AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Athéna Akuma
Lycan
avatar

Messages : 93
Messages rp : 27
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : X

Identification
Âge: Approximativement 200 ans
Statut: Errante
Relations:

MessageSujet: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Lun 7 Fév - 22:45

Cela faisait si longtemps qu'elle était enfermée dans l'appartement par ses blessures qu'elle commençait à craquer. Les loups n'étaient pas claustrophobe par nature, mais elle sentait un malaise grandissant qui commençait à chasser le plaisir de se reposer ainsi. Il fallait qu'elle sorte, qu'elle retrouve un endroit où ses sens sur-développés seraient moins agressés par les machines humaines. Sans voitures bruyantes, immeubles stressant ou foule angoissante.
La plénitude de ses voyages solitaires avait été trop agréable pour qu'elle y renonce si facilement. Mais à présent, elle avait de nouveau quelqu'un avec qui partager cette sensation de bien être.

Aussi, quelques semaines après son accident, elle proposa à Aleksej de quitter l'appartement pour rejoindre la forêt toute proche. Les Vampires ne se montreraient pas durant la journée, pas même sous le couvert relatif des arbres, et elle avait envie de retrouver plus de naturel. Ces immenses immeubles de béton devenaient vraiment insupportables, une balade s'imposait.
Elle n'eut pas de mal à convaincre Aleksej, qui se montrait incroyablement prévenant depuis les derniers incidents, manifestement déterminé à l'aider par tous les moyens possibles à reprendre la forme le plus vite possible.

C'est pourquoi, dès le lendemain, ils se retrouvèrent aux abords de la forêt, à moins d'une heure de marche de la forêt. L'air était incroyablement sec et chaud pour une journée d'hiver, et un soleil déterminé à éclairer la journée brillait au dessus de la ramure des arbres. Souriante, elle avança de quelques pas sur le sentier de terre battue qu'elle avait repéré, quelques semaines plus tôt. Elle avait l'impression de ne plus être revenue ici depuis des mois...
Elle se retourna vers Aleksej et sourit, désignant le sous-bois où luisait la teinte émeraude du soleil à travers les feuilles.

Il y a un lac magnifique un peu plus loin, j'espère que tu ne craint pas l'eau...

Il y avait quelque chose dans son regard qui semblait annoncer très clairement la suite des évènements, qui se traduirait tôt ou tard par des éclaboussures. Après tout, il y a un moment où on ne peut plus exiger d'un loup qu'il garde sa maturité, surtout à proximité d'un plan d'eau calme et délicieusement chauffée par le soleil après plusieurs semaines d'enfermement.
Avec un petit sourire, Athéna s'enfonça dans la forêt.

Le sol de mousse pliait souplement sous ses pieds, l'odeur de l'herbe humide environnait tout, ce qui adoucissait les odeurs passées de Vampire. C'était un endroit où elle pouvait se sentir tranquille, profiter de la vie.
Un moment idéal. Et elle accordait une signification particulière à ce mot, qui ne s'appliquait pas à n'importe quelle situation. Mais elle savait que sa manière de voir les choses ne serait pas forcément comprise, aussi, quand Aleksej la rejoingit, elle se contenta de lui adresser un sourire lumineux.

[tu m'excusera, je ne suis pas capable de faire mieux --' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Mer 9 Fév - 12:06

Lui, humain. Elle, lycane. Bien entendu, le russe avait conscience d'une différence de mode de vie entre les deux. Il était aussi conscient de la présence de besoins différents, mais il n'avait pas pensé qu'être ainsi cloitrée dans son appartement puisse ainsi étouffer Athéna. Elle avait besoin de repos, c'était indéniable, mais Aleksej ne pouvait se résoudre à la laisser un jour de plus dans son appartement à ne pouvoir observer la nature qu'au travers des fenêtres. C'est pour ces différentes raisons qu'il ne rechigna pas à la proposition que lui fit Athéna de se rendre en forêt. De toute façon, il ne serait pas loin et si jamais elle forçait de trop, il se chargerait de lui rappeler ce qui est mieux pour elle. Déjà fort mature pour son âge, l'attaque qu'avait subi Athéna et les soins que celle-ci avait engendré avaient peut-être fait prendre encore quelques années de plus au jeune homme. D'un autre côté, il ne s'en plaignait pas, c'était même un avantage pour lui. Après une très courte discussion et un échange d'arguments presque absent, une balade en forêt fut convenue le lendemain même de la demande : temps nécessaire à Aleksej pour préparer l'expédition. Bien entendu, les sens développés de la lycane lui seraient d'une grande aide, et qui plus est, ils partaient en plein jour, mais Aleksej ne pouvait s'empêcher d'être prévoyant.

Le lendemain, ils partirent relativement tôt et atteignirent sans peine la forêt s'agitant sous les rayons du soleil hivernal. Soleil qui, d'ailleurs, était un peu trop fort au sens d'Aleksej. Le temps en ce jour n'était en rien adapté à la saison et pour cause : la température était loin d'être basse, et un air sec couvrait les environs. Incontestablement, ce n'était pas le temps que le russe préférait, particulièrement parce que sa pudeur l'empêchait de dévoiler ne serait-ce que ses bras. Ainsi donc, il faisait chaud et comme d'habitude, le jeune homme ne portait que du cuir. Quoique, il avait fait un effort : si son pantalon était bel et bien de cuir, son haut, lui, était un peu plus léger et moins moulant bien qu'il soit tout de même noir et absorbe donc la chaleur. Au moins, il ne regrettait en rien cette sortie puisqu'à peine avaient-ils quitté la ville pour aborder les plaines que déjà, le sourire de la lycane se faisait plus présent. Elle était faite pour la nature et ses semaines de convalescence l'en avaient privé : incontestablement, le couvert des arbres, le bruit léger du vent ou encore l'odeur de l'herbe avaient dû lui manquer. Athéna avait ainsi des airs qu'Aleksej ne lui connaissait que trop peu. Elle était souriante, et semblait épanouie. Simplement heureuse.

La suite des évènements s'annonçait un peu moins joyeuse, particulièrement pour Aleksej. Elle avait fait volte-face et s'était retournée vers lui, tout sourire, en désignant le sous-bois maintenant dans son dos. A la suite de cette brève désignation, la lycane avait pris la parole et elle avait ainsi notifié au jeune homme la présence d'un lac non loin, tout en ajoutant une "espérance" dont le russe se serait aisément passé. Si toutefois, il n'avait pas compris l'allusion, la lueur subsistant dans le regard de la belle se chargerait de l'expliciter. Et alors que la lycane s'enfonçait dans la forêt joyeusement, la remarque arrachait enfin un soupir à Aleksej qui reprenait sa route à la suite de la demoiselle. On ne pouvait pas dire de lui qu'il appréciait véritablement l'eau : jamais il n'avait eu l'occasion de l'expérimenter. Étant enfant, il n'avait pas eu l'occasion d'apprendre à nager puisque sa mère le couvait trop, et craignait le moindre choc pour lui ; plus grand, c'est encore la pudeur qui l'empêchait de se rendre dans des lieux publics ou l'on peut se baigner. Aussi, piscine ou lac, pour lui, c'était à peu près la même chose... Mais pour Athéna il ferait un effort et même s'il n'irait décemment pas se baigner, il pourrait peut-être, au moins, avoir de l'eau jusqu'aux mollets.

Alors qu'il la rejoignait, Athéna lui sourit à nouveau ; sourire qu'il s'efforça de lui rendre même si l'enthousiasme ne semblait pas de mise. Athéna avait au moins eu raison sur un point cependant : le lac était magnifique. Quelques pas supplémentaires et le russe était en mesure d'observer la vaste étendue d'eau reflétant en de multiples étoiles scintillantes les beaux reflets du soleil. Certes, Aleksej n'appréciait pas ce temps à cette saison-ci, mais force est de constater que la beauté du paysage lui convenait à merveille. La surface du lac en son entier semblait briller de mille feux, éclairant les herbes s'agitant en son bord, ou encore les troncs d'arbres fièrement dressés aux alentours. A nouveau, le russe fit quelques pas pour s'approcher de l'eau, et il s'accroupit sur la rive, glissant l'une de ses mains dans l'eau fraiche. Une autre différence lui venait soudainement à l'esprit : Athéna ne craignait sans doute pas le froid, et même s'il était russe et était de ce fait, habitué au froid, le jeune homme n'était pas particulièrement tenté par une baignade en cet instant. Après tout, qui prendrait soin d'Athéna s'il tombait malade ? Sans compter qu'il ne serait pas à plaindre : quelle idée de se baigner à une telle époque ?

- Je ne crains pas l'eau, mais je ne sais pas non plus nager, alors... Je te regarderai simplement.

Vaine tentative sans doute, pour faire entendre raison à la lycane mais au moins, il avait essayé et n'aurait pas de regrets par la suite. En parlant, toujours aussi calmement qu'à son habitude, Aleksej avait basculé la tête en arrière pour apercevoir Athéna. Il changea bien vite de position pourtant et se laissa chuter en arrière pour s'assoir le plus simplement du monde. Méticuleusement, le russe posa le sac à dos qu'il avait emporté, et entreprit de retirer ses chaussures, puis ses chaussettes avant de remonter avec peine son pantalon de cuir. Non sans mal il réussit à dévoiler en partie ses jambes et les plongea dans l'eau d'un coup, ne parvenant pas à entraver un frisson global qui le parcourut. Au moins il y avait mis du sien : il trempait ses pieds dans l'eau, c'était un bon début pour un jeune homme pudique... Même si Athéna avait au moins eu l'occasion d'apercevoir son torse lors de son excursion à l'hôpital, par exemple. Quoiqu'il en soit, Athéna ou non, il était hors de question qu'il retire plus que ce qu'il avait déjà enlevé.

- Sais-tu qu'en dépit du soleil, l'eau est particulièrement fraiche, pour un humain ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna Akuma
Lycan
avatar

Messages : 93
Messages rp : 27
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : X

Identification
Âge: Approximativement 200 ans
Statut: Errante
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Dim 20 Fév - 17:58

Il y a un lac magnifique un peu plus loin, j'espère que tu ne craint pas l'eau...

Difficile de ne pas comprendre ce qu'elle entendait par là, et si Aleksej ne s'y trompa pas, cela ne parut pas le rendre très joyeux. Étouffant un rire, elle se retourna et s'enfonça dans le sous-bois constellé d'éclat de lumière verte.
Cette nature silencieuse, en attente, lui avait manqué. Il y avait quelque chose dans ces rayons paresseux, dans le souffle calme du vent dans les feuilles qui attiraient un sourire sur ses lèvres.
Elle leva la tête et inspira profondément, contemplant silencieusement les ramures assombries qui bougeaient doucement au gré du vent. Son sourire s'élargit alors qu'elle repérait deux écureuils, perchés au sommet d'un chêne majestueux, qui les observaient avec méfiance. Elle suivit un instant leurs acrobaties du regard avant d'observer Aleksej qui venait d'atteindre le lac.

Il semblait légèrement appréhender la journée. Une main dans l'eau, il contemplait la surface illuminé avec une grimace qui l'intrigua. Elle même adorait l'eau, et le froid n'était pas vraiment un problème pour elle, son organisme chauffant suffisamment pour réchauffer l'eau jusqu'à plusieurs mètres d'elle, mais elle n'avait pas pensé à la différence entre sa température corporelle et celle d'Aleksej.

- Je ne crains pas l'eau, mais je ne sais pas non plus nager, alors... Je te regarderai simplement.

L'affirmation la surprit légèrement. Elle n'avait pas pensé à ce point de détail, mais lorsqu'il se retourna pour l'observer, elle se contenta de hausser les épaules. L'argument était inefficace, le fond étant suffisamment proche au bord pour pouvoir se baigner tout en ayant pied. Mais elle était un peu étonnée, même si les rivières n'affluaient pas dans le pays, elle avait pensé que, comme en Grèce, tout le monde savait nager.
Elle l'observa alors qu'il retirait chaussures et chaussettes et ne put retenir un rire en le voyant tremper les pieds dans l'eau. Bon au moins il y avait mis un peu du sien, même si elle ne comprenait pas cette répulsion à profiter d'un endroit aussi agréable.

- Sais-tu qu'en dépit du soleil, l'eau est particulièrement fraiche, pour un humain ?

Un sourire étira ses lèvres. D'accord, elle n'y avait pas pensé...
Mais elle n'avait pas l'intention de le laisser poireauter sur le bord du lac. Frileux ou pas, il se retrouverait sans doute dans l'eau avant la fin de la journée.
Se détournant du jeune homme qui contemplait l'étendue illuminée, elle retira ses chaussures puis ses vêtements, les déposant soigneusement sur un rocher au sec. Elle avait conservé le minimum pudique, plus par respect des convenances humaines que par réelle nécessité, mais elle n'aimait pas l'idée de mouiller ses vêtements, aussi elle les accrocha soigneusement avant de se tourner vers le lac.
Trois pas d'élan, puis un sprint fulgurant jusqu'au bord, d'où elle bondit. Portée par son élan, elle vola au dessus du lac jusqu'à son centre, où elle s'enfonça dans une gerbe d'éclaboussure.

L'eau l'environnait. Elle ferma les yeux de plaisir en sentant la caresse glaciale de l'eau sur sa peau alors qu'elle nageait doucement vers le fond. Ses cheveux dénoués flottaient derrière elle comme la queue étincelante d'une comète sous marine que l'eau omniprésente faisait scintiller.
Elle atteignit rapidement le fond et se retourna, observant à travers le filtre miroitant de l'eau le ciel qui avait des couleurs verdâtres nouvelles. Elle suivit, amusée, le passage d'un poisson qui l'observa un moment puis battit tranquillement des pieds pour rejoindre la surface.
Ses longues jambes fuselées la propulsaient avec efficacité, et elle atteignit bientôt le bord du lac où paressait le jeune russe, lui adressant un large sourire. Elle fit quelques pas dans sa direction et tendit les bras vers lui, amusée par sa réticence.

Si tu ne sais pas nager, c'est le meilleur moment pour apprendre, tu ne crois pas? Ne t'inquiète pas pour la température de l'eau... Ça ne sera pas un problème.

Le dernier point, au moins, était incontestable. Au contact de l'eau glacée, l'organisme de la jeune femme avait décidé de mettre le paquet, et sa peau réchauffait sensiblement l'eau ambiante. Par chance, le lac n'était pas alimenté par un courant fort, aussi la température de l'eau serait bientôt presque méditerranéenne.
Voyant qu'il hésitait encore, elle lui adressa son sourire le plus craquant

S'il te plait?

[court et pas terrible, désolée -__-" ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Lun 21 Fév - 9:56

Alors qu'il lui avouait ne pas savoir nager, Athéna s'était contentée de hausser les épaules. Bien évidemment, il commençait à la connaître et savait que cette remarque ne suffirait pas à l'arrêter si elle avait décidé de le faire entrer dans l'eau. D'ailleurs, elle se moqua ouvertement de lui alors qu'il trempait simplement les pieds dans l'eau, le piquant quelque peu dans sa fierté et lui arrachant une moue légère. Nouvelle remarque, et nouvelle tentative d'Aleksej afin d'échapper au supplice de la baignade, mais à l'image du premier, le second argument ne fit guère d'effet sur la lycane qui ne trouva rien de mieux à faire que de lui sourire. D'un côté, Athéna se changeait ou plutôt, elle retirait le surplus de vêtements qu'elle avait pour pouvoir se baigner librement. D'un autre côté, Aleksej cherchait d'autres arguments pour ne pas avoir à retirer plus que ce qu'il avait déjà enlevé. Le fait qu'il ne sache pas nager lui avait arraché un bref haussement d'épaules, la fraîcheur de l'eau quant à elle, un sourire bénin... Il était trop tard pour prétendre être allergique à l'eau : ses jambes étaient déjà trempées. Par ailleurs, même s'il ne savait pas nager, Aleksej avait déjà eu l'occasion de se baigner en famille. "Patauger" serait sans doute plus approprié, d'ailleurs. Quoiqu'il en soit, fils de russe, le froid, qu'il soit de l'air ou de l'eau, ne l'entravait guère. Il lui fallait simplement un temps d'adaptation. Temps qui se vaudrait exceptionnellement long aujourd'hui.

Le russe fut arraché à ses pensées par la silhouette d'Athéna, aperçue une fraction de seconde dans le coin de son champ de vision. Elle avait été si vite et avait pris tellement d'élan qu'elle resta anormalement suspendue en l'air. Impressionné, il faut l'avouer, le jeune homme suivit sa silhouette avec attention, ayant l'impression qu'elle survolait purement et simplement le lac. Pour Aleksej, le moment dura plus longtemps encore qu'en réalité ; pour lui, la scène se déroulait presque au ralenti et à dire vrai, il n'en était pas mécontent. Pourtant la louve se rapprocha peu à peu de l'eau et finit par plonger en laissant quelques éclaboussures derrière elle. Seul le saut de la belle avait troublé le calme environnant : la surface du lac n'était plus aussi plane que précédemment et plusieurs ondes s'y répandaient. Par ailleurs, le bruit avait fait se taire les oiseaux bavards de la forêts, ou les petits mammifères trop curieux. Un temps, sa vision d'humain fut capable d'apercevoir la silhouette de la louve s'enfoncer dans les profondeurs du lac mais bien vite, pourtant, il ne fut plus en mesure de distinguer ne serait-ce que sa chevelure argentée, aussi longue soit-elle. Sagement assis au bord de l'eau, Aleksej observait silencieusement la surface de l'eau, guettant le retour de la lycane sans grand succès. Elle profitait de cette journée de repos et en avait bien raison, mais peut-être n'était-ce pas prudent pour elle qui devait encore se remettre de ses blessures.

Tout semblait allait pour le mieux pourtant, car elle n'était pas pressée de remonter à la surface. En cet instant, le russe regretta de ne pas avoir pris de livre pour s'occuper. Qu'avait-il espérer ? Une simple balade ? C'était mal connaître et sous-estimer les pulsions animales d'une louve enfermée depuis de nombreux jours dans un petit appartement. Distrait par ses pensées, il ne vit pas Athéna remonter à la surface et fut surpris de la retrouver si près de lui, trempée, mais affreusement souriante. Comment, dès lors, ne pas oublier toute recommandation ? Il ne pouvait que rétorquer à ce sourire et être attendri par autant de joie. La belle fit quelques pas vers lui avant de tendre ses bras dans sa direction, amusée, visiblement, par le scepticisme soudain qu'inspiraient les traits du russe. Son sourire s'était en effet rapidement effacé en voyant le comportement qu'adoptait la louve peu à peu : voilà qu'elle revenait à l'attaque. Désormais, la lycane se proposait de lui apprendre à nager, estimant le moment actuel parfait pour cela. Elle le rassurait également quant à la température de l'eau, et en effet : alors qu'elle était à une certaine distance de lui, tout de même, la température de l'eau semblait s'être adoucie... Mais peut-être n'était-ce que son imagination. En dépit de l'argumentation de la louve, les sourcils d'Aleksej se froncèrent malgré lui. Alors elle se décida à tenter le tout pour le tout et eu raison de lui en un sourire à la fois gêné, tendre, naturel et compatissant peut-être... Beau en un mot. Le "S'il te plaît ?" acheva le russe qui laissa échapper un bruyant soupir mêlant résignation et colère : mais uniquement contre lui-même pour céder aussi facilement.

Un bruissement léger d'eau trahissait le recul d'Aleksej. Le jeune homme s'était redressé rapidement et avait tourné le dos à la louve pour s'éloigner quelque peu de l'étendue d'eau. Machinalement, le jeune homme avait rejoint le rocher supportant les affaires d'Athéna et sans véritablement rechigner, il retira peu à peu ses vêtements. Étrangement, le plus simple pour lui fut d'enlever son pantalon : il avait encore la possibilité de cacher son caleçon avec son haut... Par contre, il lui fallut plus de temps pour retirer son haut, mais il s'y résigna en un nouveau soupir. Par habitude, la main droite du garçon vint frotter sa nuque frénétiquement et il se retourna enfin vers Athéna, la rejoignant sans pour autant la regarder. Le pas jusqu'alors dynamique du jeune homme se fit plus lent à l'approche de l'eau, et à nouveau un bruissement léger se fit entendre. Tout en prenant appui sur la berge, le garçon n'avait pas réellement hésité à entrer dans l'eau. Actuellement, il n'était pas réellement convaincu par ce que lui avait énoncé Athéna, aussi, il avait en l'instant une philosophie bien connue " Plus vite ce sera fini, mieux ce sera ", alors autant s'y prendre tôt. Peu à peu, l'eau ensevelit le corps du russe qui s'approchait de la lycane, et plus il s'approchait d'elle, plus l'eau se réchauffait. Arrivé maintenant tout près de la louve, Aleksej lui lança enfin un bref regard.

- Tu irradies...

Il est vrai que cette température anormalement élevée que supportait constamment la lycane avait été source de questionnements pour Aleksej, notamment lorsqu'il avait dû s'occuper d'elle et était dans l'incapacité de savoir si la belle avait de la fièvre ou non. Les bras du garçon se soulevèrent de l'eau pour se croiser sur son torse alors qu'il observait les alentours avec attention. On ne pouvait pas réellement dire de lui qu'il était nerveux : partant du principe qu'il n'avait pas peur des vampires, il estimait ne pas avoir peur de l'eau non plus. Par ailleurs, il avait confiance en Athéna, il savait donc que, quand bien même il coulerait, elle serait là pour l'aider. Il s'agissait plutôt là, d'une histoire de réflexes et de curiosité : toujours habitué à guetter les alentours pour ne jamais être surpris, il étudiait également l'environnement dans lequel il allait évoluer d'ici peu. Cela dit, même s'il n'avait pas vraiment peur, le jeune homme n'était pas plus enthousiaste que cela à l'idée d'apprendre à nager car pour lui, à son âge, il était déjà trop tard pour apprendre une démarche aussi basique. Et même s'il voulait faire plaisir à Athéna, il avait du mal à sourire et à l'inciter à entamer le fameux entraînement. Un nouveau soupir lui échappa et finalement, les yeux d'émeraude du jeune homme croisèrent ceux grisés de la louve. Souriant légèrement malgré tout, il se contenta d'un murmure.

- S'il on m'avait dit, un jour, qu'une lycane m'apprendrait à nager...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna Akuma
Lycan
avatar

Messages : 93
Messages rp : 27
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : X

Identification
Âge: Approximativement 200 ans
Statut: Errante
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Mer 23 Fév - 0:26

Elle survola le lac avec la délicieuse impression de voler. Les bras tendus, devant elle, les jambes dans l'alignement parfait du corps, les yeux mi-clos qui contemplaient le défilement rapide de l'eau sous son ventre. Au moment de plonger, elle rentra légèrement la tête dans les épaules et entr'aperçut Aleksej qui l'observait. L'expression admirative sur son visage lui tira un sourire de contentement.
Puis la gravité la rappela à l'ordre et elle s'enfonça avec délectation dans l'eau claire, projetant autours d'elle un cercle d'éclaboussures qui troublèrent le calme plat du lac.
Les yeux fermés, elle se laissa couler jusqu'au fond. Sous l'eau, tout avait une teinte différente dont elle se délectait. Les sons lui parvenaient assourdis, les lumières, diffractées et modifiées. Les mouvements de l'eau froide autours d'elle créaient à son contact de petits tourbillons qui caressaient sa peau avant de se perdre dans l'immensité bleuté du lac autours d'elle.

Elle lâcha un petit chapelet de bulles qui monta en tremblotant vers la surface et se mit à nager vers la surface, vers Aleksej.
Lorsqu'elle perça la surface et s'avança de quelques pas, elle eut le temps d'aperçevoir son sourire qui disparut à vitesse grand V. amusée par sa réaction disproportionné, elle avança les bras vers lui dans un geste d'invitation.

Si tu ne sais pas nager, c'est le meilleur moment pour apprendre, tu ne crois pas? Ne t'inquiète pas pour la température de l'eau... Ça ne sera pas un problème.

Sa proposition fut accueillie par un froncement de sourcil très significatif mais elle ne se découragea pas. Lui adressant son sourire le plus craquant, elle reprit :

S'il-te-plait...?

Elle sut tout de suite qu'elle avait gagné en voyant l'expression d'Aleksej. Il poussa un soupire bruyant et se leva, lui arrachant un large sourire à la fois victorieux et exubérant. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas eut l'occasion de s'amuser, et cette victoire facile l'emplissait d'une joie infantile.
Elle le suivit du regard alors qu'il se déshabillait nerveusement, de dos. Il paraissait tellement gêné de se mettre en tenue de bain que cette répulsion l'intrigua. Qu'est ce qui avait pu provoquer cette peur panique de se montrer? Elle était curieuse mais se retint de le faire remarquer. C'était inutile pour l'instant.

Il s'approcha à grands pas, avant de se laisser glisser brutalement dans l'eau, provoquant de légères éclaboussures et des ondes dans l'eau qui se répercutèrent sur le ventre de la jeune femme, quelques pas plus loin. Elle lui sourit alors qu'il s'approchait, fixant son environnement d'un regard nerveux. Il lui jeta un bref regard impassible alors qu'il arrivait près d'elle.

- Tu irradies...
- Ça a encore l'air de te surprendre...


Son sourire s'élargit alors qu'il croisait les bras sur son torse, jetant aux alentours des regards suspicieux qui, dans ce cadre si calme et paisible, devenaient légèrement... et bien ridicules. Mais elle pouvait comprendre ce sentiment de suspicion qui accompagnait la vie d'un chasseur. Après tout, sa vie n'avait souvent tenu qu'à cet heureux réflexe, aussi s'abstint-elle de tout commentaire.
Son regard émeraude croisa le sien. Il semblait assez peu enthousiaste mais une esquisse de demi-sourire montait à ses lèvres. On l'aurait dit résigné à l'inévitable.

- S'il on m'avait dit, un jour, qu'une lycane m'apprendrait à nager...

La phrase lui arracha un nouveau sourire tranquille. Elle recula de quelques pas avant de basculer sur le dos, secouant la tête pour retirer une mèche gênante de devant ses yeux, et battit lentement des pieds de manière à tourner autours de lui. Elle paraissait amusée par la situation mais elle n'avait plus cette lueur moqueuse dans le regard.

- De toute manière, tout le monde sait nager, ou au moins garder la tête hors de l'eau. Ne vas pas me dire que tu ne t'es jamais retrouvé dans l'eau...?

Lors de ses débuts en tant que chasseresse, elle avait souvent eut la vie sauve par un réflexe salavateur qui consistait généralement à bondir dans une rivière proche. L'avantage que l'eau lui procurait face à un Vampire était principalement celui que la force comptait globalement assez peu, la technique, le profil et le poids important nettement plus. Et sur ce plan là, elle avait nettement plus d'avantages que les Vampires à l'ancienne mode qui hésitaient alors suffisamment longtemps à plonger pour l'attraper pour que Toboe débarque à la rescousse. une fois transformée bien sûr, ce problème ne s'était plus posé mais elle avait continué à entretenir, plus par goût que par nécessité, ces talents aquatiques.

Elle cessa soudain son manège et s'avança vers lui, souriante.

Tu ne veux pas essayer? On dirais vraiment que tu t'apprête pour une séance de torture...

Amusée, elle se glissa dans son dos, posa ses mains sur ses épaules et l'attira en arrière jusqu'à ce qu'il tombe jusqu'au cou dans l'eau à présent presque chaude. Bien qu'elle l'ait retenu pour éviter qu'il ne coule complètement, son large sourire laissait entendre que la prochaine fois - il y en aurait une, c'était certain - elle serait sans doute moins prévenante.
D'un battement de pied, elle pivota pour se retrouver face à lui et lui adressa de nouveau son plus beau sourire.

Détends-toi, apprend à profiter de la vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Jeu 24 Fév - 14:28

La remarque qu'il lui avait fait quant à la chaleur qu'elle émettait ne nécessitait pas de réel commentaire, il s'agissait plutôt d'une remarque qu'il se faisait à lui-même et à haute voix. Étant donc purement rhétorique, il n'avait pas véritablement réagi à la réplique de la lycane. On ne peut pas réellement affirmer que cette température anormalement élevée le surprenait toujours, disons simplement qu'elle était toujours étonnante aux premiers abords. Peut-être également de par son ampleur car, même s'il avait eu l'occasion de se rendre compte de cette différence de température, il ne pensait pas réalisable la prouesse de réchauffer l'eau d'un lac relativement large, perdu au beau milieu d'une forêt et ce, en plein hiver alors même que le temps ne s'y prêtait pas. Quoiqu'il en soit, Athéna semblait globalement amusée par cette journée : tant mieux, au moins elle n'aurait pas servi à rien. Pour autant, Aleksej n'était pas certain d'en profiter autant que la lycane. De son côté, il souhaitait déjà ardemment retrouver son appartement, peu important la décoration insuffisante et l'ambiance assez froide. Une nouvelle phrase de la part du russe et un nouveau sourire de la part de la louve. Désormais, c'était incontestable : elle s'amusera bien plus que lui aujourd'hui, mais pour le jeune homme, cette même journée allait être tout particulièrement longue.

Athéna se laissa basculer en arrière et entreprit de battre des pieds lentement, tournant alors autour du russe qui restait immobile. Ses yeux clairs suivaient la gestuelle de la lycane lorsqu'elle était dans son champ de vision, mais il ne faisait pas l'effort de se retourner lorsqu'il ne la voyait plus. Finalement, la lycane reprit la parole, affirmant que tout le monde savait nager, semble-t-il. Et pourtant il était là, affirmant le contraire de par sa simple nature. Il pouvait toujours se débrouiller pour garder la tête hors de l'eau en effet, toutefois, il le ferait peu de temps et serait empreint à la panique... Autant dire que perdre toutes ses forces à tenter vainement d'avaler quelques bouffées d'air n'avait rien d'exceptionnel. Étant donné la constitution du russe, il ne tiendrait pas plus de dix minutes à se débattre dans l'eau. Bref, à l'image de la réflexion qu'il lui avait faite un peu plus tôt, il estimait que cette phrase ne valait pas la peine d'être commentée non plus. Athéna mit pourtant fin à ces cercles incessants et s'approcha de lui, toujours aussi souriante. A nouveau elle lui fit une proposition : essayer ? Il le voulait bien, mais visiblement, la lycane avait une conception de l'enseignement qui différait grandement de celle du russe, d'ailleurs, son comportement ne fit que le conforter dans cette idée. Sans qu'il n'ait le temps de réaliser ce qui lui arrivait, elle s'était glissée dans son dos, avait posé ses mains sur ses épaules et l'avait fait basculer en arrière pour qu'il soit encore plus proche de l'eau. Ayant de l'eau jusqu'au cou maintenant, et dès lors, légèrement paniqué, Aleksej n'avait vu de la louve qu'un vague sourire et un air qu'il jugeait provocateur.

A nouveau elle pivota et se remit face à lui, s'exprimant derechef en lui adressant qui plus est, l'un de ses plus beaux sourires. Et pourtant... Pourtant, le russe ne fut pas en mesure de le lui rendre cette fois. Son regard était vide et son expression totalement neutre. Si la belle était amusée par le scénario, elle était bien la seule à en rire et par ailleurs, s'il avait accepté de rentrer dans l'eau, c'était pour qu'elle l'aide, pas pour qu'elle s'amuse de lui et cherche à le dérider. Le russe resta un moment dans l'eau à observer simplement Athéna d'un regard peut-être froid sans même qu'il ne s'en rende compte. Il était conscient que désormais, la pointe de compassion et d'humanité, peut-être même, qu'il avait ressenti alors qu'il acceptait la proposition de la louve était bien loin. Sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte peut-être, elle avait participé au retour de la fameuse carapace qui l'avait enveloppé pendant longtemps alors qu'ils s'étaient tout juste rencontrés. Elle faisait désormais face à l'Aleksej distant qu'il était en général, l'Aleksej qui, soudainement, était bien moins attendrissant et touchant que le second, puisqu'il n'était plus enfant. Il n'était qu'un homme ordinaire. Un nouveau soupir lui échappa et il se releva dans la foulée alors que l'eau ruisselait sur son corps fin. Les bras le long du corps, il attendait patiemment que le vacarme de l'eau s'égouttant de son corps, au lac se taise enfin pour rétorquer à Athéna. Et lorsque les gouttes se firent moins nombreuses et plus discrètes, le regard du jeune homme se heurta à celui de la lycane.

- Profiter de la vie ? Mais je profite de la vie, je le fais à ma façon simplement. Il est désormais trop tard pour changer cette conception, de toute façon, quand bien même elle ne plaît pas à tout le monde. A quoi bon "profiter de la vie" lorsqu'on est voué à mourir dans un futur plus ou moins proche ?

Partant de ce postulat, il lui était en effet difficile de profiter de l'instant présent et de s'amuser un peu. Il était alors presque inconcevable pour lui de s'amuser innocemment dans un lac juste pour se détendre. Il n'avait pas besoin de se détendre d'ailleurs, après les nombreux jours qu'il avait passé dans son appartement à ne strictement rien faire. Son quotidien s'était limité à rédiger sur un carnet l'évolution de la santé d'Athéna, peut-être à aller faire quelques courses au supermarché du coin, mais rien de plus. Il ne pouvait pas dire que les vampires lui manquaient, il appréciait le repos dont il bénéficiait, pour une fois, mais cette inactivité ne lui sied pas. Toutes les nuits, il avait eu grand mal à s'endormir sans songer à ses collègues, membres de l'organisation ; sans penser à ses amis et aux vampires. Il avait eu beaucoup de mal à s'endormir tout en sachant que plusieurs meurtres se déroulaient dans les rues adjacentes à celle dans laquelle il vivait... Et avec tout ça, elle voulait qu'il profite de l'instant présent. Comment le pouvait-il ? Il ne l'avait jamais fait. Depuis toujours, c'était ainsi que le garçon vivait. Un nouveau soupir lui échappa alors qu'il tournait le dos à la louve : d'après lui, sa leçon était déjà terminée, si tant est qu'elle ait seulement commencé. Las et peut-être un peu déçu également, il se contenta de rejoindre le bord de l'eau avant de s'y hisser. Sans y prêter grande attention, il reprit la posture préalable, c'est-à-dire : assis simplement et les jambes trainant dans l'eau, à la différence près que, désormais, il était en sous-vêtement. L'air un tant soit peu ailleurs, Aleksej fit une nouvelle remarque qui là encore, en son sens, ne méritait aucun commentaire.

- Je crois remarquer que tu te portes mieux, je pourrais donc reprendre mes missions au sein de la Coalition.

Et par cette phrase, Aleksej sous-entendait implicitement qu'il le ferait le soir-même. Il lui faudrait bien redoubler ses efforts pour rattraper le temps qu'il avait perdu. Par ailleurs, il devrait s'excuser auprès de ses partenaires de travail, auprès de Sullivan également pour son absence. Tout allait rentrer dans l'ordre d'ici très peu de temps cela dit, le soir même il retrouverait ses habitudes et par voie de conséquence, ses repères. Peut-être pourrait-il dès ce soir, éliminer un vampire ou au moins l'entraver... Songeur, le russe reportait son regard dans le vague et songeait déjà à ce qu'il devrait faire le soir-même : peut-être devrait-il également prévenir l'hôpital. En effet, jusqu'à maintenant, les visites en ce lieu avaient été plus que limitées, il y avait simplement été dans le cadre de son traitement quotidien, mais pas suite à une opération ayant mal tournée. Ce quotidien un peu plus désagréable allait lui aussi reprendre son cours mais quelque part, le jeune homme y était habitué. Peu à peu, sa vie s'était inversée et ce qui paraissait normal pour un être humain lambda n'était en rien habituel pour lui. Au contraire, c'était anormal, une exception à un quotidien que d'autres qualifieraient volontiers d'original. Un léger courant d'air agitant les feuilles des buissons et arbustes l'ôta à ses méditations et son regard se reposa sur la lycane. Et elle, qu'allait-elle faire ? Allait-elle reprendre le cours de sa vie aussi, maintenant qu'elle semblait complètement rétablie, ou allait-elle encore vouloir le suivre dans ses missions au sein de la Coalition ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna Akuma
Lycan
avatar

Messages : 93
Messages rp : 27
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : X

Identification
Âge: Approximativement 200 ans
Statut: Errante
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Sam 26 Fév - 17:28

Elle tournait tranquillement de l'eau mais peu à peu une impression de malaise l'envahissait. Les yeux d'Aleksej étaient trop froids, bien trop sérieux. Akuma eut un petit sursaut de moquerie dans le fin fond de son esprit, comme une référence à l'unique dispute qui animait les deux sœurs depuis la début des temps.
Il eut un soupir, le regard las, et se leva. Les gouttelettes d'eau qui ruisselaient sur son corps donnaient à sa peau pâle d'étranges reflets lumineux qui glissaient lentement jusqu'à tomber sur la surface plane du lac dans un claquement mouillé qui résonnait étrangement dans le silence environnant. Même les animaux environnants s'étaient tus.
Elle reconnut sans peine la teinte glaciale de ses yeux émeraudes, aussi durs que la pierres dont ils avaient emprunté la couleur. Elle l'avait déjà vu ainsi auparavant.

- Profiter de la vie ? Mais je profite de la vie, je le fais à ma façon simplement. Il est désormais trop tard pour changer cette conception, de toute façon, quand bien même elle ne plaît pas à tout le monde. A quoi bon "profiter de la vie" lorsqu'on est voué à mourir dans un futur plus ou moins proche ?

De nouveau, un sursaut dans son âme, le temps pour Akuma de placer une nouvelle remarque sarcastique qui lui arracha un léger sourire sans joie. Ses yeux gris semblaient légèrement envahis, l'iris argenté parcouru d'éclairs vert forêt.
*- Tu ne devrais pas être surprise pourtant, ce n'est pas la première fois !*
- J'imagine que tu as raison... Ça m'aurait fait plaisir de ne pas me tromper, rien qu'une fois.
*- Tu n'avais qu'à me faire un peu plus confiance. Pourquoi te leurrer encore? C'est un humain. C'étaient tous des humains. Ils ne vivent pas assez longtemps pour se détacher de la vengeance.*

Sans qu'elle s'en soit rendu compte, Athéna avait répondu oralement à la remarque d'Akuma. Tranquillement, elle observa Aleksej qui sortait de l'eau, l'eau retenue dans ses cheveux mi-long s'échappant en minuscules filets d'eau qui courraient sur son dos, accrochant la lumière du soleil qui rayonnait avec une force exceptionnelle pour la saison.
Il rejoignit la pierre qu'il s'était choisi il y a quelques minutes et s'assit de nouveau dessus. Son regard paraissait aussi las que s'il avait vécu des centaines d'années de cette vie...

- Je crois remarquer que tu te portes mieux, je pourrais donc reprendre mes missions au sein de la Coalition.

... Sauf que c'était elle qui avait des siècles d'existence. Et elle avait bien plus de raisons de haïr les vampires que le jeune homme, mais elle avait décidé de se détacher du racisme général depuis plus d'un siècle et demi, lorsqu'elle avait fait la rencontre des rubans noirs. Elle avait mis cinquante ans pour canaliser sa haine et se concentrer sur le futur, réapprendre à profiter de cette vie d'immortel. Elle ne pouvait pas en vouloir à Aleksej pour refuser ce qu'elle même avait mis tant de temps à admettre...
Mais elle lui en voulait. Un sentiment de déception l'envahissait peu à peu.

A son tour, elle se leva, tordant sa chevelure trempée pour en retirer le plus d'eau possible, l'observant sans ajouter un mot. Puis elle se dirigea vers ses affaires et entreprit de les enfiler malgré l'eau qui les collait à sa peau sans paraitre remarquer sa présence. Ce ne fut que quand elle fut entièrement rhabillée qu'elle se tourna vers lui, rajustant la position d'une des dagues courtes qu'elle avait emporté dans son dos. Même ici elle avait prévu de quoi faire face aux ennuis, poussée par la méfiance instinctive d'Akuma. Son regard métis scruta un instant le jeune homme puis elle prit la parole, sa voix trop calme résonnant étrangement sur l'étendue d'eau calme.

- J'existe depuis plus de deux siècles en tant que lycanne, et j'ai mis près de cinquante ans à admettre ce que j'ai cru voir chez toi, alors j'imagine que je ne devrais pas être surprise... Sa voix était calme mais l'agitation de ses yeux métissés trahissait l'échange mental très vif entre les deux entités qui se partageaient son corps. Difficile de dire qui parlait par sa bouche. Mais si les Vampires m'ont volé deux fois ce à quoi je tenais le plus, je refuse de leur offrir ma vie en prime. Tu n'es pas le seul à savoir que l'existence n'est qu'une question de jours, et crois moi, même avec ton handicap, tu court moins de danger qu'une lycanne presque nouvelle née qui s'amuse à exterminer des membres de familles qui ont parfois plusieurs millénaires. Je sais que tôt ou tard je mourrais dans un affrontement, ma mort est à leur portée, mais ils n'auront jamais le plaisir de gâcher le temps de vie qu'il me reste.

Elle ramassa le petit sac qu'elle avait amené et le fit glisser sur son épaule, dégageant d'un mouvement du cou une mèche gênante qui tombait devant ses yeux. Elle n'arrivait pas à exprimer exactement ce qu'elle voulait lui dire et cette frustration la mettait en colère. Pouvait-il comprendre? Avait-il saisi ce qu'elle cherchait à lui transmettre? La nuit, elle se battait, quitte à risquer sa vie, pour anéantir ceux qui tuaient, mais la journée, elle voulait vivre. Vivre de toute ses forces, de tout son coeur, profiter de chaque minute qui passe en sachant que, cette nuit peut être, un immortel dont elle aurait éliminé les créatures la retrouverais. A l'échelle des immortels, elle était très jeune et plus faible qu'une bonne partie des créatures qui rôdait dans la ville, le soir tombé. Elle n'avait pas dit à Aleksej qu'ils se trouvaient actuellement sur le territoire d'un lycan âgé de plusieurs millénaires, elle lui avait caché que les immortels et les mordus de la ville comptaient pour la concentration de Vampires meurtriers la plus importante qu'elle ait jamais vu, que les efforts de la Coalition équivalaient à vouloir vider un lac avec un dès à coudre, parce qu'elle savait que les humains, même s'ils ne croyaient pas à leur existence, ne méritaient pas le rôle de gibier. Ici, sa tâche était plus périlleuse et plus inefficace que jamais, mais c'était également là où on avait le plus besoin d'elle, alors elle était restée.
Mais plus que jamais, elle avait besoin de se sentir vivante. Elle connaissait le danger pour avoir déjà succombé une fois, mais l'élimination des Vampires, même si elle restait sa principale préoccupation, ne serait jamais sa raison de vivre, elle se l'était promis.

Elle lui tourna le dos se s'avança vers la lisière des arbres derrière le lac. Elle connaissait bien le lieu, et elle savait qu'il y avait, quelques kilomètres plus loin, un sentier de daims magnifiques, encore épargné par l'odeur omniprésente des Vampires. Avant de disparaitre, elle se retourna et lui adressa un sourire calme.

Je te retrouverais ce soir, ne m'attends pas je saurais où tu es.

Puis elle tourna les talons et s'enfonça dans le sous-bois assombri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Dim 27 Fév - 21:52

Entre ses deux prises de parole, Athéna avait parlé mais Aleksej n'y avait pas prêté grande attention, de la même façon il n'avait pas remarqué la lycane se retirant de l'eau à son tour. Il ne la vit pas essorer ses longs cheveux avant de sortir du lac et de ce fait, il n'entendit pas non plus le bruit mélodieux que produisit l'eau en se détachant de son corps pour rejoindre le lac. Sans attendre, la demoiselle récupéra ses vêtements et les enfila alors même qu'elle n'était pas sèche, et lui, il regardait le vague sans bouger, trop songeur pour cela. Finalement, la lycane prit la parole sur un ton calme et c'est cette même prise de parole qui arracha le russe à ses pensées, le forçant à regarder son interlocutrice. Il cessa pourtant de l'observer au beau milieu de ses propos : la prise de parole était un peu trop longue à son goût et il lui était désagréable de la regarder de la sorte alors qu'il n'avait pas pris la peine de pivoter la tête. Il n'avait pas tout perdu lors de cette journée en tout cas : il venait d'apprendre qu'Athéna vivait en tant que lycane depuis plus de deux cent ans. Mais il ne comprit pas encore pourquoi elle lui faisait part des cinquante années mentionnées. C'est précisément à cet instant qu'il reporta son regard sur le lac en restant muet et immobile. Ses mains étaient recroquevillées l'une dans l'autre, entre ses jambes repliées, et quand bien même il ne la regardait plus, il l'écoutait encore.

A en croire ses propos, la vie de la lycane n'avait pas été joyeuse non plus, par deux fois on lui avait volé ce à quoi elle tenait le plus : la première fois devait être le meurtre de sa famille, sans doute, mais la seconde ? Il n 'en avait aucune idée. Quelque part, elle n'avait peut-être pas tort de ne pas vouloir vouer sa vie aux buveurs de sang pour ce qu'ils lui avaient fait, mais contrairement à Aleksej, la lycane avait su puiser dans ses forces mentales une détermination nouvelle. Pour le jeune homme, c'était plus complexe. Il avait un fort caractère qui parfois se laissait entrevoir, mais il était fatigué, et ce, bien avant que les vampires ne lui arrachent le peu de famille qu'il avait. Alors pour lui, il était presque normal de vouer ce qui lui restait aux vampires, et la seule chose qui lui restait était sa simple vie... D'autant qu'il ne vivait pas particulièrement mal la situation. Il apprenait par la suite, également, que deux siècles n'étaient que bien peu de chose pour un lycan et qu'incontestablement : elle courrait plus de risques que lui. Et pourtant, n'était-ce pas elle qui voulait le transformer il y a peu ? Voilà qu'il ne comprenait plus réellement le fil des pensées de la louve, mais qu'importe. Son regard vagabondait sur la surface à nouveau plane du lac et d'une oreille toujours distraite, il attendait qu'elle mette fin à sa prise de parole. La suite de ses propos suivirent la continuité de ce qu'il avait relevé. Athéna aussi prenait des risques, mais elle en prenait des biens supérieurs à ceux du jeune homme visiblement. Chacun évoluait à son échelle et faisait comme il pouvait.

La lycane se tut finalement et ramassa le sac qu'elle avait emporté pour le glisser sur son épaule. Sans lui jeter un regard apparemment, elle lui tourna le dos et se retira, et pourtant elle s'arrêta avant de pénétrer dans la sombre forêt. Tout du moins, c'est ce qu'il pensait puisqu'il ne la regardait toujours pas directement et de ce fait, il lui était difficile d'être précis en ne distinguant qu'un vague point dans un coin de son champ de vision. Il devait être globalement proche de la vérité puisque la voix de la lycane lui parvint une dernière fois avant de disparaître dans les tréfonds de la forêt. Elle le retrouverait ce soir ? Alors elle avait pris sa décision et malgré tout, restait avec lui. Elle prenait simplement la liberté de se balader seule et par elle-même dans la forêt. Soit, s'il n'avait pas été piqué par le comportement de la louve à un moment donné, sans aucun doute, il l'aurait suivi : soucieux de sa santé alors même qu'elle ne semblait pas affaibli par sa blessure d'antan. Et pourtant cette facette de sa personnalité avait été balayée par le monstre qu'il était devenu à la suite de la mort de sa famille. Sans un mot et comme s'il prenait cela pour une permission, le russe se redressa enfin et se rhabilla lorsqu'il fut plus ou moins sec. Mécaniquement, sa main s'abaissa sur le sac qu'il avait lui-même prit et comme Athéna plus tôt, il se contenta de le hisser sur son épaule avant de se mettre en route. Imitant inconsciemment la lycane, il s'arrêta avant de retrouver la forêt et jeta un œil derrière lui. Pas pour s'adresser une dernière à quiconque, mais uniquement pour s'assurer que rien n'avait été oublié et lorsque la vérification fut faite, il rejoignit la ville d'un pas constant et rigoureux.

Arrivé chez lui, Aleksej ne tarda pas : il laissa son sac à l'entrée et se dirigea immédiatement dans sa chambre pour récupérer des affaires propres et inutilisée depuis bien longtemps, trop longtemps dirait-il. Le garçon fila à la douche et y resta un quart d'heure environ, lorsqu'il ressortit de la pièce, il était vêtu de cuir de la tête aux pieds si ce n'est que, sous le blouson fin se cachait un simple tee-shirt à manches longues, et en coton. Le garçon récupéra ensuite son sac et rejoignit sa cuisine, il jeta un bref coup d'œil à l'heure et alla ranger les affaires qu'il avait préparé pour sa balade avec Athéna ; balade fortement écourtée cependant. Il ne lui fallut pas plus de vingt minutes pour tout remettre en ordre, et déjà il avait changé de place et d'occupation. Son épaule gauche était sensiblement redressée et sa tête était penchée du même côté : signe qu'il téléphonait sans pour autant prendre la peine de se saisir du combiné puisqu'il était déjà trop occupé à nettoyer et préparer son arme pour le soir même. Aleksej appela ainsi son docteur afin de le prévenir, ou plus exactement, il laissa un message simple sur le répondeur. Après avoir prévenu plus ou moins l'hôpital, le jeune homme se chargea de prévenir les membres de la Coalition : quelques uns seulement eurent un message de sa part garantissant qu'il reprenait du service le soir même, et s'excusant encore pour son absence de longue durée. Avoir réalisé une telle coupure avec la Coalition lui était désagréable : il ne savait pas, entre autre, ce qui s'était passé tout ce temps. C'est d'ailleurs avec une certaine appréhension qu'il avait quitté son appartement le soir même, et rejoignait le théâtre en silence. Le russe n'était pas vraiment nerveux du fait de retrouver les combats incessants, il avait surtout peur de découvrir des pertes au sein de l'organisation, car même s'il n'était pas le plus bavard et ainsi donc, n'était pas le plus intégré, il avait observé les membres assez longtemps pour savoir que les uns comme les autres avaient tous leur charme, un point qu'il appréciait en chacun, autrement dit.

Les instructions prises, le jeune homme repartait déjà dans les rues de la ville et cette fois-ci, il était véritablement en mission. Le hasard lui valut cependant d'être affecté à l'extérieur du centre-ville et au-delà des plaines : jusque dans les bois et la forêt. Alors qu'on lui annonçait sa nouvelle destination, Aleksej avait déjà une idée de l'endroit où il allait se poster : il lui fallait un lieu dégagé et calme pour être en mesure de percevoir le moindre bruit, mais il lui fallait aussi un lieu espacé et éclairé or, en pleine nuit et qui plus est dans une forêt, les choix restaient limités. Le temps qu'il quitte la ville et rejoigne son poste d'observation improvisé, le crépuscule avait fait son office et déjà quelques étoiles apparaissaient dans le ciel de plus en plus sombre. Sur les derniers mètres, Aleksej eut bien plus de mal à progresser : il tentait de se guider à la lueur de la lune et par chance le ciel dégagé le permettait plus ou moins, toutefois le couvert des arbres était tel que seuls d'infimes rayons l'aidèrent dans son avancée. Il lui était difficile de progresser en silence tout en s'approchant du lac qu'il avait quitté plus tôt dans l'après-midi, mais encore quelques pas et il serait enfin arrivé. Inconsciemment il enjamba la racine surélevée d'un arbre et se posta derrière un tronc massif. Le souffle lent et l'air neutre, le russe parcourut des yeux l'étendue sauvage qui se présentait à lui, mais aucune ombre ne se fit voir. Toujours aussi silencieusement, Aleksej sortit son arme de sa cachette et la chargea pour être prêt à tirer s'il le fallait. Peu à peu alors, il se pencha sur le côté de l'arbre : à première vue, personne ne semblait être dans les alentours, pas un seul vampire, pas un animal et encore moins Athéna. Fronçant légèrement les sourcils et plissant les yeux pour tenter d'y voir davantage dans la pénombre, le russe s'apprêtait à passer là une nuit fraîche et assez longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna Akuma
Lycan
avatar

Messages : 93
Messages rp : 27
Date d'inscription : 22/08/2010
Localisation : X

Identification
Âge: Approximativement 200 ans
Statut: Errante
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Mar 1 Mar - 15:08

Malgré l'altercation de la matinée, la journée d'Athéna se passa dans une ambiance d'exultation permanente. Akuma était si heureuse de pouvoir enfin profiter de sa liberté retrouvée que sa joie avait fini par contaminer sa sœur d'âme. Être deux dans le même corps avait parfois de grands avantages.
Mais elle étaient allées si loin que, la nuit venue, elles se trouvèrent à plusieurs dizaines de kilomètres de la ville. Un peu inquiète, Athéna avait fixé l'horizon où, bien trop loin, apparaissaient encore les plus grands immeubles de la cité. Elle s'arrêta, le souffle court, et observa le coucher de soleil qui rougeoyait encore derrière les frondaisons.

*- On va avoir du mal à... rentrer à temps... Je n'arrive même plus... à retrouver mon souffle... J'espère qu'on le retrouvera vite...
- On ira plus vite si je me transformais.
- Je n'ai pas pensé... à amener le sac... pour les vêtements. Je n'ai pas trop envie de débarquer toute nue ! Ceux là sont trop serrés pour résister à la transformation
- Tu n'es pas forcément obligée d'être en humaine pour chasser. Je serais plus efficace et tu pourras te reposer.
- Comment dire... Tu es un rien flippante en louve. Je ne tiens pas non plus à ce qu'il nous prenne pour une sorte de bête sauvage.
- Pour un peu je dirais que tu as honte de moi. De toute manière ce n'étais pas une question, et tu n'as pas à t'inquiéter, je ne vais pas le mordre !*


Athéna sourit, déjà plus en forme et hocha la tête. Déjà Akuma prenait le contrôle, l'envoyant dans l'inconscience reposante qui régnait au fond de leur âme commune...
Lorsque ses yeux se rouvrirent, une lueur verte jaillit des pupilles, brûlant l'argenté de l'iris en une fraction de seconde pour prendre toute la place. La louve leva la tête vers le ciel, la bouche légèrement ouverte, humant l'air frais du soir avec une joie sauvage. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas pu se défouler !

En une fraction de seconde, elle bondit en avant, devenue louve avant même de toucher le sol. Elle empoigna la terre de toute la puissance de ses griffes et se projeta en avant. Le vent sifflait dans sa fourrure, faisant voler son pelage immaculé, fouettant son museau alors qu'elle accélérait de plus en plus. La passion qui brûlait dans sa poitrine, la sensation de la terre sous ses pattes, le vent glacé qu'elle respirait à plein poumons... Ç'a lui avait tellement manqué ! Mais elle avait à présent toute la nuit pour se rattraper.

* Quelques heures plus tard *

Aleksej était installé pour la nuit. Son flair avait mis un certain temps à retrouver la piste mais elle n'avait pas eut beaucoup de mal à la suivre. L'odeur du jeune homme était très caractéristique, tellement marqué par celle du cuir qu'elle en devenait une composante. En moins d'une heure, elle découvrit le chasseur, blottis contre un arbre, son pistolet à la main. Si elle l'avait pu malgré ses crocs à découvert, elle aurait soupiré. Ne sentait-il pas la menace de l'endroit?! Le lac n'était calme qu'en journée, la nuit, il y avait tant de traces de loups-garous qu'elle ne cherchait même plus à les compter. Elle ne craignait pas grand chose, mais qu'un humain se campe, armé, devant sa tanière ne devait pas plaire ou loup qu'elle sentait dans les environs.

Sans s'avancer, dissimulée par un épais taillis qui couvrait la blancheur de sa fourrure, Akuma plissa les yeux avant de retransformer légèrement sa gorge pour pouvoir parler.

Ça ne sert à rien d'attendre ici. Il y a trop de Loups pour qu'un vampire se pointe. Il faut aller bien plus au nord pour trouver les lieux les plus fréquentés.

Sa voix était grave, malhabile, légèrement chuintante du fait de ses crocs, mais elle véhiculait très bien son message glacial.
Akuma se baissa légèrement et se glissa sous le taillis, s'approchant tranquillement d'Aleksej qui devait certainement être surpris de cette apparence... étrange.

De loin, on aurait pu la prendre pour un loup des neiges gigantesque - elle arrivait tout de même au niveau des côtes du jeune chasseur ! - mais, en s'approchant, un zoologue attentifs aurait remarqué quelques détails perturbants. Le nombre de doigts aux pattes arrières étaient de cinq et non quatre, les traces qu'elle laissait étaient un peu trop longues, ses pattes avant étaient un poil plus courtes que les pattes arrières, ce qui n'était guère pratique pour courir. Mais par dessus tout, c'était ses yeux qui surprenaient. Verts, aussi sombres que la forêt à l'aube, ils semblaient envahir l'œil, la pupille bien plus dilatée que celle d'un loup banal, et leur éclat sauvage glaçait bien plus les spectateurs que son apparence générale, pourtant assez inhabituelle.
Impossible de se tromper : elle était lycanne, et ça ne se réduisait pas à la mentalité d'un caniche d'appartement !

Elle s'approcha tranquillement, posant soigneusement les pieds sur la même ligne à l'instar des renards. Son attitude était merveilleusement nonchalante, mais on sentait dans ce grand corps effilés des réserves d'énergie et de vitesse inépuisables.
Son regard balaya la clairière avant de se poser sur Aleksej qui n'était plus qu'à un pas. De nouveau, elle s'adressa à lui de cette voix étrange qui caractérisait son apparence de louve.

Combien de temps peux-tu courir? La meute approche, et je n'ai aucune envie de me retrouver sur leur chemin. Et les Vampires sont bien loin encore.

Athéna lui avait conseillé, en cas de fuite, d'emporter le jeune homme sur son dos, mais la louve préférait rester libre de ses mouvements, et après tout, lui aussi avait des jambes ! Malgré l'insistance d'Athéna, elle ne s'y résoudrait que si la meute s'approchait de trop près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aleksej Nikolaevič
Coalition
avatar

Messages : 52
Messages rp : 37
Date d'inscription : 06/07/2010

Identification
Âge: 17 ans
Statut: Combattant
Relations:

MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   Mer 2 Mar - 8:48

Trop concentré qu'il était sur ce qui se produisait près du lac, Aleksej n'avait pas perçu la louve s'approchant de lui à pas feutrés, si bien qu'il fut surpris d'entendre sa voix de si près. Sa voix d'ailleurs, bien que sensiblement différente, restait globalement proche de l'état ordinaire de la demoiselle. Toutefois, ne voyant pas encore la louve, il ne comprenait pas l'origine de ce changement soudain. Quoiqu'il en soit, ce n'est pas tant le ton que les mots en eux-mêmes qui intriguèrent le russe. Un soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'il rabattait son arme contre son propre torse. Ainsi, il était posté ici inutilement parce qu'il y avait trop de loups dans les parages ? Pourtant il lui était arrivé de croiser des vampires dans la forêt. Peut-être pas aussi profondément cependant. Aux paroles d'Athéna, le jeune homme soupira de plus belle : tout était à refaire et il n'avait plus qu'à trouver une cachette alors que la nuit était déjà tombée depuis un moment. Là, il pensait avoir une longueur d'avance puisqu'il était déjà posté. Mais rien. Pourquoi avoir été affecté si loin de la ville ? Tout y aurait été plus simple, là-bas.

Les yeux du russe furent attirés par un bruissement léger provenant d'un buisson et peu à peu, une silhouette s'en dégagea. Même s'il faisait preuve d'une grande neutralité la plupart du temps, cette fois, il ne put empêcher l'étonnement d'apparaître sur ses traits. Une louve, au pelage blanc et aux yeux émeraudes s'approchait de lui en silence et discrètement. Ainsi, il rencontrait enfin Akuma. Et c'était sans doute cette apparence qui expliquait également la voix modifiée de la jeune femme. En effet dès leur toute première rencontre, Athéna lui avait signifié plus ou moins précisément l'existence d'Akuma, en d'autres termes : de la louve qui partageait son corps. Il avait eu l'occasion de l'apercevoir alors qu'Athéna s'était endormie et qu'il s'apprêtait à partir pour une visite à l'hôpital, mais jamais vraiment, il n'avait eu l'occasion de lui parler, ou de l'observer de la sorte. Au fil du temps, il avait appris à mieux connaître Athéna et de ce fait, avait également compris à dissocier ses deux personnalités. Plus les jours passaient, et plus il parvenait avec une certaine facilité à trouver les commentaires d'Akuma dans le comportement d'Athéna, ou ce genre de chose. Cela dit, si l'humaine était abordable et agréable à côtoyer, la louve était bien plus "méfiante", peut-être. Il ne saurait véritablement qualifier le comportement de la louve d'ailleurs, peut-être n'éprouvait-elle seulement pas le besoin de s'attacher. Vivre en solitaire est pour le moins étonnant de la part de loups, mais après tout pourquoi pas. Il n'était pas là pour juger et ne savait que bien peu de choses au sujet des lycans finalement. Tout ce qu'il savait, c'est ce que Athéna avait bien voulu lui dévoiler. Cette rencontre avec Akuma lui permettrait peut-être d'en savoir plus sur les loups en général.

La louve s'approcha encore et ne s'arrêta qu'à quelques pas du jeune homme. Son regard hypnotisant se posa d'abord sur la clairière, puis sur lui et elle reprit la parole de cette voix presque rauque et glaciale. Tout dans son attitude semblait participer à cette volonté de ne créer aucun lien avec quiconque. Une sorte de protection ou de tranquillité que l'on s'assurait de la sorte. En voyant le comportement de la louve face à lui, il avait l'impression de voir simplement son reflet légèrement altéré. Pareil constat fit froncer les sourcils du russe qui préféra s'attarder bien vite sur les paroles d'Akuma. Ainsi, ils devraient courir ? Avant qu'il n'ait le temps de s'interroger sur la raison de cette course éventuelle, la lycane enchainait et lui expliquait que la meute des loups vivants sur ce territoire était en approche. D'une part, elle ne voulait pas croiser le chemin de la meute et d'autre part, les vampires n'étaient pas dans cette zone alors en effet : ils n'avaient véritablement aucun intérêt à rester là. Pourtant, ne serait-ce que pour apercevoir la meute, le russe aurait été tenté. Mais sans doute se montreraient-ils hostiles face au jeune homme s'il se dévoilait armé, alors même qu'il n'était animé d'aucun mauvaise intention... De toute façon, même s'il faisait part de son idée à Akuma, jamais elle ne l'accepterait. Quoique, Akuma peut-être bien, mais Athéna, il n'en était pas si sûr. Cela dit, s'il y avait autant de loups dans les environs, comme elle avait l'air de le dire, Aleksej devait être repéré depuis bien longtemps. Sans rechigner cependant, il se redressa et rangea son arme après avoir réajusté son blouson.

- Je suis endurant, si c'est ce que tu veux savoir, seulement je n'y vois rien, ou presque.

En effet, dans une telle situation, ce qui handicapait le plus Aleksej n'était pas sa maladie, car a priori, elle ne l'empêchait pas de courir tant qu'il ne tombait pas, mais bel et bien la pénombre de la forêt. Les arbres fièrement dressés empêchaient la plupart du temps les rayons de la lune de pénétrer au sein de leurs feuillages pour éclairer le chemin. Si, ça et là, c'était encore possible, il ne pouvait vraisemblablement pas courir à allure constante et d'un pas relativement rapide avec ce si peu de lumière. D'un autre côté, il se refusait simplement à être porté par Akuma. Certes, il n'était pas machiste pour un sous mais l'idée d'être portée par une jeune femme, lycane ou non, lui déplaisait relativement. D'ailleurs, l'idée l'avait travaillé à son réveil, après s'être évanoui dans le jardin de l'hôpital et alors qu'elle l'avait gentiment porté jusqu'au docteur responsable de sa santé. Le russe ne perdit toutefois pas plus de temps et se mit en route à travers les bois : il essayait de faire un maximum de grandes enjambées tout en s'aidant du peu de lumière qu'il disposait pour se guider au travers des racines, arbustes et buissons divers et variés. A cela venait s'ajouter le sol de la forêt relativement irrégulier, mettant à rude épreuve les chevilles du jeune homme. Certes, il n'avait su qu'au dernier moment qu'il se rendrait en forêt, mais peut-être aurait-il dû prévoir un semblant de lumière pour se guider. Il avait pensé se rendre sur place avant la tombée de la nuit, et repartir au lever du jour. Un évènement tel que celui rapporté par Akuma ne lui était pas réellement venu à l'esprit.

S'il ne voyait pas grand chose, il savait pourtant dans quelle direction il se rendait : Akuma lui avait expliqué que les vampires étaient plus au Nord, en ce cas, il irait droit sur eux, quitte à se rendre à l'entrée des Ruines s'il ne trouvait rien. La marche à travers la forêt était relativement fatigante mais il tenait encore le coup : voilà plusieurs minutes qu'il réalisait de grands pas sans s'être entravé une seule fois. Il parvenait miraculeusement à se frayer un chemin entre les divers obstacles et profitait du peu de lumière qu'il avait pour trouver un chemin possible. Puisque son voyage se déroulait pour le moment sans encombres, le jeune homme se remit à penser à l'apparence d'Akuma et à son comportement tout entier. Plus il y songeait, plus il l'estimait bel et bien méfiante : après tout, lorsqu'Athéna se reposait, Akuma guettait d'un œil avisé quiconque s'aventurerait à approcher. Par ailleurs il se posait d'autres questions : Akuma était-elle un simple dédoublement de la personnalité d'Athéna engendrée par la transformation, ou était-elle une entité qui s'était créée de toute pièce, en quelque sorte, de par la morsure ? En d'autres terme, il se demandait si ce qu'éprouvait Athéna avait nécessairement la même répercussion sur Akuma, où si les deux disposaient d'une certaine indépendance. Ce devait être relativement perturbant, aussi bien pour l'une que pour l'autre, mais il faut avouer que d'un point de vue externe, c'était relativement impressionnant. Impressionnant, d'autant plus que l'une et l'autre semblaient se compléter merveilleusement, aussi bien psychologiquement que physiquement, en ce sens qu'Akuma avait des facultés physique qu'Athéna n'avait pas, et que la louve pouvait pourtant lui prêter. Songer à ce dédoublement cependant, incitait Aleksej à réfléchir continuellement et à se poser nombre de questions, celles-ci lui donnant un début de migraine, puisqu'il n'avait pas dormi depuis un certain temps, maintenant.

- ... Tu as passé une bonne journée ?

Soudainement, il délaissait ses pensées pour s'adresser directement à la louve et peut-être tenter de la connaître, elle aussi. Mais y avait-il vraiment matière à connaître ? Le souhaitait-elle seulement, si c'était le cas ? De même, n'aurait-il pas dû dire " vous avez " et non pas " tu as " seulement ?.. Alors même qu'il cherchait à échapper à ses pensées, voilà qu'elles revenaient de plus belle et l'agressaient à nouveau... mais il était curieux de savoir ce que la lycane avait bien pu faire. La lycane, et Athéna d'ailleurs. S'il suivait les propos que l'humaine lui avait dit peu avant qu'ils ne se séparent, il pouvait en déduire qu'elle avait simplement profité de la liberté qui lui avait été offerte. Quelque part, c'était mieux ainsi : au moins l'altercation avec Aleksej ne l'aurait pas troublé. De son côté, il faut avouer qu'il n'avait pas été véritablement troublé non plus, si ce n'est qu'il se protégeait à nouveau et en partie derrière la carapace qu'il s'était forgé en plusieurs années. En y songeant d'ailleurs, et en s'imaginant Athéna profiter simplement de l'air libre comme elle avait pu profiter de l'eau, peu à peu, la carapace se fissurait à nouveau. Cela dit, le contexte de chasse dans lequel il se trouvait ne lui permettait aucune altération de comportement, et quand bien même il serait attendri par le comportement d'Athéna en l'occurrence, les vampires retrouveraient bien vite leur place dans ses préoccupations centrales. Bien évidemment, à force d'être obnubilé par ses pensées, le jeune homme faillit s'entraver dans des branchages au ras du sol et il se rattrapa de justesse contre le tronc d'un arbre avant de reprendre en silence, comme si rien ne s'était passé. Le rattrapage lui avait toutefois valu un mouvement brusque et son poignet en pâtissait désormais : le frotter quelques instants suffirait sans doute à faire passer la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce que la vie ne se résume pas à la lame d'un sabre... [Aleksej]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coalition :: Grands Espaces :: Forêt :: Le Lac-
Sauter vers: