il ne semblait s'arrêter, toujours obnubilé par quelque songe ou quelque pensée maladive. De nouveau l'homme se mit à parler, répétant plus ou moins les paroles d'Aleksej en les commentant qui plus est. Attentif comme bien souvent, le russe prit soin d'étudier les propos de Victor mot à mot. Oui, beaucoup de gens disparaissaient pour revenir, ou non, plus tard. Ils disparaissaient sans laisser de traces, du jour au lendemain parce qu'ils avaient eu la mauvaise idée de traîner dans la ville alors que la lune s'était levée. Les vampires rôdaient partout, sans qu'on ne s'en rende nécessairement compte, ils attaquaient, manipulaient, transformaient, tuaient. Les corps ne disparaissaient pas toujours, certains étaient retrouvés inconscients au beau milieu d'un parc, ou pire, chez eux. Toutefois, d'autres réapparaissaient soudainement après plusieurs jours d'absence. Ils n'étaient pas forcément changés en vampires, mais ils les avaient trouvé séduisants et s'étaient ainsi liés à eux... A moins qu'il ne s'agisse là que de pure stratégie : s'allier au plus fort pour ne pas avoir à subir ses coups. C'était de bonne guerre mais ce n'était pas toujours concluant : encore fallait-il avoir toutes les données en main.

Victor avait raison, il s'agissait là d'une ville relativement grande, mais bizarrement la criminalité n'y était pas excessivement forte si on ne comptait pas l'activité des buveurs de sang. Ces derniers en venaient à devenir une véritable menace puisqu'ils ne venaient en ville que pour une chose, finalement : se nourrir, et rien d'autre. Rares étaient ceux qui se contentaient de se divertir au milieu des humains, de ces "êtres inférieurs" comme ils aimaient à les appeler. Cependant, là encore, il n'avait pas forcément tort. On ne pouvait pas dire que les vampires étaient à la source de toutes les disparitions de la villes, pourtant ils étaient bien à l'origine des trois quarts sans doute. Aleksej n'avait aucun chiffre en tête, il n'avait pas pris soin d'étudier la question, jamais il n'aurait pensé qu'on puisse mettre ainsi en doute l'existence de ces êtres. Toutefois, à peine chez lui, le jeune homme s'occuperait sans doute de tout ceci afin d'être au point sur le sujet. Alors qu'une fois encore, le russe était perdu plus ou moins dans ses noires pensées, Victor se redressa subitement, le faisant presque sursauter tant la nervosité se ressentait brutalement. Non seulement l'homme s'était relevé rapidement, mais en plus, il avait trouvé le temps de dégainer son arme et la pointait maintenant dans la direction du jeune homme. Dans sa direction, mais loin de lui toutefois. Quelqu'un était dans le dos du garçon, et il lui était pour le moment impossible de savoir de qui il s'agissait. Pour son plus grand malheur d'ailleurs, Victor ne le connaissait pas non plus puisqu'il venait de lui demander de décliner son identité.

Qu'était-il censé faire ? Prendre de gros risques et tirer à l'aveuglette alors même qu'il ne savait pas qui était derrière lui ? Un vampire, un humain ? Était-il menaçant, ou venait-il juste de sortir de la forêt comme l'avait fait Aleksej un peu plus tôt ? Des questions qui, là encore, ne trouvaient aucune réponse puisqu'il ne pouvait pas voir cet homme. Lentement le russe s'aventura à pivoter la tête tout en éloignant ses mains de son corps, montrant ainsi à l'homme dans son dos qu'il n'avait aucune arme en main, qu'il ne cherchait pas ainsi à le blesser - pas pour le moment en tout cas. Une mèche de cheveux empêchait le jeune homme de distinguer l'individu comme il le fallait, cependant il voyait assez bien pour comprendre un peu mieux la situation. L'homme semblait être de grande taille, il semblait avoir déjà vécu pas mal d'aventures et surtout, il pointait une arme sur Aleksej, ce qui lui arracha une maigre grimace. Que pouvait-il bien faire ? Cet homme avait l'air menaçant, contrairement à Victor, il n'avait l'air nullement stressé mais bien au contraire : affreusement sûr de lui. Rapidement, le jeune homme chercha qui pouvait lui en vouloir ; jamais il ne s'était attiré la haine de quiconque dans cette ville, vampires exclus. Or cet homme était humain, une odeur se dégageait de son corps, il n'avait aucune grâce, aucune élégance, sans compter qu'il était loin d'être pâle. Un pro-vampire ? Peut-être. Quoiqu'il en soit, le russe ne pouvait pas se permettre de le tuer, il n'était pas vampire, et ce simple fait l'en empêchait. Il pouvait toutefois le blesser... Et compter sur Victor. Aleksej leva les yeux sur l'étranger qui lui avait tenu compagnie quelques instants avant de lui adresser un sourire. Il n'avait plus qu'à prier pour que l'homme le comprenne, et surtout pour qu'il ait assez confiance en lui pour le protéger un peu. Soudainement, le jeune homme tourna les talons et se vit face à l'étranger qu'il ne put que détailler un peu plus encore. Déjà vu. A plusieurs reprises, cet homme semblait le suivre, ou tout du moins, avoir des objectifs qui le conduisait bien souvent aux mêmes endroits que le russe. Main à la ceinture, sur la crosse de son arme, il n'eut toutefois pas le temps de dégainer qu'un coup de feu résonnait. Coup de feu bien vite suivit d'une vive douleur dans l'épaule gauche du garçon, le forçant à courber échine devant l'humain qui semblait être un ennemi. Genoux à terre, une grimace de douleur se dessina progressivement sur le visage d'ange du jeune homme tandis que la réalité lui semblait lointaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 17 Juil - 11:50

La situation ne plaisait vraiment pas a Victor: il n'aimait pas devoir menacer avec une arme, il n'aimait pas faire ça a un homme armé, il n'aimait pas les coups de feu intempestifs, il n'aimait pas que les gens soit blessés, ça compliquait toujours tout. Donc il était encore un tout petit peu plus sur les nerfs que d'habitude. Il était crispé et se crisper lorsqu'on tient une arme n'est jamais une bonne idée. Il avait fait son possible pour ne pas appuyer sur la gâchette par inadvertance mais le coup de feu avait été de trop, suivit immédiatement par la réplique de Victor. Ce n'était pas un coup visé, ni un coup volontaire d'ailleurs, mais il avait le canon pointé sur le nouveau venu. L'autre ne s'y attendait probablement pas, il avait tiré sur Aleksej parce que celui ci avait l'air de vouloir sortir son arme et maintenant une autre balle l'avait atteint au côté de la gorge. Il prit le temps de braquer son arme sur Victor.
Ce fut sans doute là sa seconde grosse erreur, s'il avait lâché son arme pour tenter d'endiguer le flot de sang Victor n'aurait pas réagit.

...

Victor prit quelques instant pour regarder l'homme a terre d'un air hébété. Vider le chargeur en lui tirant dessus avait été étrangement... facile, ça avait même eut quelque chose... d'apaisant. Le monde s'était réduit a une simple pensée: Tuer.

Une pression sur la gâchette, une balle dans le ventre. L'homme avait lâcher son arme pour porter sa main à la blessure cette fois...
Deuxième pression sur la gâchette, ça n'avait pas été volontaire, il avait commencé a tirer et il ne s'était pas arrêté voilà tout, balle dans le torse. L'homme était tombé a genoux en criant de douleur.
Troisième balle, cœur, ou du moins près du cœur... L'homme s'était recroquevillé sur lui même.
Quatrième balle, tête. Il s'était effondré, mort.
Cinquième balle, parce qu'il n'avait pas contrôlé ce qu'il avait fait, ça avait été automatique il avait eu l'impression que la gâchette avait reculé en entrainant son doigt avec elle. La balle l'avait atteint dans le dos, mais ça n'avait plus d'importance.
Clic, plus de balles, clic clic clic... plus de balles, mais il continuait a appuyer sur la gâchette comme un automate sans comprendre ce qui venait de se passer.
Chargeur vide, il fallait recharger pour le cas ou l'homme ne serait pas seul. Ne pas penser. Ouvrir le colt, retirer les douilles, ne pas penser, sortir la boite de cartouche, recharger, ne pas penser a ce qui venait de se passer, trouver n'importe quoi pour s'occuper l'esprit mais ne surtout pas penser. Il avait rechargé, que faire maintenant? Il lui fallait se concentrer sur n'importe quoi mais pas sur les faits bruts.

Il venait de tuer quelqu'un, c'était facile, c'était facile de tuer les gens...

Aleksej avait l'air mal en point, ça pouvait être normal pour quelqu'un qui venait de se prendre un balle dans l'épaule. Mmais Victor avait tendance a penser que la blessure n'aurait pas du saigner autant. L'aider, c'était sans doute important, les humains s'aidaient entre eux. Il ne fallait pas qu'Aleksej meurt, il ne fallait pas que Victor pense a ce qui venait de se passer.
Victor mit la main sur la blessure du russe. Faire pression sur la blessure, comprimer les vaisseaux sanguins pour réduire l'écoulement du sang, aider Aleksej.
Ne pas penser a l'homme mort, se concentrer sur Aleksej...


Ça va?

Sa voix ressemblait au murmure d'un fantôme, tremblante, éthérée, elle semblait venir d'un autre monde, et c'était presque le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Dim 18 Juil - 23:03

Les coups de feu eurent beau s'enchaîner en arrière plan, ils ne parvinrent pas jusqu'à l'oreille éteinte du russe. De même, la scène n'aurait pas dû échapper à Aleksej ; pourquoi n'avait-il pas vu cet homme danser au gré des balles tirées par l'inconnu avec lequel il avait discuté plus tôt ? Il aurait dû voir, sans nul doute, ce gracieux ballet que lui offrait l'homme grand et fort. Le spectacle élégant et raffiné tranchait merveilleusement avec la nature même de l'homme, pourquoi n'avait-il pas vu de fins rubans rouges apparaître soudainement et virevolter joliment en l'air avant de retomber au sol bruyamment, rappelant le son que faisait la pluie en se heurtant à la terre sèche. Un claquement sec et vif qui semblait être aussi rude qu'un coup de fouet donné dans le vide. Aleksej n'avait rien vu de tout cela. Ses oreilles n'entendaient plus. Ses yeux ne voyaient plus alors même qu'ils fixaient gravement le sol sur lequel il était recroquevillé. Des perles de sueur commençaient doucement à se créer sur son front et pourtant, le russe n'était plus là psychologiquement. Bien loin de cette cruelle réalité, bien loin de Victor, bien loin de l'ennemi. Qu'aurait-il pu faire face à un nouvel attaquant surgissant soudainement des buissons et des arbres fièrement dressés ? Rien.
Strictement rien.

Le pire moment, pour lui, n'était pas la naissance de la douleur, c'était les suites. Comme tout un chacun, la blessure, au moment où elle se fait, n'est pas forcément le plus douloureux. Si un éclat de verre transperce la peau, il peut s'enfoncer profondément sans même qu'on soit en mesure de s'en rendre compte. S'il est de la taille d'un petit gravier, et qu'il déchire et se glisse dans la peau par inadvertance, la victime n'est pas certaine de s'en rendre compte. Ainsi le temps peut passer, jusqu'au moment où les yeux se posent sur les mains tâchées de sang. Il faut alors s'activer pour trouver la blessure, on se rend alors compte qu'inconsciemment, pour que les mains soient ainsi tâchées, une gêne avait été créé, gêne qu'on voulait retirer sans qu'elle soit pourtant trop douloureuse. Le pire, finalement, c'est de retirer cet élément étranger du corps. Afin que la plaie ne s'infecte pas, afin que la peau ne cicatrise pas par dessus le corps étranger, il faut retirer ce dernier. Oui mais pour cela, il faut écarter la peau, charcuter un peu plus encore, et la douleur s'en mêle finalement. Fatalement, cette dernière se met à ronger la chair à son tour, le corps devient blême, et les couleurs disparaissent lorsque la douleur est trop intense. Chaud, froid, telles sont les sensations qui parcourent le corps de l'individu blessé et parfois, l'inconscience le guette.

Finalement ici, Aleksej n'était pas loin de l'inconscience, mais il s'y refusait. Il ne voulait pas plier sous ces attaques d'autant qu'ici, le problème était simplement la blessure créée, ce qui était le moins désagréable de toute cette affaire. Le russe ne se souvint de la présence de Victor que lorsqu'il sentit une forte pression sur son épaule blessée laissant échapper son sang sans vouloir s'arrêter. Vaguement, il parvint à distinguer une forme humaine à ses côtés, puis un son mais il fut bien incapable de comprendre quoique ce soit. Cette pression lui faisait mal et le soulageait également, c'est tout ce qu'il était en mesure de percevoir. Les sourcils du russe se froncèrent soudainement alors qu'il se décalait. Lentement il se pencha au-dessus de l'eau, semblant reprendre ses esprits petit à petit. Aleksej récupéra un peu d'eau au creux de sa main avant de se la projeter au visage, l'eau froide le réveilla un peu alors qu'il se redressait lentement. Peu à peu, sa vue revenait et il distinguait maintenant un corps au sol, baignant dans son propre sang. Mort. L'homme qui les avait attaqué était désormais mort. Était-ce de sa faute, si Victor l'avait tué ? S'il n'avait pas cherché à bouger, sans doute Victor n'aurait-il pas eu à faire feu, alors était-ce vraiment de sa faute ? Il savait qu'en bougeant, l'autre allait tirer, et il savait également, ou plutôt, il espérait que Victor allait réagir, mais comment pouvait-il réagir autrement qu'en le tuant ? Le blesser, le désarmer simplement ? Était-ce à portée de l'homme ? Aleksej ne savait rien de lui et malgré tout, il l'avait poussé à tuer un homme. Qui était-il donc pour avoir osé une telle chose ?

Lentement, le jeune homme retira son épaule d'entre les mains protectrices de Victor qu'il reconnaissait enfin, appliquant sa propre main sur la blessure qui saignait toujours. Le plus grave problème n'était pas en ce moment, la balle, encore logée dans son épaule, empêchait le sang de trop couler. Qu'adviendrait-il lorsqu'on la lui enlèverait ? Peut-être serait-il condamné à la garder au sein de son corps, comme certain. Dans le simple but de ne pas prendre de risques. Lentement, le garçon tituba avant de chercher l'endroit par lequel il était arrivé. Doucement, une migraine s'installait en son crâne et à n'en pas douter, de violents maux allaient venir s'il ne parvenait pas à se guérir. Un soupir s'extirpa de ses lèvres alors que, chancelant, Aleksej se retournait vers Victor. Un faible sourire étira ses lèvres, dénuée de toute couleur maintenant alors que sa peau subissait le même châtiment.

- Je vous prie de bien vouloir m'excuser... Pour cet homme, pour l'acte que vous avez commis par ma faute... Si je ne vous avais pas suivi, sans doute serions-nous l'un et l'autre dans un meilleur état... ; une nouvelle grimace parcourut soudainement le visage du russe alors qu'il reprenait son souffle, se concentrant pour finir convenablement la phrase qu'il avait déjà formulé dans son crâne ; Puis-je encore... abuser de votre gentillesse en vous demandant de m'accompagner... A l'hôpital, s'il vous plaît... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Lun 19 Juil - 12:17

Que faire? Une blessure par balle attirait forcément l'attention, on lui demanderait comment il s'était fait ça, des gens le remarqueraient, interrogeraient, attireraient l'attention. Il ne voulait surtout pas attirer l'attention... mais laisser Aleksej mourir faute de soins? Non il ne pouvait pas. Il trouverait quelque chose sur le trajet pour ne pas attirer l'attention...
Il s'approche du russe et le soutint pour le faire avancer dans la bonne direction.


Bien sûr. Je ne peux pas vous laisser comme ça. Vous avez l'air très mal en point... Ça va aller, ma voiture n'est pas loin.

Guider Aleksej n'était pas difficile, ce dernier était vraiment léger, frêle en comparaison d'un garçon de son âge et Victor se demandait franchement pourquoi un garçon aussi jeune faisait la chasse aux vampires et se baladait avec une arme. Pourquoi, pourquoi? Des questions stériles, qui resteraient probablement à jamais irrésolues. Mais de telles interrogations occupaient l'esprit et Victor n'avait pas assez de ses inquiétudes pour l'état d'Aleksej pour s'empêcher de penser a ce qui s'était passé.

Il avait tué quelqu'un, ça avait été facile, ça avait été plus que facile.

Le russe avait l'air vraiment faible, mais Victor n'avait jamais vu personne avec une balle dans l'épaule, c'était peut-être une faiblesse normale... pourtant quelque chose lui disait qu'un détail clochait. Depuis le temps le sang aurait du arrêter de couler non? Le trajet a travers la forêt prit une éternité de son point de vue, alors que celui du russe... Lorsqu'ils parvinrent enfin a la voiture de Victor celui-ci eut toutes les peines du monde à retrouver ses clés et a ouvrir la portière tant il était fébrile.
Il devait faire quelque chose pour empêcher la situation de trop se compliquer. Pour commencer il faudrait qu'il demande au Russe de lui confier son arme, et qu'il la planque ainsi que les siennes... Une blessure par balle attirait déjà suffisamment l'attention sans qu'on pense qu'ils s'étaient mutuellement attaqués ou qu'ils s'y attendaient... Ensuite il devrait déposer Aleksej aux urgences, ramener quelqu'un pour s'occuper de lui et partir sans laisser de traces trop de traces. Il faudrait aussi qu'ils conviennent d'une histoire vraisemblable avec un tas de détails obscurs.
Il pouvait avoir été bêtement attaqué dans un ruelle sombre, avoir refusé de se laisser faire et s'être fait tirer dessus en tentant de se défendre, son agresseur aura eut peur que le bruit de la détonation ne ramène un témoin gênant. Et il avait eut raison parce que Victor avait entendu en passant et donc s'était porté au secours de l'autre.
Ça pouvait aller du moment que personne ne remarquait qu'ils avaient tout les deux été dans la cambrousse.

Au moment de faire rentrer le blessé dans la voiture il est soudainement prit d'un doute. Devait il le mettre assis sur le siège passager ou allongé sur la banquette arrière? Il finit par lui ouvrir la porte arrière, en position allongée il perdrait moins de sang.
Il espérait vraiment qu'il ne perde pas conscience durant le trajet, il fallait qu'il le prévienne des dispositions qu'il allait prendre pour éviter une surprise qui mettrait la puce a l'oreille de ceux qui la remarqueraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Mar 20 Juil - 15:46

Lentement, l'homme s'approcha d'Aleksej et prit soin de le soutenir un peu, dans le simple but de l'aider à avancer et de le soulager dans sa marche. Le russe avait les idées un peu plus claires maintenant, quoiqu'il en soit il n'était pas encore suffisamment lucide pour regagner la ville, pas suffisamment lucide, et en trop mauvais état pour ça. Sans compter que s'il avait été en mesure de traverser les plaines sans attirer l'attention à l'aller, la chose serait difficile au retour puisqu'il devait empester le sang. La voix de Victor ne lui parvint que faiblement, de ce qu'il percevait, le garçon était en mesure de comprendre que l'étranger acceptait de l'aider. Il savait aussi que la voiture n'était pas bien loin pour l'avoir vu lui-même la garer à l'entrée de la forêt. Toutefois, ça, Victor ne le savait pas puisqu'Aleksej ne s'était montré qu'à hauteur du lac. Le trajet vers la forêt fut plus ou moins long. Le jeune homme n'avait pas l'impression de marcher mais plutôt d'être porté en grande partie, ses pas s'enchaînaient mais il n'éprouvait aucune sensation dans ses jambes. Il aurait très bien pu s'entraver qu'il n'aurait pas été en mesure de s'en rendre compte d'une part, et de se rattraper d'autre part. La voiture se montra alors : le russe apercevait sa silhouette se profiler dans l'ombre entre quelques arbres. Pourtant là encore, entre le moment où il atteignit la voiture et le moment où il fut à l'intérieur, un certain laps de temps s'écoula.

Aleksej aurait pu se soutenir un moment à la voiture en s'appuyant un peu dessus, pourtant Victor ne semblait pas vouloir le lâcher ce qui expliqua le temps considérable qu'il mit à vouloir trouver les clés du véhicule. Là encore, le russe attendit, mais il n'avait que cela à faire après tout, le sang avait peut-être cessé de couler aussi abondamment que précédemment, mais il continuait de s'écouler tout de même. Un court instant peut-être, le jeune homme perdit connaissance, il ne rouvrit les yeux que sur le plafond de la voiture alors que cette dernière semblait ronronner. Il ne savait pas encore s'ils avaient démarré ou si Victor s'était contenté de faire chauffer le moteur, quoiqu'il en soit, il parvint à replacer tant bien que mal la situation. Sa position lui facilitait la tâche, il n'avait plus à se tenir droit, ou au moins à essayer, Aleksej se contentait de relâcher chacun de ses muscles sauf la main qui tenait fermement son épaule abîmée. Le jeune homme se souvint alors de quelques détails de la soirée, la venue de Victor en ses lieux en premier : pourquoi s'était-il montré ici ? Sans nul doute, le jeune homme l'avait dérangé puisque son interlocuteur n'avait fait qu'observer les environs. Peut-être cherchait-il quelque chose, à la base. Par ailleurs il se souvint également des inscriptions et divers prospectus qu'il avait vu au sein de la voiture. Le russe tenta alors de réajuster un peu sa position, échappant un faible gémissement pour l'effort fourni. Doucement il reprit la parole.

- Je suis désolé pour la voiture... Je vais tâcher les sièges, je crois... Je vous dédommagerai s'il le faut.

Aleksej cessa alors de gigoter et se détendit en observant le plafond de la voiture, écoutant le ronronnement. La faiblesse qu'il éprouvait actuellement était en mesure de le tuer à petit feu, il se voyait vidé de son énergie et avait un peu de mal à rester éveillé. Le bruit du moteur n'arrangeait rien. Lentement pourtant, la tête du garçon pivota vers l'avant, détaillant la boite de vitesse, le tableau de bord avec attention. Jolie voiture, quand bien même elle n'était que de location. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas l'heure de se poser des questions, il devait au contraire apporter des explications à Victor. Et de ce qu'il en avait vu, ce dernier était plutôt nerveux - ce qui leur avait toutefois rendu grand service contre l'homme maintenant mort -, par conséquent il devait absolument le rassurer. Inutile de le porter jusqu'à l'hôpital, avec ce repos sur la banquette arrière de la voiture, il serait en mesure de marcher seul jusqu'aux urgences. Et puis s'il venait à perdre connaissance sur cette faible distance, une âme charitable serait bien en mesure de l'aider. A moins qu'il ne tombe sur un Vampire qui ne fasse que l'achever un peu plus encore...

- Je suis un membre de la Coalition... Ce qui expliquera à la fois l'arme et la blessure à l'épaule. De même, je suis presque un habitué de l'hôpital puisque j'y suis un traitement, alors je n'aurai pas grand mal à me repérer, ni même à trouver de l'aide... Je pense avoir suffisamment abusé de votre gentillesse, il vous sera donc inutile de m'amener à la porte des urgences. Je connais une petite ruelle non loin où vous pourrez repartir tranquillement... Si cela vous convient, bien sûr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Mar 20 Juil - 17:26

Victor roulait vite, sans doute trop puisque ce n'était pas le moment d'avoir un accident mais il connaissait bien la route et il conduisait bien. Et il voulait arriver vite pour ne pas devoir se contenter de déposer un cadavre a la morgue de l'hôpital. Surtout si celui ci continuait de se faire du mal en remuant ainsi sur la banquette arrière. Il coupe un virage et accessoirement évite un arbre qui se trouvait bêtement dans la trajectoire la plus directe (et que la route évitait), labourant la terre au passage.

Pas la peine de me dédommager, le sang ne tache pas de façon trop définitive, en fait on le fait assez facilement partir quand on sait faire... Je m'en occuperai vite avant de la rendre pour ne pas avoir à les expliquer.

Il parle les dents serrées, surtout concentré sur la conduite. Mais pas une des paroles de son passager ne lui échappe. Qu'elle était cette Coalition? Visiblement ça avait un rapport avec les vampires, et peut-être que l'homme qu'il... l'homme qui les avait attaqué avait aussi un rapport avec. Allez comprendre quand vous n'aviez pas toutes les informations.
Que signifiait cette histoire de traitement? Le jeune homme lui avait bien semblé pâle... et le sang aurait dû cesser de saigner, il connaissait une maladie comme ça...
Ce n'était pas important, l'important c'était de le conduire vite a l'hôpital.


Je ne sais pas ce que c'est que cette coalition, j'espère pour vous que les médecins le savent parce que a votre place je n'aimerais pas avoir a justifier le fait de porter une arme. J'avouerais que ne pas me faire remarquer m'arrangerait beaucoup merci mais je préférerais être sûr que vous atteigniez la porte, vous êtes très mal en point.

La ville lui semblait encore trop loin... A quelle vitesse roulait il? 150 Km/h. Le terrain n'était pas trop accidenté... Il pouvait se permettre d'aller plus vite sachant qu'ils seraient forcés de ralentir en ville. La pensée qu'il aurait peut-être dû essayer de gagner sa vie dans les courses automobiles faillit le déstabiliser ce qui ne l'empêchât pas d'éviter un rocher (lequel ne se trouvait d'ailleurs pas sur la route). En tout cas la ville se rapprochait déjà a une vitesse plus acceptable et maintenant il commençait a se permettre d'être optimiste: si l'état d'Aleksej restait stable celui-ci avait ses chances de survie...
Survie. Tiens il avait oublié de vérifier qu'il n'y avait pas de bombe sous la voiture. Un clou chasse l'autre comme on dit: il était tellement concentré sur l'état d'Aleksej, ses questions et le fait de ne pas penser qu'il avait oublié d'être prudent. Et ça ne lui avait pas porté préjudice. Enfin du moins s'il avait explosé en mettant le contact il s'en serait sans doute rendu compte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Ven 23 Juil - 22:53

(Je te prie de bien vouloir excuser mon retard, Victor ; c'est que je suis relativement occupé ces temps-ci...)

A en juger par les mouvements que son corps était tenté de faire au rythme du trajet, Aleksej avait comme l'impression que Victor ne suivait pas la route telle qu'elle était tracée. Par chance, pour lui, la route que le conducteur empruntait n'était pas des plus accidentées, et les faibles secousses que le russe était en mesure de ressentir étaient sans gravité. Toutefois il était méfiant, et appréhendait un éventuel choc plus brutal, ou un simple nid de poule capable de lui déclencher un saignement interne loin d'être souhaité. De même, non seulement Victor cherchait à aller au plus direct - ce qui ne pouvait que faire plaisir à Aleksej, il cherchait ainsi à le soigner au plus vite -, mais en plus, il roulait vite. Excessivement vite et bien trop par rapport à ce qu'il devrait être. Le jeune homme pouvait le voir à la vitesse à laquelle le paysage défilait, c'était relativement impressionnant. Plus ou moins distrait par tous ces détails, le garçon sursauta presque en percevant la voix de son chauffeur improvisé.

Il ne voulait pas d'un dédommagement, car d'après ses propres termes, les tâches laissées par le sang pouvaient être nettoyées et n'étaient pas définitives. La suite demeura assez vague. Visiblement, l'homme avait certaines techniques qui lui permettaient de faire disparaître le sang, le tout était " de savoir faire ". D'ordinaire, si la situation avait été un peu plus normale, Aleksej se serait sans doute posé nombre de questions telles que l'origine de ces techniques, les techniques elles-mêmes, entre autre. Mais rien n'était banal en ce moment, le russe perdait encore son sang bien que ce soit un peu plus faible qu'au beau milieu de la forêt et il était plus ou moins perturbé par une migraine insistante. Ainsi donc, il ne releva pas les propos de Victor alors même que ceux-ci sonnèrent bizarrement à son oreille. Sans doute était-il trop fatigué pour cela. En dépit des efforts qu'il avait fourni, Aleksej avait eu un certain mal à comprendre les propos tenus par son interlocuteur. Celui-ci les avaient presque marmonné entre ses dents serrées, sans doute parce qu'il était concentré sur la trajectoire qu'il devait emprunter. Ce n'était peut-être pas le meilleur moment, en effet, pour lui parler de choses diverses et variées, mais également importantes.

Un fragile silence s'installa, mais il ne dura guère, car de nouveau, Victor prenait la parole. Il ignorait ce qu'était la Coalition ? Sans doute était-ce normal puisqu'il ne connaissait pas non plus l'existence des Vampires. D'un autre côté, à être ainsi présenté, la Coalition montée par Sullivan pouvait prendre des allures de sectes, et Aleksej pouvait paraître soudainement bien moins innocent qu'il n'y paraissait. Sans doute était-ce un risque à prendre, au point où il en était de toute façon. Pour ce qui était de sa seconde remarque, oui, les médecins savaient. Le russe était fiché comme hémophile et membre de la Coalition, ce qui expliquait ses visites fréquentes dans un état qui était plus ou moins rassurant. Maintenant il cherchait un moyen de ne pas embêter Victor tout en réussissant à le prévenir qu'il était arrivé à bon port sain et sauf. Bien évidemment, aux yeux de son interlocuteur, il passait pour mal en point, mais son état était plutôt bon ainsi. Aleksej avait subi des crises par le passé bien plus importantes que ce fâcheux incident. Mais bien évidemment, l'homme au volant ne pouvait pas le savoir.

Lentement, Aleksej se redressa afin de s'assoir sur son siège. Son regard se porta alors sur l'extérieur, toujours a défilé aussi vite ; puis il se mit à observer la route fictive que son conducteur empruntait. La ville n'était pas très loin, et dès qu'ils seraient en son sein, l'allure diminuerait considérablement. C'était finalement en ville que les choses devenaient dangereuses, il ne manquerait plus que l'un et l'autre attrapent un accident, ou soient coincés dans un embouteillage. Ceci, alors même que l'heure tardive devrait leur éviter pareil désagrément. Un léger soupir s'extirpa des lèvres du jeune homme. S'il s'était redressé, c'était pour ne pas s'endormir. Certes, il avait plus d'efforts à fournir ainsi, mais au moins, il était conscient et le restait. Le russe prit alors une faible inspiration avant de fermer les paupières. Non pas qu'elles soient lourdes, c'était plutôt pour se concentrer un peu plus. Il devait expliquer à Victor ce qu'était la Coalition, il devait être en mesure de le convaincre qu'il n'aurait aucun mal à rejoindre les services d'urgence également. Là encore, en temps normal ça n'aurait pas été très compliqué et il n'aurait pas eu nécessairement besoin de réfléchir avant. Mais la migraine actuelle l'empêchait de penser convenablement, il lui fallait un temps de réflexion plus important, sans compter son temps de réaction qui lui, se voyait allongé de quelques secondes supplémentaires. L'homme n'avait peut-être pas tort au fond : il n'était sans doute pas prudent de le laisser aller seul à l'hôpital... Mais il se refusait à déranger encore son interlocuteur. Il en avait déjà fait bien trop.

- La Coalition est une organisation visant à éradiquer les Vampires dont je vous ai parlé tout à l'heure... Comme vous pouvez le constater, cela prend des proportions relativement inquiétantes. Les médecins savent que je fais partie de cette organisation même s'ils ne croient pas tous aux Vampires, par conséquent ils savent aussi pour l'arme... Encore une fois, il est inutile de vous inquiéter pour moi, une fois déposé par vos soins, je serais en mesure d'aboutir à l'hôpital. De plus, les urgences sont visible de la ruelle dans laquelle vous me déposerez. Vous passerez ainsi inaperçu et serez en mesure de me surveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Schwindler
Mordu
avatar

Messages : 105
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/07/2010
Age : 28

Identification
Âge: 26 ans
Statut: ignorant de l'existance des vampires et autres.
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Sam 24 Juil - 17:52

[Pas de problèmes, l'intérêt d'un forum c'est qu'on n'a pas de limite de temps... sans abuser^^ pour moi tu n'es pas en retard]


La ville était proche maintenant, Victor estime grosso modo la distance et la décélération nécessaire avant d'y rentrer. Son pied relâche progressivement la pression sur l'accélérateur. La voiture ralentit sans a-coups, la perte de vitesse est parfaitement maitrisée, et dépasse le panneau signalant qu'ils pénètrent en agglomération juste après avoir atteint une vitesse légale.

Il lui faut alors faire face a un nouveau problème... quelle est la localisation exacte de l'hôpital? Bon c'était dans le centre ville ça il le savait au moins. Pas d'adresse précise... il demanderait son chemin en route... quoique non, il attirerait l'attention, on risquait de se souvenir de lui. Bah un hôpital c'était un grand bâtiment, il devait se voir de loin. Il demanderait aux gens en dernier recours...
Feu rouge. C'était bien le moment... et puis zut a cette heure les rues étaient désertes. Il le grille et accélère un peu atteignant la limite de la vitesse légale. Heureusement qu'aucun agent ne se trouvait dans les parages, Victor aurait été forcé de refuser d'obtempérer dans le cas contraire.


Une organisation visant a éradiquer les vampires... et il y a une contre-organisation qui vise a les protéger? L'homme qui vous a attaqué devait en faire partie... Et moi je me suis trouvé au mauvais endroit au mauvais moment on dirait, du moins de son point de vue.
Et bien moi qui rêvait de rester discret c'est raté... Enfin j'espère qu'au moins avec tout ce qui se passe dans le coin Ils ne pourront pas me repérer.


Il évite de justesse un piéton qui avait commencé de traverser la rue. Quelle idée avaient les gens de se promener dehors a une heure pareille?
Concentré sur la route il ne vit pas dans son rétroviseur que le piéton le suivait très vite pour un humain normal. Victor avait d'autres préoccupations, l'hôpital était en vue a à peine deux pâtés de maison. D'ailleurs même s'il avait regarder en arrière il y aurait eut peu de chance qu'il repère l'Hybride vampire qui relevait le numéro de la plaque d'immatriculation de la voiture de location. Il n'avait pas soif mais l'odeur de sang frais et celle, plus difficilement discernable, de poudre qui s'échappait du véhicule l'intriguait. Amis, ennemis ou neutres? Il n'y avait pas de mal à se renseigner...

Lorsque la voiture s'arrête dans la ruelle en face des urgences il n'est déjà plus visible. Victor ouvre la porte arrière et aide Aleksej a se relever en faisant attention à ne pas le brusquer:


Je vous le demande une dernière fois, Vous êtes sûr de ne pas vouloir d'aide? Je ne tiens pas a ce que vous perdiez connaissance au milieu de la route...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   Dim 25 Juil - 20:23

La ville était maintenant tout proche, plus que quelques minutes encore à patienter, puis le temps du trajet le menant à l'hôpital, après quoi il s'autoriserait à se détendre et peut-être même à céder aux souffrances que lui infligeait sa migraine. La ville arriva alors et la limitation de vitesse avec, pourtant si le russe ne s'était pas redressé, il ne se serait pas rendu compte de la diminution progressive de l'allure du véhicule - si ce n'est le paysage dehors qui commençait à défiler bien moins vite. En plus de la vitesse toutefois, la ville avait une autre restriction : les feux de circulation ; et bien évidemment, c'est lorsqu'on est le plus pressé qu'il faut nécessairement avoir droit aux feux rouges. Victor se mit en tête de respecter le code de la route tout d'abord, mais bien vite il changea d'avis et puisqu'aucune voiture ou presque ne circulait dans la zone, il passa de nouveau la première et grilla merveilleusement le feu de signalisation, faisant ainsi sourire Alekzej qui assistait au spectacle en silence.

La voiture continua son périple alors que Victor reprenait la parole, s'attardant sur des détails que le russe avait évoqué. Là encore, Alekzej ferma les yeux afin d'être entièrement concentré sur les propos de son interlocuteur. Il avait vu juste, si une organisation avait été créée pour vaincre les vampires, paradoxalement, une espèce de mouvement avait suivi, ayant un objectif opposé en tout point. Il était d'ailleurs ridicule de souhaiter " défendre " les vampires. Ils n'avaient pas besoin d'aide, et quand bien même ce serait le cas, ce n'est sûrement pas les humains qui seraient en mesure de les aider. Les humains n'étaient que nourriture pour eux, ceux qui avaient rejoint le mouvement pro-vampires étaient heureux de leur donner leur sang, tout au plus. Une nouvelle fois, Victor voyait juste et il arrivait très vite à la même conclusion qu'Alekzej : l'homme qui était maintenant mort en forêt devait faire partie de ce mouvement. Il ne devait en avoir qu'après le russe, sans doute.

Les commentaires qui suivirent mirent toutefois mal à l'aise Aleksej, en effet, Victor avait manqué de chance et comme il le disait si bien, il s'était retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Pourtant sans lui, Aleksej n'aurait peut-être pas survécu. Certes, si l'homme n'était pas venu tout près du poste d'observation du russe, sans doute que ce dernier ne se serait jamais approché du lac. Mais le pro-vampire n'aurait-il pas cherché à l'éliminer sans se faire remarquer ? Tapis dans les buissons avec son arme, il lui aurait été simple d'abattre un garçon perché dans un arbre dont les yeux étaient rivés sur les Ruines lointaines qu'on apercevait tout juste. Inutile de faire des suppositions sur ce qui aurait pu arriver, toutes sortes de choses auraient pu subvenir mais c'est ce scénario-ci qui fut privilégié, il fallait faire avec. Au sujet de la discrétion de son conducteur, le jeune homme ne se faisait pas trop de soucis. En effet, les vampires occupaient pas mal d'espace maintenant, dans la vie de la ville et dans ses environs, il n'était pas rare que quelques altercations surviennent dans le coin. Et puis il y avait de la marge avant que le corps du pro-vampire ne soit trouvé au bord du lac : peu de gens s'y rendait en pleine nuit, et les animaux sauvages avaient le temps d'embarquer le cadavre avant le lever du jour.

Le cœur d'Alekzej se souleva brusquement lorsqu'il vit un piéton être évité de justesse par Victor, pourtant il fut bien le seul à réagir ainsi puisque l'homme au volant ne semblait pas perturbé plus que cela ; quant au piéton, c'est à peine s'il avait prit le temps de se retourner après avoir frôlé la carrosserie. L'hôpital était maintenant en vue, et une brève inspiration permis à Aleksej de reprendre la conversation, une fois ses émotions passées.

- Il y a ce qu'on appelle un mouvement "pro-vampires", en effet, mais c'est bien différent de la Coalition. Je pense aussi que l'homme dans la forêt faisait partie de ce mouvement. Je suis encore désolé pour cette altercation, vous n'étiez en rien concerné par cette histoire... Mais si je puis vous rassurer, j'ai de bonnes raisons de penser que votre acte passera inaperçu. C'est triste à dire, mais c'est presque devenu monnaie courante ces temps-ci.

La ruelle dans laquelle Victor devait déposer le russe arriva alors et le moteur de la voiture cessa de ronronner en un essoufflement. Après une telle course, elle avait bien mérité ce repos sans doute. Le regard du garçon s'égara alors sur la porte de l'hôpital, visible de ladite ruelle. Depuis le temps qu'il fréquentait ces hôpitaux, Aleksej s'était fait une raison, pourtant il ne pouvait pas apprécier ces bâtiments, entièrement blancs, tristes... Pour le russe et sans doute pour d'autres, ils n'évoquaient finalement que la mort. A quoi bon y traîner sans cesse puisque de toute façon, il savait très bien qu'il ne deviendrait pas vieux ? La porte à ses côtés s'ouvrit alors et Victor prit soin de l'aider à se redresser, doucement le jeune homme prit appui contre la portière, puis il fit quelques pas en se défaisant alors de Victor. Sa main se posa faiblement contre un mur. Il était en mesure de tenir debout.

- Et je vous dis une dernière fois merci pour votre gentillesse. Je ne saurai en abuser plus longtemps et je vous certifie être en mesure de me déplacer.

Alekzej esquissa un faible sourire, suivit d'un hochement de tête en signe de salutations. Il aurait aimé ajouter " Au plaisir de vous revoir ", par politesse et parce que, c'est vrai, il avait apprécié ce morceau de nuit en compagnie de Victor alors même qu'il était blessé... Mais par respect pour l'homme, il garda le silence. Après tout, pour lui, la soirée avait sans doute été loin d'être agréable, inutile de paraître sarcastique en usant de propos qu'il voulait agréables. Timidement les pas du russe s'enchaînèrent, d'abord chancelant, il prit un peu plus d'assurance au fil du chemin, sentant le regard de son conducteur sur lui. Le jeune homme cessa de s'appuyer contre le mur lorsqu'il déboucha sur la grande rue face à l'hôpital. Tâchés de sang, ses doigts se refermèrent de nouveau sur son épaule meurtrie alors qu'il traversait prudemment. C'est soulagé qu'il atteignit l'autre côté de la route. Un instant il s'arrêta alors et se retourna, jetant un œil à la ruelle sombre qui l'avait recraché. Nouveau sourire alors qu'il murmurait un faible " Spassiba " et reprenait sa route. Un infirmier passa devant l'entrée de l'hôpital par pur hasard et de la même façon, il porta son regard sur Aleksej avant de venir l'aider immédiatement. Un infirmier qui le connaissait mais que pourtant, le jeune homme n'avait pas été en mesure de reconnaître. Victor était sans doute parti maintenant et le russe s'autorisait déjà un certain relâchement qui avait pour cause, de le faire chanceler un peu plus dangereusement encore qu'auparavant. Combien de temps encore allait-il passer immobile dans un lit pâle, après cet évènement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chasse et Paranoïa (Victor Schwindler)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coalition :: Souvenirs :: Archives :: Rps clos :: Chapitre Premier :: Rps Grands Espaces-
Sauter vers: