AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Folie nocturne. [ Sarah ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Reagan
Coalition
avatar

Messages : 193
Messages rp : 23
Date d'inscription : 11/08/2010

Identification
Âge: 25 ans.
Statut: Bras-droit.
Relations:

MessageSujet: Folie nocturne. [ Sarah ]   Lun 16 Aoû - 15:12

Seul.
Seul, complètement seul, effroyablement seul, nécessairement seul. Il fallait que je reste seul. Pour mon bien, pour celui des autres, seul. Si je rencontrais quelqu'un, ça allait mal tourner. Immanquablement. Il ne fallait pas que ça tourne mal. Non, c'était horrible.

J'étais là, en boule, calé derrière une sorte d'énorme container en fer, dans un recoin sombre, la main droite crispée sur mes jambes, l'autre affichant magistralement à mes yeux ce katana. Comme si mon bras avait déjà sombré. Comme si il ne demandait pas qu'à se détacher de mon corps pour retourner jusque dans leurs bras, égorger leurs fils et leurs compagnes. Saleté de maladie mentale.

Pourquoi n'étais-je pas un simple humain, avide de crétinerie, se battant pour une cause vaguement perdue à laquelle qui croyait désespérément, mais se battant avec bravoure pour ses principes et ses valeurs morales ?
Pourquoi n'étais-je pas qu'un incapable, inutile au combat ? Un faible, un lâche, un traître. Pourquoi était-je capable de me battre ? Qui avait pu donner des dons de combat à un fou comme moi ? Si seulement je n'avais pas la force de tuer.. si seulement je n'en n'avait pas le goût. Si seulement je pouvais lutter contre ce monstre qui me dévore de l'intérieur, et qui détruit mon cerveau, éparpillant mes pensées, arrachant ces cris inaudibles à mon esprit tourmenté.

Mais les monstres n'existaient pas. Je ne pouvais blâmer autrui pour mes tendances sadiques. C'était de ma faute, si je devenais fou à en rendre malade les plus grands psychopathes. Comment, je ne sais pas. Mais je ne pouvais blâmer personne d'autre pour en être arrivé là, un jour. Je n'avais pas de ces excuses que d'autres malades pouvaient avoir. On n'avait pas abusé de moi, je n'avais jamais assisté à un spectacle trop violant, aucun décès proche. Mon passé était exempt de toutes ces bavures qui vous font d'un honnête homme le plus grand des sadiques.

Et là, je regardais mon arme. Je la contemplais, je l'admirais. Elle me possédait, et investissait mon esprit de telle sorte à ce que je ne puisse penser à autre chose. Elle scintillait, sous une lumière absente, d'une lueur malsaine qui rongeait mes yeux. Je ne voyais plus que cette lumière, et autour, le noir. Un noir complet et insondable. Peut-être n'était-il même pas noir. Ce n'était plus de la matière. Je ne voyais strictement rien d'autre. J'étais aveuglé et obsédé. Même quand je fermais les yeux, je voyais encore ce reflet, foudroyant. Peut-être transperçait-il mes paupières, peut-être continuais-je à la voir parce que ce n'étaient plus mes yeux, mais mon esprit, qui admirait cette lumière.
Mon coeur battait fort. Je sentais le sang, dans mon aorte, qui battait contre les cartilages. Je sentais mes tempes vibrer à chaque afflux de sang. Je sentais ma poitrine se comprimer, empêchant l'air d'entrer. Était-ce moi qui voulait respirer plus que ce ce que mon corps ne pouvait le permettre, ou était-ce ledit corps qui voulait m'empêcher de respirer l'air dont j'vais besoin ? Peut-être était-ce un moyen de m'affaiblir encore plus, et d'amener mon esprit à des conditions plus clémentes. Mais à quoi bon ? Ce n'était plus la peine, maintenant. Je savais que j'allais me transformer en monstre.
Et, déjà, je ne luttais plus.

_________________

Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes.
[ Jean de la Fontaine ]

Merci Adel ** :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Harlow
Coalition
avatar

Messages : 163
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/08/2010

Identification
Âge: 21
Statut: Combattante
Relations:

MessageSujet: Re: Folie nocturne. [ Sarah ]   Lun 16 Aoû - 15:55

Elle n'y croyait plus, a cette petite étincelle qui pourrait un jour changer sa vie, ses pensées et ses croyances. A chaque nouvelle victime, elle tombait un peu plus dans le néant qu'elle s'était créé ce jour là. Pour chaque victime, elle se devait de les regarder, de les examiner, et une fois encore, elle s'imaginait l'horreur à laquelle ils avaient du faire face, avant leur fin. Tout recommençait, inlassablement. Elle était impuissante, constatant sans jamais pouvoir intervenir. Cela faisait deux ans maintenant, au fur et à mesure, son cœur se protégeait de la pitié, de la compassion. Elle ne pouvait ressentir cela sans risquer sa perte. Un glaçon .

Cette nuit là elle s'y était rendue, avant tout le monde, avant même que quiconque n'en ai conscience. Dans un recoin sombre, plus sombre encore que les autres. Là, gisait une femme, une jeune femme, encore beaucoup trop jeune pour mourir. Sarah enveloppa ses mains de ses gants de cuir, s'approchant, discrètement. Bien qu'insupportable, la scène était malheureusement banale.

Elle était en compagnie d'un homme, qu'elle croyait sincère. Envoutée par son charme, elle le suivit sans crainte. Des baisers et autres mots doux la confortaient certainement. Il l'emmena loin, loin de l'agitation, loin de tout. Et elle, elle ne s'en rendait absolument pas compte, elle ne réalisait sans doute même pas. Il la mena jusqu'aux entrepôts, dans un recoin et lui vola sa dignité et son honneur. L'achevant par son profond et mortel baiser.

A chaque victime son histoire, elle les imaginait toutes. Elle n'avait jamais eu besoin de passer des jours entiers à chercher la cause de la mort, contrairement à ce qui se faisait passer pour la justice et la sécurité de la ville. Elle agissait toujours seule, face à cette incompétence notoire. Elle en avait fini à présent, sortie son petit calepin, notant quelques impressions et conclusions pour enfin s'éloigner.

Sur le chemin, elle crut entendre un bruit sourd dont elle ignorait l'origine. Sa curiosité naturelle la poussa à rejoindre la source du bruissement, dégainant son poignard, attentive à tout danger. Un container se présenta à elle. Jusqu'ici, elle ne s'était faite en aucune façon discrète, souhaitant révéler sa présence. Si il le fallait, elle saurait se défendre, mais elle n'était sûre de rien. Cela pouvait s'agir d'un chat, comme d'un meurtrier sanguinaire. Elle n'entendit rien d'autre, fit demi tour, et commença à s'éloigner, toujours à l'affut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Reagan
Coalition
avatar

Messages : 193
Messages rp : 23
Date d'inscription : 11/08/2010

Identification
Âge: 25 ans.
Statut: Bras-droit.
Relations:

MessageSujet: Re: Folie nocturne. [ Sarah ]   Mer 1 Sep - 15:47

Tuer.
C'était tout ce dont j'avais besoin, actuellement. Je devais assouvir ces pulsions, aussi malsaines soient-elles. Après tout, c'est tellement réjouissant de tuer quelqu'un. N'avez vous jamais remarqué toutes les possibilités d'expressions que pouvait ressentir un être à l'aube de sa mort ? De celui qui croit vraiment qu'on ne le tuera pas à celui, désespéré, qui n'attend plus qu'on mette fin à ses souffrances, il n'y avait qu'un pas. Une marche, qui descend, un peu plus profondément que la surface de la Terre, droit jusqu'en enfer.
Remarquez, je n'ai encore trouvé d'enfer plus harassant que la torture infligée par les pauvres esprits malades de ces abjects humains. Et quand je dis humain, c'est au sens très large du terme, je prends aussi ces crétins de vampires.
Me direz-vous, c'est peut-être beaucoup dire que ce que je fais, je n'ai jamais approché de ce fameux enfer. Peut-être même n'existe-t-il pas. Pour tout vous dire, je m'en fiche royalement. Si il existe, qu'il se prépare à me recevoir. Sinon, tant pis.
J'avais bien assez de toute une vie à m'amuser sans réfléchir d'avantage.

Dans un coup de poing, j'ai frappé l'espèce d'énorme container en fer qui avait servi de cachette à.. moi même, quelques minutes auparavant. Je ne vois toujours pas l'intérêt de se mettre ici. Comme si le fait de s'être mis dans un recoin allait m'empêcher de me relever, une fois son esprit anéanti. Ce qui était plus problématique, c'était qu'il avait fui la civilisation. Et ici, il y avait beaucoup, mais alors beaucoup moins de victimes à faire. Bon, il ne me restait plus qu'à sortir de cet entrepôt et d'aller vers les gens. En espérant qu'il ne se reprenne pas avant ça, ce con.
Je me relevai, titubant sur mes jambes. Je redécouvris les sensations de mes muscles faisant pression, de mon sang, partant réchauffer le bout de mes membres. Et j'adorai ça.

Allons, allons, mes amis, pourquoi ne trainez vous pas plus souvent dans ces quartiers sombres ? Les lueurs des quelques bateaux qui luisaient contre les caisses, déformant un décor des plus sordides, donnaient une ambiance des plus exquises au lieu. La lune, loin, brillait. Autant qu'elle le pouvait? Peut-être voulait-elle rendre sa limpidité au cerveau égaré de Jack ? Peut-être voulait-elle simplement mieux voir, pour profiter au mieux du massacre qui se déroulerait sur le port.
Parce que, oui, il y aurait bien un massacre ce soir.
Regardez, cette jeune fille, au loin. Regardez-la s'éloigner, s'échapper. Peut-être me fuyait-elle ? Non, sûrement pas. Peut-être était-ce de cet endroit qu'elle voulait s'échapper ? Était-ce en lien avec cette odeur de sang que je sentais flotter dans l'air ? A moins que cette odeur ne soit qu'une illusion de mon esprit tordu. Je dirais bien de notre esprit tordu, Jack, mais je sais que tu ne te souviendras de rien dès que tu auras prit possession de ton esprit. De notre esprit, d'ailleurs.

Ce serait donc elle, la victime de ce soir. Ce seront ses tripes qui se verront exposée au regard d'un Jack impuissant. Et, par dessus tout, ses souffrances, qui s'additionneront à celles de Jack, dans son pauvre petit tourment éternel. C'était aussi jouissif de tuer quelqu'un que de voir les répercussions que ça avait sur ce cher petit Jack.
En m'approchant lentement, je gardai mes poings serrés sur mes katanas. Les deux seules personnes auxquelles je ne ferais jamais de mal. J'affichai un grand sourire aux lèvres, et la rattrapai rapidement. A vrai dire, elle ne marchait pas spécialement vite. Je posai mon arme contre sa colonne vertébrale, entre ses omoplates, et descendit le long de l'échine. C'était ma manière à moi de lui dire bonjour, qu'elle soit heureuse ~

_________________

Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes.
[ Jean de la Fontaine ]

Merci Adel ** :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Harlow
Coalition
avatar

Messages : 163
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/08/2010

Identification
Âge: 21
Statut: Combattante
Relations:

MessageSujet: Re: Folie nocturne. [ Sarah ]   Dim 28 Nov - 3:58

- Elle s'éloignait de plus en plus du contenter. Sens en ébullition mais aussi, et surtout, en alerte. Il le fallait bien, après tout, même si elle disposait de quelques notions de défense, elle n'était pour ainsi dire qu'une jeune femme, seule, dans un endroit lugubre et désert. Qui plus est, sa situation n'était pas des plus favorables. Elle serra un peu plus la garde de son poignard qui, selon la chose ou la personne qui allait se présenter à elle, agirait plus ou moins bien comme outils de défense, si défense il faudrait.

- Elle sursauta. Pourquoi donc sursauta-t-elle ? Imaginez un instant que vous êtes une jeune femme ayant à peine une vingtaine d'années. Vous vous trouvez alors seule, dans un endroit pas vraiment accueillant ni même rassurant. Bien sûr, la scène se déroule en pleine nuit. Et là ! Vous entendez un bruit sourd. Même avec la plus grande sérénité du monde, il serait difficile voir impossible de ne pas réagir. Fermons cette petite parenthèse.

- Le bruit semblait venir de l'endroit qu'elle avait quitté il y a à peine quelques minutes. Elle cru reconnaitre quelque chose qui ressemblait à un coup assené à une paroi métallique. Elle n'était donc assurément pas seule du tout. Que ce soit être humain ou non, elle avait bel et bien de la compagnie, et quelle qu'elle soit, elle n'avait pas l'air des plus aimables. Elle continua cependant sa marche, observant tout autour d'elle, faisant parfois volte face, puis reprenant sa position initiale.

- Quelques pas sans regarder derrière elle fut sa plus belle erreur. Elle sentit des sueurs froides s'emparer de son dos lorsqu'elle sentit la point d'une lame parcourir son dos. Elle resserra l'emprise qu'elle exerçait sur la garde de son poignard. Qu'allait-elle faire à présent ? Elle ne savait, pour ainsi dire, toujours pas à qui ou à quoi elle avait à faire. Tout ce qu'elle pouvait dire c'est qu'il était capable de tenir une arme blanche, ou alors elle avait face à une créature pourvue de griffe. Elle opta pour la première option qui se faisait plus ... Rationnelle.

- Dans un mouvement certainement désespéré, elle se retourna rapidement et dévia la lame du jeune homme à l'aide de son poignard. Elle eut le temps d'observer rapidement l'homme qui se trouvait face à elle, mais elle n'était pas dans une position assez confortable pour analyser ses traits. Avec son autre main, elle tenta de lui assener un crochet dans le ventre ...

• • •

[Navrée pour cette réponse affligeante ==']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Reagan
Coalition
avatar

Messages : 193
Messages rp : 23
Date d'inscription : 11/08/2010

Identification
Âge: 25 ans.
Statut: Bras-droit.
Relations:

MessageSujet: Re: Folie nocturne. [ Sarah ]   Sam 11 Déc - 12:18


Elle se retourna, et écarta mon arme. J'en profitai pour la détailler. Plus petite que moi, humaine, bien moins puissante. Elle était armée d'un poignard seulement : aucune chance au combat singulier. M'infliger quelques blessures, tout au plus, si elle le maniait bien. Ça rendait le combat physique moins intéressant. Awwh, me contenterais-je donc de lui infliger quelques tortures psychologiques ?
Elle attaqua la première. On dit bien que la meilleure des défense, c'est l'attaque. Pas toujours, pourtant. Je mis ma main entre la sienne et mon ventre, et appuyai, pour minimiser son coup. Je ne prenais même pas la peine de l'esquiver, ou de le lui rendre : le combat manquait d'intérêt. J'encaissais donc le choc, sans même fléchir, l'ayant affaibli. Suivant le même mouvement, j'avançai, la plaquant contre un mur.

Je pourrais me contenter de lui faire un peu peur... ou de l'énerver.. je pourrais aussi la rendre triste, mais je ne la connaissais pas encore assez pour savoir où la toucher pour lui faire mal. Rapidement, je faisais le tour de mes possibilités, la fixant dans les yeux, avec un sourire malsain. J'observais ses traits. Un visage fin, assez épuré. C'étaient ceux-ci les plus plaisant à déformer. Je voulais voir sa bouche se tordre, ses larmes couler le long de ses joues, rougies par la peur et la honte, ses sourcils se froncer dans une moue apeurée. C'était si bon de voir les émotions humaines rejaillir sur des visages innocents. On pouvait se plaire à imaginer leurs souffrances passées, aussi. Mais je laissais le rêve aux rêveurs, et me contentais de ce que je voyais.

Je bloquais ses bras, et approchai un peu ma tête de la sienne, soufflant dans son cou, ne la lâchant pas des yeux, sans rien dire, attendant qu'elle réagisse, pour voir un peu à qui il aurait à faire.
J'analysais la chose. C'était une nuit de ces nuits sombres où la lune brillait de tout son astre. Pleine lune, où quelque chose y approchant. Une belle nuit pour sortir, voir de beaux paysages, voir des êtres que l'on chérissait. Mais ici, elle était seule, et, autant que je puisse le juger avec mon esprit corrompu, les entrepôts n'étaient pas des plus plaisants à regarder. Il n'y avait habituellement personne, c'était pour dire. Cherchait-elle la solitude ?
A moins qu'elle soit venu avec celui qui, même d'ici, sentait le sang et la mort. Peut-être venait-elle de le perdre, de le tuer. Mais il n'y avait pas sur son visage aucune de ses émotions qui vous prenaient avoir ôté la vie à quelqu'un, furent-elles bonnes ou mauvaises. A moins de tuer de sang froid, mais je n'y croyais pas vraiment. Et il n'y avait aucune trace de sang sur elle, ni même sur sa dague; et, comme cette odeur de chair et de fer embaumait l'air, le meurtre avait été sanglant.
Pourquoi était-elle venue ici, alors ?

_________________

Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes.
[ Jean de la Fontaine ]

Merci Adel ** :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Harlow
Coalition
avatar

Messages : 163
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/08/2010

Identification
Âge: 21
Statut: Combattante
Relations:

MessageSujet: Re: Folie nocturne. [ Sarah ]   Dim 12 Déc - 16:29

- Sans grande surprise, son assaillant parvint sans encombre à stopper son attaque. Pour elle, ce n'était rien de plus qu'une tentative désespérée, elle ne le prit donc pas pour une erreur, ou même un quelconque échec. Elle observa cependant un court instant son point bloqué par la main puissante de l'Homme. Son visage auparavant fut barré par ses sourcils sévères et froncés. Elle releva sensiblement son regard, dans un mouvement lent, plongeant son regard émeraude dans celui de son agresseur, s'attardant alors quelques instants sur ce qui caractérisait son visage. Une chevelure sombre, parsemé à priori de quelques teintes bleutées, mais elle ne pu réellement en juger de part le manque de lumière. Un regard brun dont la lueur semblait irréelle, déséquilibrée. Quelque chose n'allait pas, tout du moins, quelque chose semblait anormal dans son regard. C'est ce qu'il lui semblait ressentir en l'observant et analysant ses traits. Il lui semblait éprouver quelque chose d'inhabituel. Rien de comparable aux Humains, ni même au Buveurs de Sang. Quelque chose l'intriguait.

- Il l'obligea alors à reculer. Elle cala ses pas sur les siens ne lâchant pas l'emprise de son regard sur le sien. Elle n'était pas le genre de femme à se laisser impressionner facilement, même lors de situation désespérée comme celle-ci. Elle le défiait du regard. Ce genre de réponse à une agression n'était ni des plus communes, ni même des plus concluantes, et elle en ferait sans doute les frais ce soir. Elle ne perdit pourtant pas son sang froid, préférant de loin ne pas réagir plutôt qu'apporter la satisfaction de voir un être apeuré à ce genre d'individu. Ses doigts se crispèrent sur la garde de son poignard qui faisait pâle figure devant les deux katanas du l'homme. Dans un nouveau geste désespéré, elle tenta une nouvelle attaque qui ne pu même pas voir un soupçon du jour. Il bloqua rapidement ses bras, les plaquant au mur et lui assenant une légère douleur aux articulations. Elle n'eut d'autre choix que de lâcher son arme afin de minimiser fine souffrance.

- Il s'approcha, lentement de son visage. Elle sentit son souffle sur sa peau claire. Que pouvait-elle bien faire à présent ? Ses bras étaient dépourvus de toutes liberté. Il lui restait ses jambes bien évidemment, et l'envie de s'attaquer à ses parties génitales était réellement très forte. Mais elle n'était effrayée, ni même désespérée au point de faire un telle chose. Le peu d'observation et d'analyse qu'elle avait pu faire jusqu'ici ne l'incitait pas du tout à répondre d'une telle manière. Si il advenait qu'elle agisse de la sorte, il lui faudrait frapper suffisamment fort pour qu'il ne s'en relève pas, ce qui semblait ne pas pouvoir être le cas. Elle risquerait simplement de l'énerver. Et ce n'était pas du tout ce qu'elle souhaitait. Elle était lucide et loin d'être suicidaire.

- Le regard qu'elle lui porta devint de plus en plus sévère, son souffle devint légèrement plus saccadé malgré elle. Bien que n'étant pas apeurée, la situation restait délicate et inconfortable. Lui cracher au visage ? Hm. Pourquoi pas, mais c'était loin d'être son genre. C'était une sorte d'humiliation et elle n'appréciait pas ce genre de pratique qui de toute façon n'allait absolument rien faire à part l'irriter un peu plus. Le regard sévère qu'elle lui portait semblait se détendre légèrement, sans réelle explication. Elle ne fit rien d'autre, arborant un air tout aussi défiant que précédemment. Elle ne lui adressa aucune paroles, se moquant bien de ce qu'il pouvait avoir à lui dire. Elle fit alors mine de vouloir se dégager, bougeant sensiblement son corps et surtout ses bras. Dans le but de jauger la force de l'Homme. Un force devant laquelle elle ne pouvait pas grand chose.

- Comment allait-il répondre face à une victime qui ne réagit quasiment pas ? Deux options s'offraient à elle, à priori. Soit il allait se résigner, n'obtenant pas ce qu'il veut, mais cela l'étonnerait certainement. L'autre solution serait qu'il continu et augmente même ses agissements, poussant le vice jusqu'à ce qu'elle réponde à ces attentes de domination et de sadisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Reagan
Coalition
avatar

Messages : 193
Messages rp : 23
Date d'inscription : 11/08/2010

Identification
Âge: 25 ans.
Statut: Bras-droit.
Relations:

MessageSujet: Re: Folie nocturne. [ Sarah ]   Mer 2 Fév - 18:07

Austérité. Il n'était qu'austérité.
Le script légèrement médiocre du dernier film que j'avais pu voir ne cessait de sonner dans ma tête. Peut-être un autre Jack se cachait-il dans mon inconscient, et celui-ci aurait aimé pouvoir prendre le dessus. Mais, qu'importe, cela ne faisait qu'un bruit sourd de plus dans le crâne. Au mieux, la douleur du raisonnement incessant pesant avec tant de.. subtilité, rendrait les choses davantage rapides. Rien de mieux que d'être poussé à bout par sa propre personne pour infliger le même sort à nos innocentes victimes. Ne croyez-vous pas ?
De toutes évidences, il fallait avouer que je n'avais que cela à faire. Le duel s'annonçait déjà quasi-inutile. L'incapacité assez ahurissante de mon adversaire rendait les choses d'autant plus lassantes. Je n'avais eu aucun mal à la contrôler, bien que n'ayant jamais douté de mon incroyable talent à manier mes deux plus grands amours. Mais, à la vue de la fragilité d'une femme qui semblait encore trop peu méfiante et expérimentée à mon goût, je n'ai même pas eu à les utiliser. Cependant, si elle ne faisait pas durer l'envie enivrante d'un combat à peine entamé, je lui ferais sans doute payer encore plus cher son incompétence à faire mon bonheur. Aussi provisoire fut-il.

Haineux.
C'était pourtant ce genre même de regard qui me faisait doucement sourire. Alors que je posais sensiblement mon souffle chaud dans son cou nu et glacé par le vent, je ne pus réprimander un coup d'œil lancé à son égard. Pas besoin de plus de quelques instants pour lire dans ses yeux cette si pure et amusante sévérité, le regard d'un petit être désemparé, que je me plaisais alors à tenir entre mes mains, sachant que le choix de son sort serait mien cette nuit où ce faible avait croisé mon chemin.
Et puis, elle se mit à tenter de se débattre, enfin. L'air toujours aussi défiante, la sévérité de son regard se perdait néanmoins peu à peu dans le brouillard.
Je la laissais bouger tant qu'elle le voulait, tout en gardant une ceinture certaine de ses bras afin de rester maître d'elle. Ce n'étaient que mouvements inutiles se perdant dans l'air, et, ne trouvant pas de situation plus drôle, je m'en repassais même intérieurement. Je me convaincus lentement que, si un véritable combat était réellement ce que je voulais, il me faudrait lui laisser d'innombrables possibilités d'agir afin qu'elle tente de m'atteindre, tout en faisant attention de ne pas pouvoir la laisser prendre le dessus. Il aurait certainement fallu que je m'y prenne ainsi ce soir là, si je voulais toujours jouer malgré l'agaçante faiblesse de ma proie.

J'avais perdu assez de temps. Je voulais de l'action. La situation avait été stable bien trop longtemps. Elle avait eu assez de temps pour se dire qu'elle n'avait que d'infimes chances de s'en sortir. Assez de temps pour se dire que c'était bel et bien moi le maître du jeu. Je voulais pimenter tout cela, oui, déjà. Non pas que je commençais à me lasser en l'espace de quelques minutes de domination certaine, mais si. Je voulais des réactions, des agissements. J'allais la pousser à bout, qu'elle le veuille ou non. Surtout si elle ne le voulait pas.
Fragile. Bien trop fragile.
Notre jeu débuterait maintenant. Juste maintenant. Les légers flux d'odeurs de son parfum entrainant guidés jusqu'à mes narines par le vent me titillaient, tandis ce que je la tenais toujours fermement. Emporté par un élan de désir singulier, désir de nuire, de l'entrainer dans ma danse macabre de ces nuits froides, j'approchai alors mes lèvres de sa chair, frôlai ma bouche puis le bout de mes dents contre elle, puis dans un souffle, commençai à lécher sa peau blanche tout le long de sa nuque, par pure provocation, guettant le moindre agissement de sa part.
Allez, riposte, voir.

_________________

Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes.
[ Jean de la Fontaine ]

Merci Adel ** :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Harlow
Coalition
avatar

Messages : 163
Messages rp : 29
Date d'inscription : 08/08/2010

Identification
Âge: 21
Statut: Combattante
Relations:

MessageSujet: Re: Folie nocturne. [ Sarah ]   Dim 20 Fév - 15:47

- Elle le fixa encore, avec ce même regard qui laissait transparaitre tant de sévérité. Tant de provocation. Il était le maître oui, durant un peu trop de temps à son goût. Elle sentit alors son souffle chaud sur sa peau. Et sans ciller, elle l’observa du coin de l’oeil. Il allait bientôt dépasser les limites de sa patience. Car en effet, elle n’avait pas encore réagit bêtement en se défendant pathétiquement, s’attaquant peut-être aux parties fragiles de son corps. Non, elle n’avait pas encore opté pour cette éventualité, dans la seule mesure ou l’homme qui se présentait à elle n’était, lui même, pas devenu assez pathétique dans ses agissements. Le genre d’agissement qui fait d’un homme un être vil et vicieux. Mais plus le temps avançait, et plus il semblait s’approcher de ce modèle d’individu. Mais étrangement, s’il était réellement de cette trempe, elle serait certainement déjà au sol, à moitié dévêtue. Mais non, loin de là. Il laissait le temps s’écouler consciemment, et même peut-être avec envie. Il semblait se délecter de l’emprise qu’il avait sur elle, plus que de ce qu’il pourrait lui faire par la suite.

- Mais là, au bout de quelques secondes, il traversa la limite. S’approchant de son cou pour y déposer ses lèvres, les marquer légèrement de ses dents. Sarah, elle, eut alors un rictus. A la fois d’agacement et de dégoût. Il était devenu pathétique, elle le deviendrait aussi. Elle jaugea alors rapidement l’espace qui séparait leur deux corps. Il était moindre certes, mais laissait une légère marge d’action. Elle analysa aussi leur différence de taille. Il était sensiblement plus grand qu’elle, et de ce fait, il devait se baisser légèrement pour atteindre son cou. Là, le petit oiseau frêle quitta la pièce pour laisser entrer le renard vicieux. Elle évacua brusquement, avec force, toute sa rage en un coup de genoux qu’elle plaça au niveau de ses parties intimes. Elle y avait mit toute sa force, si ce n’est plus encore. Elle profita donc de ce moment où il du certainement se reculer pour continuer dans sa lancée. Là, elle cogna alors brusquement sa tête contre la sienne. Un coup de boule, dans le langage familier.

- Elle espérait au moins l’avoir déstabilisé, si ce n’est qu’un peu. Elle s’en mordrait certainement les doigts, mais il avait été trop loin, et cela la dégoutait plus que n’importe quoi d’autre. Elle le fixa alors, bêtement, les sourcils froncés et le regard sévère. Elle ne s’était pas enfuit ... Pourquoi ? Elle même ne le savait pas. Elle voulait peut-être encore l’humilier un peu plus ... Qui sait ? ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Folie nocturne. [ Sarah ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Folie nocturne. [ Sarah ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coalition :: La Ville :: Zone industrielle :: Entrepôts-
Sauter vers: