AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rêveries au clair de Lune [Makka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meriel Glacies
Hybride
avatar

Messages : 12
Messages rp : 4
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 27
Localisation : Sur un sommet enneigé

Identification
Âge: 22
Statut: Espion
Relations:

MessageSujet: Rêveries au clair de Lune [Makka]   Dim 28 Nov - 12:49

La Lune, les étoiles... Cette pâle clarté opalescente qui semblait recouvrir le monde d'un fin voile de silence... Meriel avait toujours adoré parcourir la forêt à ces heures tardives, retrouvant ainsi les odeurs, les sons qui faisaient sa vie depuis sa plus tendre enfance. Car, avec son statut d'espion, le jeune Hybride en venait souvent à oublier d'où il venait et se prenait à en oublier jusqu'à son propre frère.

*Abrahel... Où es-tu et que fais-tu ?...*

C'est également dans ces moment-là que Meriel avait le plus tendance à se sentir perdu. Son jumeau avait toujours été le plus fort en caractère, et pendant très longtemps il s'était contenté de le suivre sans poser plus de questions que cela. Mais depuis qu'ils s'étaient séparés, il avait été forcé de renforcer sa personnalité, parfois au détriment de cette innocence qui l'avait habité durant bien plus de temps qu'il ne l'admettrait jamais.

Toujours est-il que notre Hybride cheminait entre les troncs des arbres où l'astre nocturne avait jeté ses rayons d'argent, sous son apparence humaine. Pourquoi sous cette forme ?... Lui-même l'ignorait. Après tout, qu'est-ce que ça pouvait bien changer ? Il n'y avait personne pour le voir, alors...
Meriel s'arrêta au pied d'un grand chêne centenaire dont les frondaisons se perdaient vers les nuées, et dont le tronc semblait craquelé par les ans. La main du jeune Hybride se posa sur l'écorce rugueuse alors qu'un léger sourire étirait ses lèvres.
Puis, il s'assit au sol, le dos appuyé contre l'arbre, en poussant un léger soupir.

- Pff... Si ça continue comme ça, je sens que la civilisation va me tuer...

Meriel sortit un petit pendentif en argent représentant un serpent de la poche de son pantalon et laissa son regard vagabonder sur les courbes du reptile. Le serpent, l'un des symboles de la séduction, dans la mythologie orientale... Le jeune Hybride se prit à rire doucement, et à parler tout haut une nouvelle fois :

- Oui, ça convient tout à fait à mon frère !

Cependant, l'Hybride chassa bien vite ces souvenirs de ses pensées. Resonger aux nombreuses conquêtes d'Abrahel n'avait jamais vraiment été une partie de plaisir... Surtout lorsqu'il comparaît avec sa propre vie sentimentale, qui s'avérait bien vide et morne... Ce qui, somme toute, lui convenait, en fait !...


[HRP : un peu court, désolée, mais j'avais pas l'inspiration, là... >.>]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rêveries au clair de Lune [Makka]   Mer 1 Déc - 20:00

"Le quotidien embrouillé."

Cela faisait plusieurs jours que Makka avait débarqué de Russie. Les journées se ressemblaient, et les nuits étaient synonyme de solitude … Elle avait intégré la meute, sans autre choix, car même si elle désirait une nouvelle vie et qu'elle haïssait les Originels, elle devait commencer par quelque chose. Au rang de combattante, elle s'était quand même retrouvée incapable de vivre avec des Originels, donc elle avait installé sa tanière dans la forêt, à l'écart. Le choix s'était retrouvé plutôt restreint pour Makka, soit elle intégrait la meute ou soit elle vivait seule dans la forêt. La solitude est trop difficile à supporter. De plus, la jeune hybride n'ayant jamais vécu avec des humains se retrouvait incapable de vivre dans leur société. Une autre raison l'avait poussée à entrer dans cette meute, c'est parce qu'on lui avait assuré qu'elle rencontrerait des gens comme elle. Mi-loup, mi-humain, appelé Hybride ici. Dans cette meute, les lycans n'étaient pas les esclaves des Originels, et les Hybride étaient nombreux … Tout cela était très différent de son ancienne meute, où elle était considérée comme l'erreur de la nature.

La jeune hybride rouvris ses yeux sombres. Elle se leva, attrapa sa lance et l'accrocha dans son dos à l'aide d'une vieille corde usée. Les nuits étaient fraîches en cette saison, même si ce n'était pas comparable aux Grands froids Nordiques qu'elle avait subi. Pourtant, elle se trouvai dans l'obligation de revêtir une fourrure qu'elle avait arraché à, elle ne sait plus quel animal, car sa robe immaculée -qui ressemblait plus à un bout de tissu en lambeaux- n'était plus suffisante pour combler le froid. La jeune Makka sortit comme à son habitude lorsque le sommeil la fuyait. Elle courrait, geste quelle ne pouvait s'empêcher de faire sans en savoir l'utilité, pour se réchauffer peut être. En tout cas, ses jambes étaient dénudée, mais Makka ne semblait pas sensible au froid, pas assez rude pour qu'elle tremble.

La belle Hybride s'arrêta net, elle sentit quelque chose … Elle renifla et ne put reconnaître l'odeur, bien qu'elle sentait une partie lupine à celle-ci. Elle la suivit d'un pas lent et prudent. Tout ses muscles étaient tendus, et elle dégaina sa lance qu'elle tint fermement. Makka finit par entendre une voix, celle d'un homme à la première écoute. Mais elle ne pouvait savoir ce qu'elle disait, car la voix n'était pas assez distincte pour que l'hybride puisse saisir le sens de ces paroles, dîtes dans une langue qu'elle apprenait encore. Elle s'approcha et vit l'homme en question. Il semblait humain, bien qu'une chose le différenciait d'eux, allez savoir quoi. Il reparla comme pour lui même, mais cette fois si trop rapidement pour que Makka puisse transcrire en russe. L'homme ne semblait pas dangereux et n'exprimait aucune malveillance. Bien au contraire, l'homme exprimait une certaine gentillesse, ce qui arracha un sourire à la jeune louve.

Alors que Makka observait fascinée l'inconnu, elle ne fit pas attention et sa lance s'accrocha au buisson, ce qui le fit remuer quand l'hybride bougea. Elle ouvris grand les yeux, comme choquée. Cela ne lui était jamais arrivé d'être démasquée. Pourtant, elle avait l'habitude d'observer les gens, ça apprenait le monde à son esprit encore ignorant. Elle jura à haute voix, tira sa lance un bon coup et recula pour se dégager du buisson. A découvert, elle fixa l'homme, puis elle se mit en position de défense, sa lance pointée vers lui. Elle émit un grognement intimidant comme pour le dissuader de l'attaquer. L'échange de regard dura un moment, dans le silence, elle le jaugea. Elle n'aimait pas être découverte, elle avait l'impression d'être en danger lorsque cela arrivait.
Revenir en haut Aller en bas
Meriel Glacies
Hybride
avatar

Messages : 12
Messages rp : 4
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 27
Localisation : Sur un sommet enneigé

Identification
Âge: 22
Statut: Espion
Relations:

MessageSujet: Re: Rêveries au clair de Lune [Makka]   Jeu 2 Déc - 16:59

Trop pris par ses pensées, Meriel ne sentit pas venir l'autre Hybride qui s'approchait à pas de loup, aussi discrète qu'un fauve à l'affût. Si son frère avait été là, il aurait tout de suite flairé l'intruse, et aurait certainement immédiatement pris son apparence lupine pour lui faire face, crocs et griffes apparentes... Mais le fait était qu'Abrahel ne se trouvait plus aux côtés de Meriel ! Et que ce dernier avait la fâcheuse tendance à l'oublier, et donc à ne pas forcément toujours être ses gardes...

C'est pourquoi le jeune Hybride sursauta lorsqu'il entendit frémir les fourrés. Sautant subitement de sa cachette, une jeune femme aux allures sauvages se campa solidement à quelques mètres de lui, grondant insesiblement, comme si elle voulait le tenir à distance.
Meriel se leva doucement, ses prunelles noisettes posées sur la lance que cette inconnue sortie de nul part brandissait avec, à n'en pas douter, la ferme intention de s'en servir s'il se montrait trop agressif. Avec un dernier regard vers le pendentif reptilien, le jeune homme le replaça dans sa poche avec un soupir, avant de reporter son attention sur cette nouvelle venue.

*Allons bon... Elle ne compte quand même pas m'embrocher sans poser de questions, cette sauvageonne ?...* songea-t-il en la toisant curieusement.

C'est vrai qu'elle avait l'air d'une sauvageonne... Avec sa crinière de cheveux d'un noir soutenu qui lui tombait sur les épaules et dans le dos en un joyeux désordre, et ses fins yeux sombres qui paraissaient insondables... Mais que faisait-elle ici ?... Elle devait vivre dans cette forêt, cette question !
Car à présent que tous ses sens étaient dirigés vers elle, Meriel pouvait affirmer qu'elle était de la même espèce que lui. Une Hybride. A cette pensée, un élan de sympathie lui vint pour cette inconnue, et il décida d'essayer de ne pas l'effrayer. Après tout, c'était la première fois qu'il croisait un Hybride alors qu'il voyageait seul !
C'est pourquoi Meriel s'inclina légèrement, une main sur le coeur, avant de se présenter en bonne et dûe forme :

- Bonsoir à toi. Je suis Meriel. Et toi, qui es-tu ?

Il ignorait si la réaction de la damoiselle serait positive ou plutôt agressive, mais il tentait de ne rien laisser paraître de son appréhension, afin de ne pas offenser son interlocutrice potentielle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rêveries au clair de Lune [Makka]   Sam 4 Déc - 16:50

« Toutes ces souffrances ancraient dans mon coeur disparurent l'espace d'un instant ... »

L'homme parut surpris … Mais quoi de plus normale quand on voit une sauvageonne nous menacer avec une lance, alors que l'on était plonger dans ses pensées. Makka observa chacun des geste de l'inconnu, elle le vit ranger quelque chose qu'elle n'avait pas pu bien voir. Le regard sombre de la jeune hybride était plongé dans celui de l'homme, dont la race était encore indéfinissable pour la jeune femme. Lorsqu'il se leva, Makka le trouva grand, de son point de vue en tout cas, ses yeux, qui ne semblait pas cacher de la violence, fixaient la lance de l'Hybride. Etait-il inquiet ? Il semblait qu'il ne le soit pas plus que ça. Makka leva sa lance et la pointa sur son torse. Un rictus de triomphe étira ses lèvres rosées.

La jeune Hybride enfonça un peu plus la lance sur la poitrine de l'inconnu. La fourrure qui était posé négligemment sur ses épaules glissa avant de joncher le sol. La belle louve ne s'en occupa guère, son attention et son regard étaient concentré sur l'homme. D'apparence plutôt belle et douce, il n'exprimait que la bienveillance. Makka affectionnait tout particulièrement les cheveux de l'homme. Mi-long et soyeux, ils possédaient une couleur qui la fascinait. Dans son pays, les individus avaient soit les cheveux noirs de jais, comme elle, ou d'un blond clair rappelant le blé dans les grange en été. Mais ceux de l'homme tirait entre le poil du renard et ce blond, indéfinissable pour la slave. Elle l'avait observait pendant quelques minutes sans s'en rendre compte, et la voix se fut la voix de son interlocuteur qui l'a ramena à la réalité.

Elle comprit parfaitement ce qu'il avait dit. Il avait employé des mots simple que Makka avait assimilés avec les jours qu'elle avait passés dans ce pays. L'homme s'était incliné, la jeune Hybride en déduisit qu'il ne lui voulait aucun mal. Elle sourit timidement, abaissa sa lance, sans pour autant la ranger. Et d'une voix clair et net, sous son jolie accent slave, elle lui répondit :

« Makka. »

Elle s'approcha de lui, attrapa sa nuque et posa sa tête sur l'épaule de Meriel. Elle e sentit, restant dans cette position quelques instants, puis elle le regarda dans les yeux. Elle finit par le lâcher, s'éloigner un peu et elle lui tourna autour. Son tour terminait, elle se trouva face à lui, une nouvelle fois, à une distance convenable cette fois-ci. Une expression perplexe s'était figée sur son visage. Elle pointa de nouveau sa lance sur sa poitrine. Et elle reprit.

« Loup ou humain ? …, elle réfléchit quelques secondes pour trouver les mots et continuer sa phrase, je ne peux pas savoir … ton odeur … ton odeur est … spéciale. »

Tant bien que mal, elle réussit à se faire comprendre. C'était très difficile pour cette sauvageonne qui ne savais ni lire, ni écrire, d'apprendre une autre langue. Elle l'observa, encore, avec intensité, ça en devenait presque gênant. Mais, il faut savoir que Makka n'a jamais beaucoup utilisé la parole. Cette jeune louve sauvage, dans son ancienne meute, en Russie, n'avait jamais ressentit le besoin de parler pour se faire comprendre. Un regard, un geste … C'était bien plus facile pour exprimer ce que l'on pensait de l'autre. Amitié, colère, amour … C'était bien plus facile. Parler pour s'exprimer, et tout ces protocoles, ce n'était que de l'artificiel. Et Makka les détestait par dessus tout, mais elle était bien obligée de s'adapter. Ses yeux s'écarquillèrent, elle venait se rendre compte d'une chose qu'elle n'avait pas saisi. L'odeur de cet homme, elle ressemblait étrangement à celle de la belle Hyvbride. Elles étaient à la fois si proches et si différentes … Elle lâcha sa lance sous le coup de la surprise.

Dire qu'elle avait dû parcourir des milliers de kilomètres, quitter sa meute natale peuplée de ces arrogants Originels, qu'elle avait dû dire adieu à sa forêt si souvent immaculée et si grande. Et voilà, qu'elle rencontrait, complétement par hasard, un être aussi différent qu'elle. La moitié de ces horribles Originels, et l'autre de ces humais si artificiels. Elle regarda Meriel avec une toute autre expression. Et sans réfléchir, elle lui sauta au cou. Elle s'accrocha fermement, et peut être trop violemment, à sa nuque. Des tracées chauds coulaient sur son visage si pâle et lisse. Elle pleurait. Pleurait de joie. Et elle murmura en russe :

« Si tu savais combien de temps j'ai attendu, combien d'épreuves j'ai surmontées, pour rencontrer quelqu'un comme moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Meriel Glacies
Hybride
avatar

Messages : 12
Messages rp : 4
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 27
Localisation : Sur un sommet enneigé

Identification
Âge: 22
Statut: Espion
Relations:

MessageSujet: Re: Rêveries au clair de Lune [Makka]   Dim 5 Déc - 14:18

"Makka... Jamais entendu un tel prénom... Et son accent... Elle n'est pas du coin, ça c'est sûr ! Peut-être un pays slave. Bah, qu'est-ce que j'en sais, après tout ? Je n'ai jamais été accro à la géographie !*

L'étole de fourrure que portait la jeune femme glissa de ses épaules pour tomber sur le sol sans qu'elle semble s'en incommodée, dévoilant le seul vêtement qu'elle arborait dessous, un semblant de robe blanche éliminée, qu'elle devait traîner depuis un sacré bout de temps... Meriel, qui jusqu'à maintenant était parvenu à dissimuler la nervosité que lui inspirait cette présence féminine, se sentit de plus en plus mal à l'aise.

Le simple fait qu'elle le regarde le rendait déjà assez nerveux, alors que dire de la suite ! Lorsque Makka le saisit par la nuque pour venir déposer sa tête sur son épaule, le jeune Hybride eut la furieuse envie de détaler sans demander son reste !... Mais après quelques secondes de réflexion, il se dit que ce serait horriblement discourtois et se contenta de serrer les dents, prenant son mal en patience. Le souffle léger de la jeune femme n'acceptait aucune erreur d'interprétation possible... Elle était en train de le flairer, comme si elle cherchait à déceler sa nature.

*N'a-t-elle donc jamais croisé d'autres Hybrides ?... Il m'a suffit d'un regard pour savoir qu'elle en était une !...* songea Meriel, qui était au comble de la nervosité.

Puis, Makka finit par s'éloigner, effectuant une ronde autour du jeune homme, qui ne bougeait toujours pas. Elle le jaugeait, l'étudiait sous tous les angles... Cela le gênait assez, mais il préférait ne rien dire, par mesure de précaution. Et puis, la jeune femme avait piquée sa curiosité au vif, et il était à présent désireux de mieux la connaître, de savoir d'où elle venait et qui elle était.
Au bout de quelques instants, Makka finit par de nouveau pointer sa lance vers sa poitrine, avant de lui faire part de ses conclusions. Elle paraissait troublée...

Soudain, elle sembla enfin réaliser ce qu'il était, et en lâcha son arme sous le coup de la surprise. Avant même que Meriel ne puisse bouger ne serait-ce que le petit doigt, la jeune Hybride lui avait sauté au cou, le serrant comme si elle craignait qu'il ne disparaisse juste devant elle. Meriel sentit des larmes glisser sur sa poitrine depuis les joues de Makka.
Profondément troublé, le jeune homme resta immobile alors qu'elle chuchota quelque chose dans une langue qui lui était complètement étrangère.

Passé quelques instants, Meriel déglutit avec difficulté avant de l'entourer de ses bras avec douceur, comme pour la rassurer. Après tout, il se souvenait très bien de ce qu'il avait lui-même ressentit lorsqu'il avait rencontré un autre Hybride pour la première fois... Un Hybride qui n'était pas son frère, évidemment !
Puis réalisant qu'il n'avait rien compris à ce qu'elle avait dit, Meriel crut bon de lui en faire part :

- Excuse-moi, mais je ne parle pas cette langue...

Il laissa le silence s'installer quelque peu avant de continuer :

- C'est la première fois que tu vois un autre Hybride ?... Je veux dire, quelqu'un comme toi ?...

Qu'elle en soit surprise, Meriel pouvait aisément le comprendre... Mais au point d'en pleurer ?

*Il a dû lui arriver des choses pas vraiment joyeuses... Peut-être que c'est pour ça qu'elle est partie de son pays ?... En tuut cas, quoiqu'il soit arrivé, je n'aime pas qu'on brutalise les gens, alors le premier qui tente quoique ce soit contre elle, je...*

Un imperceptible grondement roula dans sa gorge. Réalisant qu'il l'avait laissé échapper, Meriel s'excusa derechef :

- Désolé, c'est pas contre toi !... Quel idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rêveries au clair de Lune [Makka]   Sam 11 Déc - 13:51

« Je veux te tendre la main. »

Ce fut étrange pour la jeune Hybride de se trouver, enfin, après tout ce temps où elle était différente par rapport aux autres, en face d'un être comme elle. Quelqu'un qui était le fruit d'un mélange entre l'humain et le noble loup. Lorsque le jeune homme l'entoura de ses bras, Makka frissonna. C'était la première fois qu'elle montrait à quelqu'un le fond de ses sentiments. Avec Nikita, son défunt ami, c'était déjà arrivé, mais, ce n'était pas pareil. Car Nikita, elle l'avait aimé, et, il était humain. Il n'avait pas pu combler sa différence et la soulager comme le faisait en ce moment Meriel. Mais, Makka, même si elle ne connaissait pas très bien les conventions de rapprochement entre les gens, elle savait que se jeter ainsi dans les bras d'une personne qu'on ne connaissait pas, lui pleurer dans les bras et lui montrer ses faiblesses cachées, c'était, disons, pas très convenable. De plus, la jeune louve détestait montrer sa douleur d'être différente. Elle se retira de la douce étreinte de Meriel, elle sécha ses larmes de son doigt tout en souriant timidement. Elle n'avait pas le courage de chercher les mots pour s'excuser, ou remercier, alors elle se contenta de ce petit sourire gêné. C'était étrange, Meriel semblait très compréhensible.

« Excuse-moi, mais je ne parle pas cette langue... »

Elle mit un petit temps à comprendre ce qu'il voulait lui dire. Elle fut rassuré de s'être exprimée en russe, car c'était plutôt gênant de dire ça à quelqu'un qu'on venait à peine de rencontrer. Elle passa une main dans ses cheveux, elle n'avait pas le moins du monde envi de traduire. Elle ramassa sa lance, la rangea, tout en gardant un profond silence. Le jeune homme avait deviné bien des choses sur Makka, et celle-ci ne savait pas trop comment réagir. Sa nature méfiante regrettait d'avoir dévoilé ses larmes, alors qu'au fond d'elle, elle souhaitait ne pas lâcher Meriel et rester avec lui. Le sourire était toujours dessiné sur ses lèvres, et la joie de rencontrer quelqu'un comme elle ne pouvait pas s'effacer. Pourtant, elle gardait le silence. Elle laissait l'homme tirer ses conclusions et penser librement. Elle restait en face de lui, à une distance convenable tout en gardant une certaine approche, comme si elle avait peur qu'il s'enfuit. Les secondes paraissaient interminables, le silence se faisait de plus en plus pesant.

Un grognement retentit, brisant le redoutable silence. La jeune louve recula surprise et outrée d'une telle réaction. Elle ressortit sa lance et la pointa de nouveau vers lui. Mais, ses bras ne tenaient pas la même raideur qu'avant, elle se défendait moins bien, cela montrait qu'elle commençait à offrir un peu plus de confiance au jeune homme. Lorsque Meriel se confondit en excuses et qu'il l'assura que ce n'était pas contre elle, Makka baissa sa lance tout en la gardant dans sa main :

« Pourquoi tu grognes ? Je fait peur ? »

La belle Hybride avait perdu ce masque de méfiance, elle s'était convaincue que le jeune homme n'était pas une menace. De plus, il possédait un air si bienveillant et si chaleureux, que cela touchait Makka. Elle s'approcha de lui de nouveau, et sourit gentiment.

« Je … Je fait peur ? Tu … es en colère ? J'ai fait … une chose mal ? »

Elle semblait préoccupée. Son regard, toujours aussi sombre, fixait Meriel, comme les animaux fixent ce qui les fascinent.
Revenir en haut Aller en bas
Meriel Glacies
Hybride
avatar

Messages : 12
Messages rp : 4
Date d'inscription : 21/11/2010
Age : 27
Localisation : Sur un sommet enneigé

Identification
Âge: 22
Statut: Espion
Relations:

MessageSujet: Re: Rêveries au clair de Lune [Makka]   Mar 14 Déc - 12:42

En voyant Makka réagir au quart de tour en entendant le grondement qui lui avait échappé, Meriel fut tenté de faire un pas en arrière... Mais se ravisa. La jeune Hybride avait ratrappée sa lance et la brandissait à nouveau vers son torse, mais il sentait cette fois-ci que sa prise était moins ferme, comme moins déterminée.
Après qu'il se fut excusé, Makka s'approcha de nouveau de lui tout en s'enquérant, avec quelques difficultés à s'exprimer dans cette langue, si elle l'effrayait, ou si pour une quelconque raison, elle avait fait quelque chose de travers.
Meriel poussa un profond soupir, passant nerveusement sa main dans ses cheveux.

- Non, tu n'as rien fait de mal... C'est juste moi qui n'arrive pas à contenir mes émotions. Etrange, d'ailleurs... souffla-t-il plus pour lui-même que pour son interlocutrice.

Le sourire de la jeune femme avait quelque chose de doux, qui semblait exprimer malgrè elle ce qu'elle ressentait au plus profond de son âme. Pourtant, Meriel aurait mis sa fourrure en jeu que ce n'était d'ordinaire pas chose aisée que de savoir ce que cette Hybride pouvait bien éprouver comme sentiment ou émotion.
Curieux, Meriel décida de l'interroger sur ses origines, même s'il se doutait qu'il n'aurait peut-être pas de réponse :

- D'où viens-tu ? Dans quel pays es-tu née ? Et qu'est-ce que tu fais ici ?

Le jeune homme se tut subitement, conscient qu'il en demandait sûrement trop à la fois. Mais encore une fois, il s'était laissé emporté par sa curiosité qui avait un côté assez maladif chez lui !... De toute façon, c'était de famille, alors ce n'est pas comme s'il y pouvait quelque chose... En repensant à son frère, Meriel porta mécaniquement la main sur la poche de son pantalon, là où on pouvait à peine apercevoir la petite bosse que formait le pendentif en argent. Ses yeux perdirent un peu de leur éclat, voilés par une légère tristesse.
Cependant il se reprit assez vite. Montrer une baisse de moral à une demoiselle inconnue n'était pas vraiment très courtois.

Puis, sans qu'il sache vraiment pourquoi il leva son regard vers les nuées, cherchant la lune à travers les ramures des arbres centenaires...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rêveries au clair de Lune [Makka]   Sam 18 Déc - 17:18

« Le bonheur d'avoir trouvé ce que l'on cherchait depuis des années. »

Mais ne comprenait pas ce que le jeune homme voulait lui. Ce qu'il disait été confus, et ça se sentait dans le ton de sa voix. Makka, qui en plus avait des difficultés dans cette langue, ne saisissait pas sa justification, et par pur flemmardise, elle se contenta de lui adressait un petit sourire plutôt que de chercher les mots pour exprimer sa question. C'était étrange la sensation que l'on pouvait ressentir quand le but de sa vie était exaucé. Sa terrible solitude enfin contrée. Elle n'était pas la seule spéciale au monde. Son cœur était chaud et tout semblait être comme dans un rêve. Et elle était persuadée que rien ne pourra gâcher son bonheur. Elle était à la fois effrayée de voir quelqu'un comme elle, mais aussi heureuse. C'était bien étrange. La méfiance s'était totalement effacée dans l'esprit de Makka. Peut-être parce qu'elle s'était rendue compte qu'il n'y avait aucune hostilité dans le ton de l'étrange jeune homme.

Il y eut un certain silence, où l'hybride s'étonnait des paroles incompréhensible du jeune homme. Elle rangea doucement sa lance dans son dos, et se promis de ne plus la ressortir. A peine eut-elle fini son geste, que Meriel lâcha un défilé de questions. La jeune louve fut surprise, elle eut un moment d'assimilation, où elle leva un sourcil et où elle arborait une étrange expression de totale incompréhension. Puis, elle se mit à rire doucement.

« Je ne comprends pas tous ce que tu dit ! »

Elle le regarda gentiment, et elle fit un effort.

« Tu … Tu n'es pas à … euh … Tu n'es pas à l'aise. Pardon. Je fait pas bien en riant. Je … Je vais essayer de répondre. »

Elle leva les yeux, quelques secondes. Puis reprit après avoir bien réfléchi à ses réponses.

« Je … je viens de loin de l'Est. Là où c'est presque toujours tout blanc. Je pense toujours avoir été de là-bas. Je … Je suis ici parce que c'est comme ça. Je dois être ici. Ici, parce que c'est comme ça. Là-bas, ils veulent me tuer. Et je ne veux pas y retourner. Et ... »

Makka ne savait pas si c'était une bonne chose de dire qu'elle cherchait désespérément quelqu'un comme elle. On lui avait dit que dans la meute qu'elle avait intégrée, il y avait pleins de personne comme elle. C'est en raison pour ça qu'elle acceptait, car au début, elle était plutôt réticente d'être une nouvelle fois en présence d'Originel. Elle finit sur un petit sourire.

« Et toi ? »

Elle n'était pas capable de répéter les questions que lui avait posé Meriel sans difficultés. Elle espérait qu'il comprendrais qu'elle lui posait les même questions. Mais, à vrai dire, ça ne semblait pas difficile à comprendre.

Makka remarqua un geste que faisait le jeune homme à mainte reprise. Il passai toujours sa main dans sa poche. Quelle était observatrice cette petite, s'en était effrayant ? Mais que voulez-vous, après des années de vie dans la nature, où on doit aiguiser ses sens, ça les développent que l'on le veuille ou non.. Son regard passa à la poche de Meriel à ses yeux.

« Pourquoi … tu as quoi dans ta poche ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rêveries au clair de Lune [Makka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rêveries au clair de Lune [Makka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coalition :: Souvenirs :: Archives :: Rps clos :: Chapitre Premier :: Rps Grands Espaces-
Sauter vers: